Action en justice contre Joseph Kabila

Espace réservé à la Représentation UDPS BELUX

Modérateur : Lacoste

Verrouillé
Avatar du membre
udps_be
Administrateur - Site Admin
Messages : 710
Enregistré le : sam. août 05, 2006 8:41 pm

Action en justice contre Joseph Kabila

Message par udps_be » ven. avr. 16, 2010 12:32 pm

La nécessité et l’urgence de l’action en justice contre Joseph Kabila

Réf. : UDPS/BELUX/RBL/DE/049/12/04/2010

La tenue des élections en 2011 pour assurer l’alternance est hypothétique. Et la tenue des élections réellement inclusives, transparentes, libres et démocratiques au Congo exigera l’implication totale, la mobilisation et la vigilance générales de l’ensemble de notre Peuple et de nos Partenaires

1. En Afrique, rares sont les dirigeants qui ont perdu les élections qu’ils ont organisées. Les cas exceptionnels sont notamment le Ghana, le Mali, l’Afrique du Sud…. Les dirigeants, imprégnés de la culture politique, de la conscience patriotique et démocratique, acceptent des résultats électoraux même s’ils leur sont défavorables. L’alternance au pouvoir suite aux élections libres et démocratiques fait désormais partie de la vie politique normale dans ces pays.

2. Pour rendre hommage à ces Africains, le Président Américain Barack Obama s’est rendu au Ghana en juillet 2009 et a adressé à partir d’Accra son Message à tous les Africains. Dans son Message, Barack Obama a notamment affirmé ceci : Aucun pays ne peut générer des richesses si ses dirigeants exploitent l’économie à des fins personnelles. L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes. Et une bonne gouvernance est le seul moyen de faire en sorte que les dirigeants demeurent responsables et que les institutions continuent de jouer leur rôle. La corruption constitue à la fois une atteinte aux droits de l’homme et un défi pour les partenaires internationaux. Il est de notre devoir de soutenir ceux qui agissent de manière responsable et d’isoler les autres. Or au Congo, la constitution consacre la mauvaise gouvernance, la corruption structurelle et rampante à tous les niveaux du pouvoir et dans tous les secteurs de la vie sociale, l’impunité des criminels, les privilèges exorbitants pour les gouvernants et prive le peuple de moyens de défendre ses libertés et ses droits théoriquement énoncés dans la constitution (Cfr : Critiques formulées contre la constitution congolaise par les Constitutionnalistes étrangers et congolais y compris ceux du PPRD comme Ntumba Luaba).

3. Au Congo, c’est connu par tous : les élections de 2005-2006 ont été une triste et honteuse parodie, une véritable escroquerie électorale. Et ce sont les mêmes bandits à mains armées dont le Chef de file est le même (Joseph Kabila) qui vont organiser les élections en 2011. Ces mêmes seigneurs de guerre avaient mis notre Pays à feu et à sang durant la Première Guerre de l’AFDL (plus de 200.000-300.000 morts parmi lesquels se trouvaient, en plus des génocidaires interahamwe hutus, les enfants, les adultes et les vieillards rwandais ainsi que plusieurs milliers des Congolais déplacés forcés) ; dans les territoires qu’ils contrôlaient réciproquement de 1998 à 2002 durant la 2ème Guerre de l’AFDL qui a été qualifiée comme étant Le Conflit militaire international le plus sanglant dans toute l’histoire de l’humanité après la 2ème Guerre Mondiale (plus de 5 millions de morts) ; durant la Transition (2003-2006), pendant la période électorale (les massacres perpétrés à Kinshasa avec les armes lourdes les 21, 22 et 23 mars 2006), après les élections (massacres à large échelle en janvier-février 2007 dans le Bas-Congo).

4. Les révisions actuelles de la Constitution visent notamment la pérennisation du pouvoir de Joseph Kabila. Jusqu’à ce jour, tous les Rapports ne cessent de dénoncer les graves atteintes aux libertés et aux droits de l’homme par les dirigeants congolais actuels et mettent même clairement et personnellement Joseph Kabila lui-même en cause comme étant le Cerveau de ces violations.

5. Il n’existe pas une solution magique pour transformer, comme une génération spontanée, en hommes d’Etat, démocrates et humanistes Joseph Kabila et ses collaborateurs, criminels avérés, arrogants et irrémédiablement irrécupérables.

6. Les pressions internationales (UE, ONU, Administration américaine…) n’ont pas amené les dirigeants congolais actuels à donner un calendrier électoral précis pour 2011. Rien de concret n’est fait sur place qui présage la tenue de ces élections et l’organisation des élections réellement inclusives, transparentes, libres et démocratiques. Et si elles ont lieu par surprise sous la direction des dirigeants congolais actuels et de la structure électorale actuelle chapeautée par un certain Malu Malu, elles seront entachées d’irrégularités, de fraudes, d’intimidations, de violations des libertés et des droits de l’homme dont seront responsables les dirigeants actuels encouragés par leurs suppôts externes avec qui ils dirigent le Congo et pillent les richesses nationales. Ces élections peuvent même déboucher sur les violences généralisées et sur un bain de sang. Les tractations pour le départ éventuel de la Monuc ne visent-elles pas à écarter les témoins gênants des massacres.

7. Les élections organisées en 2005-2006 par les dirigeants actuels n’ont pas débouché sur l’instauration d’Etat de droit démocratique géré par les hommes d’Etat, démocrates, humanistes et pacifistes.

8. La stratégie militaire tant dans la conquête du pouvoir que dans la gestion de l’Etat a aussi démontré ses limites depuis 1960 à ce jour et a même aggravé la crise congolaise. Et la Communauté Internationale s’y oppose actuellement.

9. A part les élections, une 2ème stratégie pour écarter les dirigeants actuels du pouvoir serait une révolution populaire. Notre Peuple paupérisé à l’extrême est exsangue et ne peut mener une telle révolution actuellement. En outre, les bandits armées qui sont au pouvoir en profiteront pour parachever le génocide de notre Peuple par un bain de sang.

10. Une 3ème stratégie serait un Coup d’Etat militaire. Il n’est pas possible car linternationale s’y oppose et le Congo ne dispose pas aujourd’hui d’armée. Le Congo est sous occupation militaire étrangère. Un coup d’Etat militaire n’est même pas souhaitable à cause de son coût exorbitant notamment en moyens financiers, en vies humaines, en dépendance extérieure, en violence et son issue incertaine quant à sa réussite et à l’avènement d’un Etat de droit démocratique. Et l’UDPS n’est pas pour la violence.

11. La stratégie la plus sûre et conforme à la méthode non-violente du Combat de l’UDPS est la saisie des tribunaux internationaux (belges et autres) contre Joseph Kabila. Cette saisie se fera par certains Cadres de l’UDPS sur leur propre initiative et sous leur responsabilité (sans engager le Parti). Par là, l’UDPS peut provoquer le changement des institutions et des dirigeants à la tête de notre Pays. Les crimes de Joseph Kabila sont avérés et sont même consignés à l’UE et à l’ONU. Le moment est plus que jamais propice car Joseph Kabila est en disgrâce partout, notamment par son régime tyrannique ; l’aggravation de la tragédie congolaise sous son règne depuis janvier 2001 ; son incompétence ; la transformation du Congo en une jungle, un non-Etat, un non-Etat de droit et un non-Etat de droit démocratique, un simple comptoir des matières premières, un espace commercial et minier libre-service ; le trafic illicite et dangereux d’uranium ; ses alliances maléfiques avérées avec certains dirigeants des pays limitrophes, avec les génocidaires interahamwe et avec les terroristes internationaux et leurs relais qui mettent la vie et la sécurité des peuples du Monde entier en danger et en péril ; les crimes contre l’humanité, les massacres à large échelle, le génocide de notre Peuple, les humiliations, les violations des libertés et des droits de l’homme, les horreurs, les cruautés, les atrocités… infligées à notre Peuple. Et puisque ce sont les Cadres de l’UDPS qui auront déclenché cette action, notre Parti sera incontournable dans toutes les tractations et négociations politiques visant les changements politiques dans notre Pays y compris à la Conférence Internationale sur le Congo.

12. Même cette solution ne sera pas non plus facile. Tous les esclavagistes et les prédateurs nationaux et internationaux ont les yeux braqués sur les richesses immenses du Congo et sur le Butin-Congo. Il faudra beaucoup de ténacité, d’efforts, de sacrifices, de moyens, de soutiens nationaux et internationaux…

Fait à Bruxelles, le 12 Avril 2010.
Dr François Tshipamba Mpuila
Représentant de l’UDPS/BELUX
Contact : GSM 0032-485-270-866 ; E-mail : tshipambampuila@yahoo.fr; Website : http://www.udps.be

Verrouillé