Interdit, Bundu dia Kongo plus fort que jamais

Avatar de l’utilisateur
samy musampa batenababo
Messages : 462
Inscription : mar. août 08, 2006 4:37 pm
Localisation : BELGIQUE

Interdit, Bundu dia Kongo plus fort que jamais

Message par samy musampa batenababo »

Aperçu: Interdit, Bundu dia Kongo plus fort que jamais
Un nouvel article‏
De : mantoto bula (bula_mantoto@yahoo.fr)
Envoyé : mercredi 9 avril 2008 17:02:23
À : sammusampa@hotmail.com

Salut Sam,
j'espère que tu vas bien. Voici un nouvel article à publier si possible. Merci d'avance. Blaise



Interdit, Bundu dia Kongo plus fort que jamais
L’interdiction du mouvement Bundu dia Kongo (BDK) décidée par le gouvernement congolais dernièrement à Matadi, n’a pas été une surprise pour nombre d’observateurs avertis. Après une campagne de diabolisation tous azimuts à l’échelle tant nationale qu’internationale, Joseph Kabila, Denis Kalume, John Numbi, Raus Chalwe… doivent-ils se targuer d’avoir réussi leur mission de sape contre BDK ?
N’ont-ils pas vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué ?
C’est clair, ils l’ont vendu précipitamment en retirant en toute illégalité et unilatéralement l’agrément de fonctionnement accordé à ce mouvement, sans se référer à la loi sur le fonctionnement des associations culturelles, réservant cette compétence aux cours et tribunaux.
Quoi qu’il en soit BDK interdit est plus fort que jamais. Les idées défendues par ce mouvement traduisent les aspirations de tout un peuple. Et ces idées ne pourront pas être anéanties par les roquettes, lance-flammes, armes de guerre utilisées par Joseph Kabila et ses vassaux Denis Kalume, John Numbi, Raus Chalwe contre les populations civiles au Kongo central.
L’occasion donnée à Ne Muanda Nsemi de s’exprimer devant l’assemblée nationale à la suite de la question orale initiée par le député Kiakwama a permis aux congolais de tous les horizons ethniques de se retrouver dans les revendications présentées par BDK.
Quel développement pour nos provinces si elles ne disposent d’une enveloppe budgétaire conséquente pour subvenir à leurs besoins cruciaux ? la question de rétrocession de 40% aux provinces, la part de provinces dans les richesses naturelles parsemant leur sol et sous-sol, la priorité donnée aux autochtones en matière d’embauche pour juguler le chômage notamment des jeunes et lutter contre l’exclusion injustifiée des cadres ressortissants de nos provinces dans les entreprises implantées dans leurs territoires respectifs, les tracasseries policières incessantes, les injustices de toutes sortes, l’impartialité de la justice, la présence d’une police plutôt politique dans nos provinces opérant comme en territoire conquis dans l’irrespect des traditions, cultures et langues locales, en outre, conditionnée pour la traque des citoyens défendant des idées contraires aux dogmes du pouvoir …
A ce jour, nombre de provinces au Congo-Kinshasa sont confrontés à de degrés divers à tous ces problèmes. Cela explique entre autre le fait que la prestation du leader de BDK devant l’assemblée nationale ait convaincu le peuple congolais dans son ensemble sur la justesse de la lutte entreprise par son mouvement face à un pouvoir déterminé à réduire au silence l’opposition sur toute l’étendue du pays.
Il faut reconnaître que cet examen oral réussi par le député national Ne Muanda Nsemi, permet aujourd’hui à l’opinion nationale congolaise de se rendre compte du plan machiavélique orchestré par Joseph Kabila et ses vassaux pour discréditer le leader de BDK et le crucifier comme cela a été le cas pour d’autres dignes filles et fils du Congo-Kinshasa.
Finalement, l’opinion congolaise ayant compris la pertinence du combat mené par BDK s’est opposé à la levée de l’immunité parlementaire du leader de ce mouvement. Et par la même occasion, elle élève désormais le chef de BDK au rang des fils du Congo digne de ce nom, sur lesquels non seulement la province du Kongo central mais aussi le pays dans son ensemble peuvent compter dans la lutte pour la renaissance d’un Congo nouveau où la devise « l’unité dans la diversité » ou « la diversité au profit de l’unité » recouvrira tout son sens.
Quand l’assemblée nationale constituée majoritairement de Kabilistes se prononce entre autre pour une table ronde au Kongo central et contre la levée de l’immunité parlementaire du leader de BDK, on ne peut qu’en déduire, interdit BDK est plus fort que jamais.
En dépit de cette prise de position de l’assemblée nationale, il est évident que rien est acquis dans un pays où habituellement les recommandations ne sont pas suivies d’effets ou tout simplement « broyées » par une machine exécutive toute puissante.
En réaction à ces agissement du pouvoir exécutif congolais devenus monnaie courante, l’initiative du leader de BDK de saisir la cour pénale internationale (CPI) et les Nations Unies à la fois pour le massacre des populations du Kongo Central de 2002 à 2008 et l’impunité de ses commanditaires, quelque soit la complexité de la procédure, montre la détermination de BDK à poursuivre sa lutte en dépit d’entraves de toutes sortes. Trois fosses communes viennent d’être découvertes entre Boma et Matadi ainsi que des corps sur le fleuve Congo. D’autres preuves irréfutables sont entrain d’être rassemblées. C’est aussi en cela qu’interdit, BDK est plus fort que jamais.
C’est clair, sa lutte, ses idées, ses revendications justes partagées aujourd’hui par nombre de provinces et de congolais ne pourront être brisées par aucune arme quelque soit la puissance et la portée de celle-ci. C’est dire qu’interdit, BDK est plus fort que jamais.
Blaise B.Mantoto
Courriel : bula_mantoto@yahoo.fr
SAMY MUSAMPA BATENA BABO
email;sammusamusampa@hotmail.com
Dynamique UDPS Liege/Federation BELUX
Répondre