Ni Joseph Kabila, Ni Laurent Nkunda

Avatar de l’utilisateur
samy musampa batenababo
Messages : 462
Inscription : mar. août 08, 2006 4:37 pm
Localisation : BELGIQUE

Ni Joseph Kabila, Ni Laurent Nkunda

Message par samy musampa batenababo »

Un nouvel article à publier : Ni Joseph kabila, Ni Laurent Nkunda‏

De : mantoto bula (bula_mantoto@yahoo.fr)
Envoyé : vendredi 7 novembre 2008 19:55:33
À : sammusampa@hotmail.com



Salut Sam,
J'espère que tu vas bien. Prière de publier si possible cet article. Merci d'avance. Blaise





Ni Joseph Kabila, Ni Laurent Nkunda


C’est réparti, Rutshuru, kiwanja … situés à 75 et 80 km de Goma désormais sous contrôle de troupes de Laurent Nkunda. Une nouvelle administration est entrain de se mettre en place. Des cours idéologiques s’enchaînent en longueur de journées. Ce mode opératoire n’est pas nouveau. C’est du déjà vu en territoire congolais. Il rappelle la marche des troupes de l’AFDL en direction de Kinshasa. L’histoire serait-elle entrain de se répéter ?


A entendre les déclarations de Laurent Nkunda déterminé à renverser son frère Joseph Kabila, il y a aucun doute à cela, une autre page de l’histoire du Congo-Kinshasa est entrain de s’écrire avec le soutien de Paul Kagame et des multinationales occidentales avides du Cobalt, Coltan, Or, Diamant congolais mais impassible au drame humain à l’Est.


De l’avis de beaucoup d’observateurs, l’écriture de cette nouvelle page de l’histoire congolaise a suffisamment avancé. Il suffit de voir la facilité avec laquelle les localités, villages, camps militaires… tombent ou encore l’impuissance de l’armée régulière congolaise (FARDC) ainsi que l’implication passive de la Monuc avec 17.000 soldats déployés à l’Est du Congo-Kinshasa, pour s’en convaincre.


Entretemps, le contexte n’étant plus similaire à celui qui avait favorisé en 1996-1997 la marche des troupes de l’AFDL et la prise de Kinshasa, est-il donc permis de penser que Nkunda et ses soutiens africains et occidentaux réussiront à finir la rédaction de leur version de l’avenir du Congo-Kinshasa ?


Cette hypothèse n’est pas à écarter car le gouvernement comme l’armée régulière congolaise sont infestés d’Hommes et d’officiers infidèles, cupides opérant du dedans avec pour mission de torpiller le pays. Quand Nkunda menace haut et fort de poursuivre sa marche jusqu’à Goma si le gouvernement congolais continue de refuser des pourparlers directs avec lui, et cela en dépit de la présence des chars, hélicoptères… de la Monuc, quand un de ses collaborateurs déclare inutile le sommet tenu en urgence au Kenya en présence des représentants de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et du Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki Moon en personne, quand à l’issue de ce sommet le Rwanda déclare ne pas être impliqué, que c’est plutôt un conflit Congolo-Congolais, c’est clair le Congo-Kinshasa est victime d’un complot externe mais aussi interne.


Au plan interne, Joseph Kabila est l’exemple type de ce torpilleur. Nul n’ignore qu’il a été imposé au peuple congolais à la suite d’une mascarade d’élection pour qu’il assure à partir du sommet, la concrétisation d’un plan machiavélique sur le démantèlement et le contrôle du Congo-Kinshasa au profit de son maître Paul Kagame.


Et Nkunda qui s’en prend à Kabila au point de menacer de le renverser, comme si le Congo-Kinshasa était devenu une propriété des frères rwandais à se faire passer d’une main à l’autre, quand l’un d’eux n’arrive pas à réaliser la mission confiée par le père, Kagame.


Seulement quand il déclare haut et fort sa détermination de prendre le contrôle de l’Etat congolais par un coup de force, Nkunda ne doit pas ignorer que le Congolais a désormais compris qu’il ne sortirait plus dans la rue, rameaux en mains en signe de bienvenue pour accueillir des soldats à la nationalité discutable voire douteuse comme du temps de Mzee Laurent-Désiré Kabila. Des officiers militaires et soldats n’obtempérant qu’aux ordres d’un pouvoir étranger opposé farouchement à l’émergence d’une armée congolaise patriotique, c'est inadmissible.


Comment donc se réclamer congolais et être à la fois au service d’un pouvoir étranger ? Kabila comme Nkunda doivent se servir de l’exemple du premier président à la couleur « Vanille-Chocolat » Barack OBAMA. Né d’un père noir et d’une mère blanche, il se définit avant tout comme Américain et servira les intérêts américains d’abord, même si un peu de son cœur est en Afrique.


Joseph Kabila et Laurent Nkunda, de quel côté êtes-vous ? Des dirigeants assis entre deux chaises, les congolais n’en veulent pas. Pour se relever le Congo-Kinshasa n’a besoin Ni de Joseph Kabila, Ni de Laurent Nkunda, plutôt d’un homme compétent, charismatique, visionnaire… assis sur une seule chaise nommée Congo-Kinshasa.


Blaise B.Mantoto
SAMY MUSAMPA BATENA BABO
email;sammusamusampa@hotmail.com
Dynamique UDPS Liege/Federation BELUX
Répondre