Remerciements, félicitations et encouragements à M. Christian Bosembe

Avatar de l’utilisateur
Tshipamba Mpuila
Messages : 438
Inscription : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

Remerciements, félicitations et encouragements à M. Christian Bosembe

Message par Tshipamba Mpuila »

LEADERSHIP NATIONAL CONGOLAIS DE PROGRES
Remerciements, félicitations et encouragements à M. Christian Bosembe
Très Cher Compatriote,

Nous tenons à vous remercier, à vous féliciter et à vous encourager pour votre émission du 03 09 2021, émission dans laquelle vous avez interpellé tous les Anciens de notre Pays sur leur long, total et collectif silence à l’égard de la Conférence Nationale Souveraine (CNS, 7 août 1991-6 décembre 1992) : sa valeur et son importance dans l’histoire politique et générale de notre pays, sa longue histoire, sa tenue, la valeur incommensurable de ses Résolutions, les auteurs du blocage de l’application de ses Résolutions et les conséquences de ce blocage jusqu’à ce jour.

Votre conscience aiguë par rapport à la CNS et l’interpellation subséquente des Anciens sont encore plus admirables car il s’agit d’un jeune qui n’avait pas encore la connaissance, la lucidité, le discernement et une pleine conscience de tout ce qui s’est passé dans notre Pays depuis la Lettre Ouverte adressée le 1er novembre 1980 par les Treize Parlementaires jusqu’à la tenue de la CNS.

A travers la tenue de la CNS et ses Résolutions se trouve condensé l’aboutissement d’un combat long, âpre et héroïque qui a duré du 1er novembre 1980 au 6 décembre 1992, combat au cours duquel tant de Compatriotes ont donné la preuve de l’abnégation, du don de soi, du patriotisme, du courage, de la détermination, de la bravoure, de l’héroïsme, des efforts, des énergies, des sacrifices, du martyre et du triomphe de la cause noble et juste de notre Peuple.

Du 1er nombre 1980 au 6 décembre 1992, nombreux Compatriotes qui ont participé à ce Combat ont été victimes d’une répression sanglante. Il y a eu bannissement et perte des libertés et des droits, des expropriations, des relégations, des assassinats politiques, des massacres de masse lors des manifestations, le renvoi des universités et des instituts supérieurs, perte d’emploi par des licenciements massifs, des personnes devenues handicapées, des arrestations arbitraires, des jugements extrajudiciaires, des traitements cruels, inhumains et dégradants…

Tous ceux qui ont bloqué jusqu’à ce jour l’application des Résolutions de la CNS crachent sur les souffrances, les sacrifices, le sang et les tombes de tous ces valeureux Compatriotes.

Mais, alors que le tyran était politiquement affaibli, avait fui Kinshasa la Capitale, s’était réfugié à Gbadolite et attendait un dernier coup fatal pour s’enfuir à l’Etranger, le Peuple a été trahi par l’Elite congolaise. Au lieu de persévérer dans le combat pour concrétiser le triomphe de la Cause noble et juste de notre Peuple par l’application effective des Résolutions de la CNS, l’Elite congolaise tomba de nouveau dans ses travers, dans la médiocrité et se remit à genoux devant le tyran qui réouvrit tous les robinets des antivaleurs, du cynisme, de la corruption et de la perversion.
Pour nous, le silence des Anciens par rapport à la CNS et leur refus d’appliquer ses Résolutions démontrent de façon claire et distincte qu’il y a très peu de femmes et d’hommes de progrès au sein de l’Elite congolaise.

L’attitude des Anciens à l’égard des Résolutions de la CNS est l’un des Symboles les plus évidents de l’absence de confiance de l’homme noir en soi-même, en sa dignité, en ses capacités, en ses aptitudes, en ses talents, en ses valeurs, en ses potentialités et en acquis positifs de son combat, de sa sueur, de ses efforts, de ses sacrifices ainsi que de son martyre.

Le blocage de l’application des Résolutions de la CNS démontre le mépris, l’aversion et la répulsion qu’a l’homme noir vis-à-vis de tout ce qui est valeur et progrès ; l’homme noir se prévaut de ses turpitudes et trouve sa fierté et son épanouissement en s’enfonçant davantage dans la médiocrité, la déchéance et la dégénérescence.

Les Anciens que vous interpellez veulent, tous sans exception, que la Tragédie congolaise se poursuive et s’aggrave car ils trouvent, dans la jungle et le chaos ainsi installés, leur lieu naturel de vie, un terrain propice pour assouvir leurs intérêts égoïstes et pervers ; ils sont tous opposés à l’instauration d’un Etat de droit démocratique dans notre Pays mais ils s’évertuent à tromper et à anesthésier le Peuple jour et nuit avec des somnifères, des slogans creux et mensongers.

Il est contradictoire de de parler de l’Etat de droit démocratique moderne et prospère tout en bloquant l’application des Résolutions de la CNS qui sont les Fondements d’un Etat de droit démocratique moderne.

Une culture progresse quantitativement quand elle acquiert au fur et à mesure le plus grand nombre de ceux qui la vivent et qualitativement quand elle s’améliore intrinsèquement.

Les peuples qui progressent dans le Monde sont ceux qui considèrent l’histoire comme étant l’enregistrement de tous les acquis positifs dans tous les domaines de la société, des valeurs, des idéaux, du bien-être, de la sagesse, du génie, des connaissances qui s’accumulent et qui s’accroissent, d’un continuel avancement depuis un degré inférieur et moins qualitatif jusqu’à un degré supérieur des valeurs, des idéaux, d’intelligence, de connaissances, de la sagesse, du génie, du bien-être et de l’épanouissement.

Pour les peuples qui progressent dans le Monde, chaque génération reçoit de la génération précédente l’héritage des trésors, elle les conserve, les modifie, les enrichit de son apport et de son expérience, agrandis par les fruits de toutes les victoires qu’elle a remportées elles-mêmes et les transmet à la suivante.

Très Cher Compatriote,
Nos vœux les meilleurs vous accompagnent dans votre travail.
Fait le 04 09 2021.
Pour le Leadership National Congolais de Progrès
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM et WhatsAAp : +32-493-325-104 ; E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr
Répondre