Affaire "plainte de l'UDPS" vue dans les médias.

Répondre
Messager
Messages : 439
Enregistré le : mar. juin 03, 2008 7:53 am
Localisation : Belgique

Affaire "plainte de l'UDPS" vue dans les médias.

Message par Messager » mer. janv. 13, 2016 4:09 pm



http://www.rfi.fr/afrique/20160114-belg ... hisekedi-0
En Belgique, une plainte vise l’opposant congolais, Etienne Tshisekedi


Image

Des frondeurs du parti congolais, UDPS, portent plainte à Bruxelles contre le président du parti, Etienne Tshisekedi. Une plainte pour « faux » et « usage de faux », « escroquerie », et « vol et/ou extorsion ». Les plaignants reprochent à l’opposant historique d'avoir détourné le parti de son objectif et réclament des éclaircissements sur des dépenses qu'ils jugent « injustifiées ».

Ce n'est pas la première fois que les frondeurs de l'UDPS désavouent publiquement Etienne Tshisekedi. En septembre dernier, ils avaient même désigné un président intérimaire pour lui succéder. Déjà à l'époque, ils reprochaient au sphinx de Limete d'avoir « unilatéralement modifié » les statuts du parti, le détournant ainsi de son objectif historique à savoir « la conquête, l'exercice et la conservation démocratique du pouvoir ».

Plusieurs de ces frondeurs ont aujourd'hui décidé de joindre la plainte à la parole. André Kalonzo Ilunga est parmi eux : « Etienne Tshisekedi s’est permis de falsifier les statuts du parti en créant une nouvelle organisation qui n’est pas un parti politique, transformant ce parti en une sorte d’association à but lucratif. Nous sommes à quelques mois des élections. Nous tenons à faire vivre notre parti et nous nous édifions contre le fait qu’après avoir falsifié les statuts du parti, Etienne Tshisekedi continue à se faire prévaloir d’être le président de l’UDPS. Nous tenons à ce que la justice mette fin à cette usurpation par Etienne Tshisekedi ».

Second motif de la plainte, des soupçons de malversations financières dans « l'entourage proche » d’Etienne Tshisekedi. Selon l'avocat des plaignants, un « examen de la compatibilité de l’UDPS a fait apparaître des mouvements suspects » et « des dépenses injustifiées ».






http://www.lalibre.be/actu/internationa ... 389513eb8c
RDC : Des dissidents du parti de Tshisekedi attaquent ce dernier en justice à Bruxelles


Image

On a appris ce mercredi que des dissidents de l’UDPS en Belgique avaient déposé plainte le 19 novembre dernier auprès du juge d’instruction bruxellois Michel Claise contre le président du parti, Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Agé de 83 ans, ce dernier vit en Belgique depuis août 2014 pour des raisons de santé; une video de présentation de ses vœux pour 2016, mise en ligne le week-end dernier pour annoncer son prochain retour à Kinshasa, le montre en piètre forme

Deux types d’infraction

La plainte émane de frondeurs de l’UDPS, représentés par le cabinet de Me Marc Uyttendaele. En septembre dernier, ils avaient mis en place “un nouveau leadership du parti” en raison des mauvaises gestion et direction politique de la formation par le président Etienne Tshisekedi et de sa “famille biologique”.

Deux types d’infraction sont reprochés au vieil homme par les plaignants. D’abord “faux et usage de faux en écriture”. En cause: le fait que “les statuts de l’UDPS (ont) été modifiés unilatéralement par son président”. L’article 10 de ceux-ci - tel que notarié le 1er mars 2013 et signé par Etienne Tshisekedi le 25 octobre 2013 - ne comporte en effet plus la mention, parmi les objectifs du parti, de “la conquête, l’exercice et la conservation démocratiques du pouvoir”, ce qui, pour les dissidents, revient à faire de l’UDPS une ONG. Cette modification est “illégale” selon eux, parce qu’elle n’a pas été approuvée par le congrès de l’UDPS.

Les autres infractions reprochées à Etienne Tshisekedi sont “escroqueries”, “vol et/ou extorsion”. En cause, selon le cabinet Uyttendael: “Un examen de la comptabilité de l’UDPS a été réalisé à l’occasion de la rédaction d’un rapport d’activité de la représentation de l’UDPS-Benelux. Celui-ci a fait apparaître des mouvements suspects de sommes et des dépenses injustifiées”.

“Imputations dommageables”

La Libre Belgique a interrogé une des figures de l’UDPS à Kinshasa, Me Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba, par ailleurs doyen du barreau près la Cour suprême de Justice. “Jusqu’à ce matin, nous n’avons reçu - ni à Bruxelles, ni à Kinshasa - aucun document à propos de cette affaire”, nous a -t-il répondu. “Si nous recevons une convocation du parquet belge, je me rendrai à Bruxelles. D’abord nous contesterons la qualité des plaignants: il ne suffit pas de 25 personnes réunies dans un sous-sol à Bruxelles pour constituer une “faction” de l’UDPS. Où sont leurs militants au Congo? Où sont leurs bureaux?”

“Ensuite, nous montrerons que ces gens-là ont participé au congrès de l’UDPS (NDLR: en décembre 2010) et donné les pleins pouvoirs à Etienne Tshisekedi durant un délai déterminé et que le dépôt des nouveaux statuts s’est fait régulièrement, devant notaire à Kinshasa”. Et Me Mukendi d’ajouter: “Aller à Bruxelles nous donnera l’occasion d’intenter une action reconventionnelle (NDLR: demande opposée à l’action judiciaire principale) pour toutes les imputations dommageables faites par ces gens contre nous”.

La consultation du “Rapport général du premier congrès de l’UDPS”, rendu public à Kinshasa le 14 décembre 2010, à l’issue de cette réunion, indique, au sujet de la modification des statuts: “1.- L’objectif spécifique du Parti, à savoir la conquête, l’exercice et la conservation démocratiques du pouvoir a été mis en exergue. A cet effet, il a été créé une Commission Electorale Permanente du Parti (CEP) chargée d’organiser la campagne électorale nationale du Parti et de superviser les élections au plan interne”. Il s’agissait des élections de 2011, finalement frauduleuses.



UDPS: des membres portent plainte contre leur leader Etienne Tshisekedi


Image
RTBF avec Belga
Publié le mardi 12 janvier 2016 - Mis à jour à 10h04

Des membres du principal parti congolais d'opposition, l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), ont porté plainte contre le président de cette formation, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, pour avoir "modifié unilatéralement" les statuts du parti, tout en réclamant des éclaircissements sur des mouvements suspects de sommes et des dépenses "injustifiées", a annoncé mardi soir leur avocate.

Cette plainte a été déposée le 19 novembre dernier entre les mains d'un juge d'instruction bruxellois par plusieurs membres actifs de la représentation Benelux de l'UDPS.

Elle vise M. Tshisekedi - qui séjourne en "convalescence" en Belgique depuis août 2014, même s'il a annoncé, à 83 ans, son retour prochain à Kinshasa à l'approche des élections prévues en principe en novembre prochain - et plusieurs membres de sa famille, a précisé Me Fanny Vansiliette dans un communiqué adressé à l'agence Belga.

Les plaignants reprochent des infractions de "faux et usages de faux en écriture", d'"escroquerie" et de "vol" et/ou "extorsion".

"Des mouvements suspects de sommes et des dépenses injustifiées"

Selon Me Vansiliette, il est apparu que les statuts de l'UDPS ont été modifiés unilatéralement par son président. La suppression, à l'article 10, de "la conquête, l'exercice et la conservation démocratiques du pouvoir" comme objectifs de l'organisation ont fait perdre à cette dernière son statut de parti politique à douze mois de l'échéance des prochaines élections en République démocratique du Congo, a fait valoir l'avocate, qui appartient au cabinet Uyttendaele, Gérard, Kennes et associés.

Par ailleurs, un examen de la comptabilité de l'UDPS a été réalisé à l'occasion de la rédaction du rapport d'activités de la représentation de l'UDPS-Benelux. Celui-ci a fait apparaître "des mouvements suspects de sommes et des dépenses injustifiées", ajoute le communiqué.

"Vu la gravité des faits, ils (les membres de l'UDPS) n'ont eu d'autre choix que de saisir la justice pénale. Toutefois, à ce stade, afin de préserver le secret de l'instruction et de ne pas entraver le bon déroulement de l'enquête, aucune information complémentaire ne peut être communiquée", conclut le texte.

En septembre dernier, des frondeurs de l'UDPS, vivant pour la plupart en exil en Europe ou au Canada, avaient déjà remis en cause l'autorité de M. Tshisekedi en décidant son éviction de la direction du parti et en désignant un président "provisoire", André Kalonzo Ilunga, "après avoir fait le constat d'une vacance de leadership à la tête du parti, sur base de nombreux éléments et faits".

L'UDPS, minée par des divisions intestines, est la seule des grandes composantes de l'opposition congolaise à s'être montrée disposée à dialoguer avec le camp du président Joseph Kabila à l'approche d'élections législatives et présidentielle dont la tenue reste incertaine à moins de onze mois de l'échéance.







http://congoindependant.com/article.php?articleid=10510

Des dissidents de l’UDPS assignent Etienne Tshisekedi en justice


Image

L’avocat Marc Uyttendaele. Ph. Le Soir

Que se passe-t-il au sein de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)? Des dissidents de cette formation politique ont engagé le dangereux pari de laver le linge sale en public. Ils ont déposé plainte, entre les mains d’un juge d’instruction de la place, non seulement contre le Président national ce parti mais aussi contre des membres de sa famille. Les accusations sont gravissimes. Les plaignants ont fait appel à un des ténors du barreau de Bruxelles, en l’occurrence le très médiatique Marc Uyttendaele.

Dans un communiqué daté du 12 janvier 2016, l’avocat bruxellois Marc Uyttendaele annonce qu’il est le "conseil" de "plusieurs membres actifs" de la représentation Benelux de l’UDPS dans l’affaire : "UDPS c/X (MU/15/081)". "Mes clients vous seraient reconnaissants de bien vouloir publier le communiqué de presse que vous trouverez sous ce couvert", peut-on lire sur la page de garde revêtue de la signature de l’avocate Fanny Vansiliette, par délégation.

Que dit ce communiqué?

Dès le premier paragraphe, les avocats Marc Uyttendaele et Fanny Vansiliette signalent que le texte publié "a vocation à informer les membres et les partisans du parti politique congolais UDPS sur les éventuelles malversations commises en son sein".

En résumé, "plusieurs membres" non autrement identifiés de ce parti ont déposé, en date du 19 novembre 2015, une "plainte pénale" entre les mains d’un juge d’instruction bruxellois contre "Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba" ainsi que contre "certains membres de sa famille" dont les identités n’ont pas été mentionnées.

Que reprochent les plaignants au président national de l’UDPS? Il est question de "faux et usage de faux en écritures", "escroquerie", "vol et/ou extorsion". Les plaignants citent à l’appui de leur démarche la "modification unilatérale des statuts" dont l’article 10 d’une part, et des "mouvements suspects des sommes et des dépenses injustifiées", de l’autre, au niveau de la représentation de l’UDPS-Benelux. "Vu la gravité des faits, ils n’ont eu d’autre choix que de saisir la justice pénale, conclut le communiqué. Toutefois, à ce stade, aucune information complémentaire ne peut être communiquée".

L’auteur de ces lignes a tenté, dans la soirée de mardi 12 janvier, sans succès, de joindre au téléphone une "voix autorisée" pouvant donner la réaction de la direction de l’Union pour la démocratie et le progrès social. Félix Tshisekedi Tshilombo, le secrétaire national chargé des Relations extérieures, injoignable. Il en est de même d’André Kabanda, le responsable de ce parti au Benelux.

Dans une interview accordée à Congo Indépendant le 17 juillet 2015, Dr François Tshipamba Mpuila, ancien représentant de ce parti au Benelux, n’avait pas trouvé des mots assez durs pour décrire la situation qui prévalait au sein de cette organisation politique que de nombreux Congolais appellent "la fille aînée de l’opposition". Selon lui, l’UDPS se trouvait dans une «zone de turbulence». Une turbulence provoquée par des "actes de tripatouillage" et de "falsification des statuts du parti". Pour lui, les faits remonteraient à 2013.

A la question de savoir s’il avait eu l’occasion d’évoquer ces questions avec Etienne Tshisekedi, Mpuila a répondu comme suit : "Il y a eu plusieurs tentatives". Et d’ajouter : "Le président Tshisekedi me répondait chaque fois : ’on va voir’". "Je considère l’UDPS comme un ’patrimoine national’, soulignait-il. Ce parti porte les espoirs de tout un peuple. Le peuple congolais est en droit de nous exiger des comptes sur le fonctionnement du parti. Nous avons l’obligation de dire la vérité à ce peuple".

Joint au téléphone, mardi soir, François Mpuila Tshipamba n’a pas voulu s’étendre sur le fond du dossier en cours d’instruction. En intentant un tel procès aux conséquences imprévisibles pour l’image de l’UDPS, les plaignants ne risquent-ils pas d’être suspectés de faire le jeu du pouvoir kabiliste? "Bien contraire, les plaignants veulent préserver l’UDPS", a-t-il répliqué. Ajoutant : "Des démarches menées au plan interne n’ont donné aucun résultat. Personne n’a voulu écouter les plaignants...".

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2016






http://afrikarabia2.blogs.courrierinter ... 51335.html
RDC : une plainte contre Tshisekedi déposée à Bruxelles



Image

Alors que l’opposant congolais vient d’annoncer son retour prochain à Kinshasa pour participer au dialogue politique, deux avocats belges affirment qu’une plainte a été déposée à Bruxelles à l’encontre du président de l’UDPS pour « faux, usage de faux » et escroquerie.

Meeting Tshisekedi Bruxelles 0

Le communiqué de presse de maîtres Marc Uyttendaele et Fanny Vansiliette, deux avocats belges, tombe au plus mal pour l’opposant historique Etienne Tshisekedi. Le patron de l’UDPS, l’un des principaux partis d’opposition en République démocratique du Congo (RDC), est accusé de « faux et usages de faux en écritures, d’escroquerie et de vols et/ou extorsion » par plusieurs membres de son parti. Des proches d’Etienne Tshisekedi sont également visés par cette plainte, qui a été déposée à un juge d’instruction de Bruxelles le 19 novembre 2015.

Selon les plaignants, « les statuts de l’UDPS ont été modifiés unilatéralement par son Président ». La suppression de l’article 10 des statuts du parti d’opposition congolais ferait « perdre son statut de parti politique à l’UDPS et ce, à douze mois de l’échéance des prochaines élections au Congo ». Enfin, les accusations portent également sur la gestion financière du parti où la comptabilité ferait « apparaître des mouvements suspects de sommes et des dépenses injustifiées ».

Depuis plusieurs mois et la convalescence du patriarche à Bruxelles d’Etienne Tshisekedi (83 ans), c’est la guerre ouverte au sein du parti d’opposition. En cause, la succession délicate et mal préparée à la tête de l’UDPS, alors que le leader historique perd peu à peu les commandes du navire. Un climat délétère s’est installé entre, ce que les frondeurs de l’UDPS appelle « la famille biologique » du patron du parti (son fils Félix et sa femme Marthe), et les cadres du (...) Lire la suite sur :





http://www.demorgen.be/buitenland/klach ... -b5f902c6/

Klacht tegen Congolese oppositieleider Tshisekedi door eigen partijleden


Image
13-01-16, 05.53u - Bron: Belga
Lees later
2 Etienne Tshisekedi. ©AFP

Leden van de grootste Congolese oppositiepartij, Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), hebben klacht ingediend tegen partijvoorzitter Etienne Tshisekedi, omdat hij unilateraal de statuten van de partij heeft aangepast. Dat heeft hun advocaat gemeld. De partijleden vragen ook om uitleg rond uitgaven die volgens hen niet gerechtvaardigd waren.

De klacht werd op 19 november ingediend bij een Brusselse onderzoeksrechter door verschillende actieve leden van de UDPS-vertegenwoordiging in de Benelux. Ze is gericht tegen Tshisekedi - die sinds 2014 in ballingschap leeft in België - en verschillende leden van zijn familie, aldus meester Fanny Vansiliette in een persbericht. De partijleden beschuldigen Tshisekedi van valsheid in geschrifte, fraude, diefstal en/of afpersing.

Volgens de advocate is gebleken dat de voorzitter de statuten van zijn partij eenzijdig heeft aangepast. Door het schrappen van het artikel over het feit dat de macht de democratie moet nastreven, beoefenen en bewaren, heeft de organisatie twaalf maanden voor de nieuwe verkiezingen in de Democratische Republiek Congo haar statuut van politieke partij verloren, legt ze uit.

Uit een controle van de boekhouding van de partij blijkt bovendien dat er verdachte financiële transacties zijn gebeurd en uitgaven die niet werden gelegitimeerd.

Om het goede verloop van het onderzoek te waarborgen, zal over de zaak geen verdere informatie worden verschaft, klinkt het nog in het persbericht.

De partij besloot in september al om Tshisekedi aan de kant te schuiven en een nieuwe "voorlopige" voorzitter aan te duiden, vanwege een gebrek aan leiderschap. UDPS is de enige partij die bereid is in dialoog te gaan met president Joseph Kabila naar aanleiding van de verkiezingen die eind november zouden moeten plaatsvinden. Kabila is sinds 2001 president van Congo en de grondwet verbiedt hem zich opnieuw kandidaat te stellen. Tegenstanders van een nationale dialoog menen dat die gesprekken enkel dienen om Kabila aan de macht te houden.

Etienne Tshisekedi ©AFP

Répondre