La médiocrité des signataires de l’Accord violant la Constitution

Répondre
Avatar du membre
Tshipamba Mpuila
Messages : 417
Enregistré le : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

La médiocrité des signataires de l’Accord violant la Constitution

Message par Tshipamba Mpuila » mar. janv. 03, 2017 7:11 pm


UNION POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES SOCIAL
UDPS
PARTI POLITIQUE
CANAL HISTORIQUE - PATRIMOINE NATIONAL
La médiocrité des signataires de l’Accord violant la Constitution


Qui des signataires de l’Accord violant la constitution peut répondre valablement à celui qui dirait que les Congolais viennent de prouver encore une fois qu’ils se prévalent de leurs turpitudes et de leur médiocrité et qu’ils sont encore des sauvages errant dans une jungle ?
Quand un pouvoir n’a pas organisé les élections libres et transparentes aux échéances prescrites dans la constitution, il a manqué à son devoir constitutionnel : il doit être sanctionné. On ne lui fait pas un cadeau en prolongeant son mandat au-delà du prescrit de la constitution et en violant la constitution.

Que faites-vous de tous nos Compatriotes qui ont été sauvagement massacrés tout simplement parce qu’ils ont usé de leur responsabilité des Citoyens consciencieux ainsi que de leur devoir et droit constitutionnels de manifester pacifiquement pour exiger le respect de la constitution par tous ? Les débats expressément prolongés sur l’Accord ont retenu l’attention de la population, l’ont distraite et ont permis le glissement au-delà du 19 Décembre 2016 sans manifestations.

Il est très regrettable que les Autorités congolaises et les soit- disant – opposants aient cru se faire valoir et se faire respecter par notre Peuple et par le Monde entier en violant la constitution et ne sachent pas que le respect de la Constitution est l’un des critères d’un homme de progrès ainsi que des peuples, des pays et des sociétés qui respectent l’idéal de droit démocratique moderne et qui avancent vers l’avant car la constitution est “L’âme de la Cité” ; “Une représentation de soi d’un peuple comme sujet agissant” (Isocrate); “Un code A.D.N. spécifique à chaque peuple” (Baguenard, J.); “L’organisation d’une communauté politique, d’une unité politique enracinée dans un ensemble culturel” (Duhamel, O.) ; « La constitution, c’est le peuple et vice-versa” (Eboussi Boulaga);

Lorsqu’on demanda à Solon quelle était la meilleure Constitution du Monde, il répondit: “Dites-moi d’abord pour quel peuple et quelle époque?”; “Autant de constitutions, autant des récits qui racontent l’histoire des hommes, donnent un sens à leur vie individuelle et collective” (Dominique Rousseau); “Les constitutions sont comme un sémaphone: la description de ses pièces et de ses mouvements n’apporte pas grand chose quand on ignore la signification des signaux transmis” (Michel Alliot) ; Un texte constitutionnel voile un projet de communauté politique liée à un imaginaire historique partagé” (Rousseau D. ; “La constitution nous permet de saisir l’arrière-fond de la constitution”(Crabb, J).

Dans la constitution, “Chaque Etat possède une identité génétique particulière, un code A.D.N. spécifique, même si le terme générique d’Etat demeure universellement adopté” (Baguenard, J.); “La constitution dévoile la centralité souterraine d’un Etat, de là découle son articulation en forme et en régime. En effet, s’il y a un trait commun à toutes les sociétés, c’est bien que chacun construit son propre univers mental, pensé et impensé, qui traduit sa vision du monde, du vivre ensemble”. (Baguenard J.).

Nous ne pouvons toucher à la constitution qu’avec des mains tremblantes.

Il y a des procédures prévues dans la constitution pour l’amender : respectons ces procédures. N’en créons pas d’autres selon notre volonté arbitraire, nos émotions, nos sentiments, nos sensibleries, nos caprices…..

En dehors de ces procédures, aucun accord, aucun arrangement n’est au-dessus de la constitution. La constitution a prévu des articles qu’on peut amender et des articles verrouillés. Respectons ces prescrits constitutionnels si nous voulons être pris au sérieux et progresser. Pendant que nous pataugeons dans la boue, les autres peuples y compris africains progressent. Créons les conditions de notre bonheur et préparons-nous à léguer à nos enfants et aux futures générations le chef-d’œuvre de nous-mêmes comme héritage.

Au terme de l’Accord, le tyran n’organisera pas des élections libres et transparentes. Il a reçu de cet Accord des pouvoirs encore plus exorbitants, une légitimité et un prestige plus accrus. Il va perpétrer sans aucun scrupule d’autres carnages, d’autres massacres, d’autres ravages, d’autres cruautés, d’autres atrocités, et d’autres horreurs. L’Accord sera violé en premier lieu par lui-même. L’Accord a potentialisé sa soif du sang humain, sa cupidité d’argent, son avidité de pouvoir, sa férocité, sa rage, sa méchanceté, sa ruse, sa perfidie, sa capacité de destruction et de nuisance. Il y aura encore beaucoup plus de charniers.

Les soit-disants opposants vont se ruer à la Grande et Vulgaire Mangeoire les bouches grandes ouvertes et débordantes de salive. Et à la Mangeoire, personne d’entre eux ne pensera au Peuple. Ils ne feront que manger, sans regarder autour, ils seront pressés, ils oublieront les termes de l’Accord, ils ne penseront pas à autre chose, ni à partager le gâteau avec d'autres ni surtout pas à organiser l'Etat pour nourrir aussi le Peuple...
Le jour où la Constitution sera scrupuleusement respectée ; où la Nation se dotera des règles et des mécanismes restrictifs de gestion, de contrôle et de sanction, le pouvoir cessera d'être la Grande et Vulgaire Mangeoire, son service n'attirera plus la confrérie des mangeurs. Seuls ne s'engageront plus dans les fonctions politiques que les passionnés de la Chose Publique, du Bien Commun et du Service.

Fait le 03 Janvier 2017.
Dr François Tshipamba Mpuila
(E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr.)

Répondre