Ils se sont déshonorés, discrédités, disqualifiés et rendus coupables

Répondre
Avatar du membre
Tshipamba Mpuila
Messages : 417
Enregistré le : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

Ils se sont déshonorés, discrédités, disqualifiés et rendus coupables

Message par Tshipamba Mpuila » ven. mars 03, 2017 7:40 pm

UNION POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES SOCIAL
UDPS
PARTI POLITIQUE
CANAL HISTORIQUE - PATRIMOINE NATIONAL
Ils se sont déshonorés, discrédités, disqualifiés et rendus coupables

Méprisant et ignorant l’histoire, sous-estimant la capacité et le pouvoir de notre Peuple, ils ont calmé notre Peuple, accordé une légitimité à un monstre et ils sont tous responsables des massacres et des crimes perpétrés en RDC au-delà du 31 Décembre 2016.
Rien ne justifiait la signature de l’Accord du 31 Décembre 2016 avec un monstre et un tyran.

C’est bien et beau de tenir aujourd’hui des conférences de presse à Bruxelles et ailleurs pour dénoncer l’impasse politique en RDC et alerter l’opinion alors que le 31 Décembre 2016, leurs Leaders du Rassemblement signataires du tristement célèbre et néfaste Accord du 32 Décembre 2016 ainsi que les Bienheureux Médiateurs de la CENCO, tous dans une euphorie démentielle et un envoûtement collectif, étaient fiers d’annoncer à la même opinion que pour une fois, par ledit Accord, les Congolais venaient de prouver à la face du Monde qu’ils pouvaient trouver entre eux et par eux-mêmes, de façon inédite, grâce à leur génie et prestidigitation propres, une solution appropriée, définitive et durable à la Tragédie congolaise !
Les Leaders du Rassemblement et les Bienheureux Médiateurs de la CENCO sont impardonnables car ils ont donné la preuve de mauvaise foi, de mépris et de l’ignorance coupables des évidences élémentaires ci-après :

• La bonne foi n’existe pas chez un monstre et un tyran
Tout Accord signé avec un monstre et un tyran est un Accord est un accord contre-productif et générateur des effets plus désastreux qu’auparavant.
• La capacité de notre Peuple et une contradiction entre les termes
Les signataires de l’Accord du 31 Décembre 2016 déclarent mener le combat politique pacifique, mais paradoxalement, ils sous-estiment la capacité de notre Peuple de se mobiliser sous un Leadership compétent, responsable, stratège et pragmatique, de chasser du pouvoir le monstre et le tyran comme les autres peuples ont réussi à le faire. Et pourtant, le même Peuple a donné la preuve de sa capacité et de sa détermination en affrontant dans les rues les escadrons de la mort et en allant jusqu’au sacrifice suprême pour empêcher la révision constitutionnelle.
• La vérité contenue dans nos écrits, nos cris d’alarme, les faits historiques et les expériences nationales et internationales
Ils ont été à plusieurs reprises prévenus par tous les moyens ci-haut cités sur la non- application, par les tyrans, de plus de cinquante Résolutions du Conseil de Sécurité sur la RDC et d’une Multitude des Accords issus des négociations nationales et régionales.
• Le Message des Experts internationaux dans leur livre intitulé « Réforme au Congo (RDC) : Attentes et désillusions », L’Harmattan, 2009
Ces Experts ont démontré que tout ce qui a été entrepris en RDC a abouti par un échec flagrant et généralisé, et ce malgré les moyens financiers importants octroyés par la Communauté Internationale, notamment de 2001 à 2007).
Illustration : (13 018,91de dollars US par les pays membres de l’OCDE et 3 760,84 de dollars US par les Agences Multinationales, soit le total de 16779,75 dollars US).
Selon ces mêmes Experts, les gestionnaires actuels de l’Etat bloquent, sabotent et asphyxient toute initiative positive, toute possibilité de réforme constructive en RDC et leur départ du pouvoir est un préalable à la réalisation des initiatives positives et des réformes constructives en RDC.
• « La Dialectique du Maître et de l’Esclave » (Hegel).
Pour Hegel, dans une confrontation, celui qui a peur du risque et de la mort pour sauver sa vie devient l’Esclave.
• « Mein Kampf » (Mon Combat)
Dans ce livre, Adolf Hitler a affirmé que, pour les tyrans, les négociations, la diplomatie et les accords sont des mascarades. Les tyrans n’en prennent que ce qui assure leur légitimité, leur prestige et leur pouvoir, mais ils rejettent tout le reste. Seul le glaive compte pour eux.
• « La Servitude volontaire » (Etienne de la Béotie)
Pour l’auteur, les accords signés avec les tyrans rendent ces derniers plus frais et plus forts, attisent, décuplent et potentialisent leurs exigences, leur arrogance, leur rage, leur férocité, leur méchanceté, leur soif du sang humain, leur cupidité d’argent, leur propension à tout ruiner et à tout piller, leur capacité de nuisance et de destruction.
« Mais si on ne leur obéit point, sans combattre, sans frapper, ils demeurent nus et défaits et ne sont plus rien, sinon que comme la racine, n’ayant plus d’humeur ou aliment, la branche devient sèche et morte. ».

Les signataires de l’Accord du 31 Décembre 2016 ont redonné le souffle au monstre acculé dans les rings par notre Peuple ; ils lui ont apporté des béquilles et des bombonnes d’oxygène ; ils lui ont redonné l’initiative et ils lui ont même adressé l’ultimatum de convoquer le dialogue ; ils se sont précipités à la table des pré-dialogues ; ils ont voyagé avec des passeports leur octroyés par le pouvoir pour se rendre dans différentes villes pour participer aux pré-dialogues ; ils ont perçu des per diem les jours de ces pré-dialogues ; ils ont signé fièrement, lucidement et consciemment l’Accord du 31 Décembre 2016.

Par cet Accord, ils lui ont donné un pouvoir à vie, la légitimité et les armes nécessaires pour se moquer de nous, nous humilier, nous massacrer encore davantage et parachever sa mission : faire de la RDC un département ou une province du Rwanda ; parachever le génocide du Peuple congolais et permettre aux Rwandais d’occuper la RDC et devenir les propriétaires du sol et du sous-sol congolais, développer le Rwanda par le pillage des richesses naturelles de la RDC et faire du Rwanda un pays émergent..
Les signataires de l’Accord du 31 Décembre 2016 se sont rendus coupables des massacres et des crimes perpétrés depuis le 19 Décembre 2016.

• Eviter que le sang ne coule

Pour le Rassemblement et la CENCO, il fallait éviter que le sang ne coule le 19 Décembre 2016. Or, un pouvoir tyrannique se nourrit du sang. Le sang a déjà trop coulé ; il continue à couler ; il coulera davantage aussi longtemps que le pouvoir actuel existe ; il coulera même encore trop.
Les Signataires de l’Accord du 31 Décembre 2016 ont calmé notre Peuple et l’ont empêché d’organiser des manifestations sur toute l’étendue de la RDC pour mettre fin au pouvoir d’occupation étrangère, esclavagiste, coloniale, tyrannique et prédatrice dans notre Pays.
Le sous-traitant esclavagiste sait qu’il sous haute surveillance, pression et menace de nombreux Décideurs internationaux. Il n’allait pas exterminer toute la Population le 19 Décembre 2016. Il allait fuir comme Blaise Compaoré au Burkina Faso, Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Egypte, Nicolae Ceaușescu en Roumanie.

• Les exemples survenus dans les autres pays

Les Tunisiens ont obtenu une victoire historique en chassant le tyran Ben Ali qui les opprimait depuis 23 ans. Ils ont ouvert la voie, d'abord aux peuples des pays arabes, mais aussi à tous les peuples du monde en démontrant qu'un peuple qui surmonte sa peur et affiche sa détermination est invincible. Les Tunisiens ont donné raison au poète tunisien Abou El Kacem Chabbi : « Si le peuple veut un jour la vie, il finit par prendre son destin en main (…). La nuit finira par s'éclaircir et les chaînes par se briser ».
Dans toutes les villes de Tunisie, les manifestations populaires, où les jeunes ont joué un rôle essentiel, d'abord pour l'emploi et le pouvoir d'achat, ont rapidement avancé des revendications politiques fustigeant le pouvoir du despote et la corruption de sa famille.
Le mot d'ordre « Ben Ali casse-toi » était scandé dans toute le Tunisie mais aussi en France dans les manifestations de soutien.
Cette conscience politique n'est pas surgie du néant et ne s'est pas construite en quatre semaines. Elle a mûri pendant la dictature avec "l'accumulation de frustrations, de colères et de haines de ce régime", comme le souligne la militante Olfa Lamloum dans "l'Humanité" du 20 janvier.
Puis, elle s'est exprimée avec force dans le bassin minier de Gafsa en 2008-2009 où la révolte de toute une population pour le droit au travail a été violemment réprimée.

C'est aussi le résultat du travail de longue haleine des défenseurs des droits de l'homme, d'avocats et magistrats, d'étudiants, de syndicalistes et de certains opposants politiques.
Travail mené en Tunisie malgré la répression - au prix du harcèlement permanent, des arrestations, des emprisonnements, des tortures - et en Europe, notamment en France, par les associations tunisiennes des droits de l'homme dont certains responsables, comme Kamel Jendoubi, président de CRDLHT, ont enfin retourné en Tunisie après des années d'exil.

Comme l'a reconnu le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik dans "l'Humanité "du 20 janvier :" Ce sont ces hommes et femmes de cœur qui ont réussi l'exploit de faire sortir la Tunisie de sa léthargie".

• Les discussions interminables

Aujourd’hui, nous sommes le 02 Mars 2017. Le premier garçon des courses du sous-traitant esclavagiste dans sa Basse- Cour (PREMIER MINISTRE) désigné par le Rassemblement n’est toujours pas nommé. La Transition n’a donc toujours pas commencé.
Ensuite viennent les discussions sur l’authenticité de la lettre d’Etienne Tshisekedi. Puis viendront les discussions sur la répartition des postes ministériels. Aura le dernier mot dans les négociations celui qui, selon la constitution, dispose des pouvoirs absolus et illimités ; qui a les pouvoirs effectifs sur les escadrons de la mort (Bataillons de l’Armée Patriotique Rwandaise habillés en uniformes des FARDC, de la Police et des Services de Sécurité) et qui les contrôle.

Les congolais présents dans ces institutions sont des éléments décoratifs. Ils n’ont aucun pouvoir effectif et réel. Ils sont des esclaves volontaires, heureux et consentants ; ils ne mènent aucun combat libérateur à partir de l’intérieur des institutions. Ils sont fiers d’avoir accédé à la Soupe de la Grande et Vulgaire Mangeoire.

Tout sera ainsi bloqué jusqu’en 2051. Le sous-traitant esclavagiste analphabète ramassé dans les caniveaux de Dar-Es-Salam totalisera 50 ans (2001-2051) à la tête de la RDC avant la fin de l’imbroglio et de la Tragédie. Il aura accompli la mission ci-haut citée pour laquelle il a été imposé au Peuple Congolais.

Le sous-traitant esclavagiste et ses géniteurs, tuteurs et parrains politiques rwandais rient chaque soir de pitié et de cynisme pour avoir réussi à tourner en bourriques, pendant plusieurs années, une partie de l’Elite Congolaise réunie sous le Label du Rassemblement et de la CENCO…..

• Notre Peuple, nos enfants et les nouvelles générations

Ils n’oublieront jamais que le Rassemblement et la CENCO, en empêchant les manifestations populaires généralisées le 19 Décembre 2016 pour chasser le sous-traitant esclavagiste du pouvoir, ont prolongé les souffrances, les humiliations, les malheurs, le psychodrame et la tragédie du Peuple Congolais.

Pour méditation :
• L’erreur est humaine. Persévérer est diabolique.
• Qui chérit son erreur ne veut ni la connaître ni la reconnaître.
• N’ayez pas peur de faire une erreur. Mais faites en sorte de ne pas refaire la même erreur deux fois.
• La vérité d’aujourd’hui et de demain doit se nourrir de l’erreur d’hier.
• La seule véritable erreur est celle dont on ne retire aucun enseignement.
• Le métier des intellectuels est de chercher la vérité au milieu de l’erreur, de la corriger et de s’améliorer constamment.

Fait le 02 Mars 2017.
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM 0032-493-325-104; GSM 0032-492-100-276
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr.


Répondre