FIN INÉVITABLE et TOUJOURS TRISTE, HUMILIANTE ET TRAGIQUE DES TYRANS

Répondre
Avatar du membre
Tshipamba Mpuila
Messages : 387
Enregistré le : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

FIN INÉVITABLE et TOUJOURS TRISTE, HUMILIANTE ET TRAGIQUE DES TYRANS

Message par Tshipamba Mpuila » mer. juin 14, 2017 2:10 pm

Drapeau de la République Démocratique du Congo

La couleur bleu ciel symbolise la paix ;
La bande rouge représente le sang des martyrs ;
La couleur jaune est le signe de la richesse du pays tandis que
L'étoile jaune renvoie à un pays uni promis à un avenir radieux.

La Leçon de l’Histoire Mondiale
L’Histoire Mondiale de tous les Peuples a démontré qu’on a eu toujours tort
Ceux qui ont imposé à leurs propres peuples ou aux autres peuples des systèmes avilissants, humiliants et déshumanisants (esclavage, colonisation et tyrannie) et piller leurs richesses naturelles ont fini par la défaite et une fin trop triste et humiliante
C’est une leçon dont doivent s’inspirer les gouvernants Congolais et leurs géniteurs, tuteurs et parrains politiques étrangers ainsi que leurs mercenaires locaux, les complices et les traîtres Congolais.
⦁ La Marche de l’Histoire Mondiale vers le triomphe de l’Idéal démocratique est un processus irréversible.
Chaque homme et chaque Dirigeant récoltent au Multiple, ici sur terre, par leur manière de mourir, après leur mort et dans le souvenir des Survivants, ce qu’ils ont semé autour d’eux durant leur vie terrestre : la liberté ou l’esclavage, l’arbitraire ou la démocratie, le bien ou le mal, la justice ou l’injustice, le chaos ou l’ordre, le bonheur ou le malheur, la dignité ou les humiliations, la joie ou les souffrances, le sourire ou les pleurs...
⦁ Tous les tyrans, dans le Monde entier, connaissent une fin triste et humiliante

⦁ Nicolae Ceausescu

Nicolae Ceausescu
Tyran roumain de 1965 à 1989. Il se faisait appeler (le Conducător, Le « Génie des Carpates » ou encore le « Danube de la pensée ».
La révolution en Roumanie a été violente, avec 104 morts et 1 761 blessés, bien que les médias aient diffusé durant les évènements des rumeurs alarmistes sur le nombre de victimes, avec notamment l'affaire des charniers de Timișoara.
Le dictateur a été renversé lors de la Révolution populaire de 1989. En effet, le 21 Décembre 1989 a lieu un rassemblement populaire censé soutenir le régime, l'événement étant filmé. Mais soudain en plein discours, le dictateur fut hué par le peuple roumain rassemblé pour ce meeting. Le désarroi du tyran apparut en direct. Le lendemain, le bâtiment du Comité Central fut attaqué : Ceausescu, lâché par la direction du parti, prit la fuite.
Des manifestants réussirent à prendre le bâtiment des télévisions à 13h puis fraternisèrent avec les militaires.
Le 25 décembre 1989, lui et son épouse Elena furent rattrapés dans leur fuite. A la suite d'un procès expéditif de 55 minutes rendu par un tribunal réuni en secret dans une école de Târgoviște à 50 km de Bucarest, Nicolae Ceaușescu et Elena Petrescu, déclarés coupables de génocide, furent condamnés à mort et aussitôt fusillés dans la base militaire de Târgoviște.
Le soir même, les images des corps exécutés du couple Ceaușescu ont été diffusées à la télévision. Leurs cadavres ont été enterrés dans le cimetière civil de Ghencea à Bucarest, dans une tombe sans nom.
⦁ Adolf Hitler 

Adolf Hitler en 1937 : mort par suicide le 30 Avril 1945
Adolf Hitler lors de ses discours, photos de Heinrich Hoffmann, en 1930
C’est le Führer (« Le Guide ») de l’Allemagne nazie. Le plus grand des tyrans et le plus ambitieux de toute l’histoire, a été vaincu et s’est suicidé le 30 Avril 1945 à Berlin.
Fondateur et Figure centrale du Nazisme, il instaura en 1933 une dictature totalitaire en Allemagne connue sous le nom de 3ème Reich.
Chef du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) et auteur de Mein Kampf, il devient chancelier le 30 janvier 1933.
Mein Kampf (ou Mon combat en français) est un livre rédigé par Adolf Hitler entre 1924 et 1925.
Commencé pendant les neuf mois de sa détention à la prison de Landsberg à la suite du putsch de la Brasserie, l'ouvrage contient des éléments autobiographiques, l'histoire des débuts du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) et diverses réflexions sur la propagande ou l'art oratoire.
L'auteur expose ouvertement, dans un style empreint de haine, la "conception du monde" du national-socialisme, avec ses ambitions hégémoniques, expansionnistes, belliqueuses, racistes, antisémites et ultra- nationalistes
Une fois au pouvoir, Hitler mit très rapidement en place les premiers camps de concentration nazis, dans le cadre de la répression des opposants politiques (notamment socialistes, communistes et syndicalistes). L'année suivante, après une violente opération d’élimination physique d’opposants et rivaux — Cfr. : Nuit des longs couteaux — et la mort un mois après du vieux maréchal Hindenburg, alors Président du Reich, il se fit aussitôt plébisciter — en août 1934 — comme chef de l'État, portant désormais le double titre de Führer (« guide ») et chancelier du Reich.
Il appliqua une politique pangermaniste, revanchiste et belliqueuse, fondée sur une idéologie antisémite, anti-slave et raciste. L'expansionnisme de l'Allemagne nazie fut l'élément déclencheur du volet européen de la Seconde Guerre mondiale, qui causa plusieurs dizaines de millions de victimes.
Hitler fut le principal responsable de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, crimes dont la Shoah reste le plus marquant. L'Allemagne nazie occupa la majeure partie de l'Europe, mais fut ensuite repoussée sur tous les fronts, puis envahie par les Alliés, à l'Est et à l'Ouest. Hitler se donna la mort quand Berlin fut investi par les troupes soviétiques. Son régime devait, selon ses termes, durer « mille ans », il dura douze ans et laissa l'Allemagne et une grande partie de l'Europe en ruines.
L’ampleur sans précédent des destructions, des pillages et des crimes de masse dont il est le responsable (en particulier les camps d’extermination nazis), tout comme le racisme radical singularisant sa doctrine et l'inhumanité exceptionnelle des traitements infligés à ses victimes lui ont valu d'être considéré de manière particulièrement négative par l'historiographie, par la mémoire collective et par la culture populaire en général. Son nom et sa personne font généralement figure de symboles répulsifs.
On ne trouvera jamais, en Allemagne, le nom d’une rue, d’une Grand’Place, d’un stade, d’un quartier… portant le nom d’Adolf Hitler.



⦁ Hissène Habré

Hissène Habré
Il est président de la République du Tchad de 1982 à 1990 à la suite du coup d'État qui renverse Goukouni Oueddei. Il gouverna en dictateur.
Condamné à mort par contumace pour crimes contre l'humanité par un tribunal de Ndjamena, il s’est réfugié au Sénégal et inculpé de crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture. La Cour internationale de justice avait décidé le 20 juillet 2012 que le Sénégal avait manqué à ses obligations internationales et a ordonné aux autorités sénégalaises soit de juger Habré, soit de l'extrader vers la Belgique.
Il est l'un des responsables de la détention de plusieurs ressortissants européens, dont l'ethnologue Françoise Claustre entre 1974 et 1977, et de l'exécution de l'émissaire envoyé par le gouvernement français pour négocier leur libération, lecommandant Galopin.
Le général Idriss Déby le renverse le 1er décembre 1990 et Habré trouve refuge au Sénégal..Hissène Habré est soupçonné d'être responsable de la mort de presque 40 000 personnes. En novembre 1990, à la veille du renversement du régime, 300 détenus politiques ont été exécutés sommairement.
En janvier 1992, après le renversement du régime Habré, plusieurs fosses communes ont été découvertes à 25 km de la capitale. Certaines fosses contenaient jusqu'à 150 squelettes des détenus exécutés par la tristement célèbre police politique (DDS). Le rapport de la commission d'enquête comptabilise quelque 80 000 orphelins produit par la terreur du régime Habré.
Des poursuites contre lui sont engagées en Belgique en application de la loi de compétence universelle qui, bien qu'abrogée en 2003, s'applique dans ce cas précis (certains plaignants ayant acquis la nationalité belge). Un mandat d'arrêt international, assorti d'une demande d'arrestation immédiate, est délivré par la justice belge le 19 septembre 2005 et transmis aux autorités sénégalaises. En juillet 2006, le Sénégal est mandaté par l'Union africaine pour juger Hissène Habré pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture. Le Sénégal a alors engagé une série de réformes législatives et adopté un amendement constitutionnel afin de juger l'ancien dictateur tchadien.
Le 15 août 2008, il est condamné à mort par contumace pour crimes contre l'humanité par un tribunal de Ndjamena. Le 3 décembre 2012, Reed Brody annonce l'imminence de son procès. Le 30 juin 2013, il est placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte par un tribunal spécial devant le juge.
Le 30 mai, l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré a été condamné à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerres, tortures et viols.
Charniers et Transall
Selon cette enquête, la découverte en 1980 de charniers à ciel ouverts remplis de victimes fusillées par les forces d’Habré autour de sa demeure dans la capitale N’Djamena.
Le 30 mai, l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré a été condamné à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerres, tortures et viols.

A suivre…..
Fait le 14 Juin 2017
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM 0032-493-325-104
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr.




Répondre