HOMMAGE ET HONNEUR AUX MARTYRS ET AUX HEROS DE L’INDEPENDANCE NATIONALE

Répondre
Avatar du membre
Tshipamba Mpuila
Messages : 387
Enregistré le : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

HOMMAGE ET HONNEUR AUX MARTYRS ET AUX HEROS DE L’INDEPENDANCE NATIONALE

Message par Tshipamba Mpuila » dim. juil. 02, 2017 9:15 am


HOMMAGE ET HONNEUR AUX MARTYRS ET AUX HEROS DE L’INDEPENDANCE NATIONALE

A Vous tous. connus et inconnus qui entre 1482 - date de l’arrivée de Diego Cao dans notre Pays – et 30 Juin 1960 –date de la proclamation de l’Indépendance et de la Souveraineté nationale du Pays qui nous a été légué par nos Ancêtres, le Congo/Kinshasa !
A Vous tous qui avez donné la preuve, jusqu’au sacrifice suprême, de votre attachement et de votre dévouement à notre Patrie !
A Vous tous qui avez été les témoins, les acteurs et les artisans de notre libération de l’indignité, de l’esclavage, de la colonisation, des humiliations, des souffrances, des travaux harassants et épuisants, du pillage des richesses naturelles de notre Pays pour les seuls intérêts de l’Occupant !
A Vous tous qui avez œuvré pour le respect du caractère sacré et inviolable de la vie, de la liberté, de la dignité humaine, des libertés individuelles et publiques, des droits fondamentaux, civiques, politiques, économiques, sociales et culturelles, du droit des peuples à s’autodéterminer et à choisir librement son système politico-social de gestion de la Cité et de ses dirigeants !
Nous pensons particulièrement à Vous aujourd’hui, le 29 Juin 2017, la veille du 57ème Anniversaire de la proclamation de l’Indépendance et de la Souveraineté nationale de notre Patrie (30 Juin 1960-30 Juin 2017) !
Nous vous rendons hommage, nous vous honorons puisque nous savons que les Martyrs représentent l’un des puissants leviers de l’Humanité et peuvent transformer une populace altérée de sang en un groupe d’hommes prêts à mourir pour un idéal de justice, de liberté, pour une cause noble et juste.
Etudiants, enseignants, religieux, laïcs, philosophes, apôtres, orateurs, ministres, présidents de la République, parlementaires, sénateurs, fonctionnaires de l’Etat, cuisiniers, hommes, femmes, adultes, jeunes, vieillards, travailleurs, journalistes, leaders et membres des partis politiques, paysans, agriculteurs, maçons, plombiers, électriciens, chômeurs, leaders religieux, adeptes des religions, croyants, non croyants, menuisiers, intellectuels, plombiers, écrivains, musiciens, professeurs d’université, écoliers, sportifs, membres des organisations humanitaires et de défense des droits de l’homme, syndicalistes, travailleurs dans les mines… Voilà nos Martyrs et nos Héros de l’Indépendance Nationale !
Ils savaient que la liberté ne se donne pas, elle se prend, elle s’arrache ; elle s’arrache parfois et souvent même au prix le plus fort, c’est-à-dire le sacrifice suprême, le don de sa vie. Ils ont accepté de payer ce prix.
Ils sont les fondateurs de plusieurs siècles d’espoir.
A toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand qu’un martyr ? Il n’y a de plus grand que celui qui, en enseignant un idéal, a vécu cet idéal et a donné l’exemple de loyauté de fidélité indéfectible, d’attachement, d’amour total et d’une morale plus pure.

Les Martyrs n’ont pas dégainé l’épée pour soutenir leur parole, ils ont brandi face aux ennemis et aux adversaires le glaive de l’esprit, du patriotisme, du courage, de la bravoure et de l’héroïsme qu’ils portaient en eux et ils ont donné à la Nation leur sang au lieu de répandre celui de leurs ennemis, de leurs adversaires, de leurs semblables, de leurs frères. Ils ont été les Combattants de la liberté aux mains nues et ne demandaient qu’une seule chose à leurs ennemis et adversaires : Faites-nous justice !
.
Ils sont devenus les Martyrs et les conquérants d’un autre type : en donnant l’exemple du don de soi, ils ont conquis plusieurs adeptes et plusieurs disciples. Ils ne les ont pas conquis par la ruse, la force et la violence : ils les ont conquis par leur amour inégalable de la liberté et leur attachement infaillible à l’Indépendance de la Nation !

Les Héros de ce type particulier sont nombreux dans le Monde et illuminent leurs Nations au cours de différents siècles de l’Histoire de l’Humanité. Qu’il nous soit permis d’évoquer ici notamment l’exemple de M. Jan Palach, né le 11 Août 1948 et mort par suicide le 19 Janvier 1969, était un étudiant en Histoire tchécoslovaque qui s’est immolé par le feu sur la Place Venceslas à Prague le 16 Janvier 1969.

Avant l’auto-immolation, il avait, d’abord participé le 7 Octobre 1968 à une manifestation organisée à Prague contre l’occupation soviétique de son pays; puis à une grève organisée le 18-21 Novembre 1968 à l’Université contre l’occupation soviétique de son pays.


Jan Palach.

Par ce suicide public, Palach a démontré qu’il n’a pas supporté voir la Liberté, l’Indépendance et la Souveraineté nationale de son pays écrasées par les chars des forces d’occupation étrangère : il protestait contre l'indifférence de la population à l’invasion de son pays par les forces du Pacte de Varsovie en août 1968.

Cette invasion avait mis fin brutalement au Printemps de Prague, et aux réformes d’Alexander Dubček dont l'objectif était l'humanisation du système socialiste tchèque. L’intervention militaire de 1968, suivie par une soumission du Parti communiste tchécoslovaque aux ordres de l'URSS, allaient verrouiller durablement le champ politique de la Tchécoslovaquie communiste, qui entrait dans la phase dite de « normalisation ».

Étudiant à l'École supérieure d'économie de Prague puis à l'université Charles, Jan Palach est mort trois jours après son geste, des suites de ses brûlures extrêmement importantes. Jan Zajíc et Evžen Plocek, deux autres jeunes tchèques, suivirent l'exemple de Jan Palach respectivement le 25 février et le 9 avril de la même année.

Les autorités communistes ont alors tenté de discréditer le jeune martyr par plusieurs manipulations, notamment en faisant disparaître une lettre posthume où Jan Palach dénonçait l'invasion soviétique.
Dans cette lettre, il a écrit ceci :

Je ne fais pas ça pour qu’on me pleure ou pour devenir célèbre, ou parce que je suis tout simplement fou. Je me suis décidé à accomplir cet acte pour que vous vous repreniez en main et pour que vous ne vous laissiez plus abuser par d’autres dictateurs !

Les médecins ont établi qu’il avait posé son acte d’auto-immolation pour des motifs totalement altruistes et patriotiques ; et qu’il était donc politiquement motivé.

Après lui,

Plaque mémoriale dédiée à Jan Palach et fleurie en commémoration de sa mort
Conséquences de son Martyre
En janvier 1989, le 20e anniversaire de la mort de Jan Palach a provoqué une semaine d'importantes manifestations contre le régime communiste, appelée « Semaine de Palach ». Le 16 février 1989, l'auteur dramatique Václav Havel, un des dirigeants du mouvement de la Charte 77, a été arrêté par la police de la dictature communiste pour avoir voulu déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de Jan Palach.
Le 20 février suivant, il a été condamné pour ce geste à neuf mois de prison ferme et le 22 février, sept autres opposants ont été aussi condamnés. Quelques mois plus tard, la dictature s'est effondrée à la suite de la Révolution de velours.
Hommages à Jan Palach
⦁ L'astronome ⦁ Luboš Kohoutek a nommé un ⦁ astéroïde en hommage à Palach le ⦁ 22 ⦁ août ⦁ 1969 (⦁ (1834) Palach).
⦁ Le jour de l’anniversaire de son geste, le mémorial qui lui est désormais consacré devant la ⦁ statue équestre de saint Venceslas est couvert de fleurs.
⦁ Une gare d'autobus dans la ville de ⦁ Curepipe à l'⦁ île Maurice porte son nom.
⦁ Plusieurs voies portent également son nom : une ⦁ rue à ⦁ Reims, ⦁ Couëron, ⦁ Saint-Herblain et à ⦁ Angers, une ⦁ allée à ⦁ Sevran ou encore une ⦁ avenue à ⦁ Gignac-la-Nerthe.
⦁ Le campus de Dijon de ⦁ Sciences Po Paris possède une statue en son honneur.
⦁ "Torches", musique composée et interprétée par Lamb Of God sur leur album VII : Sturm Und Drang, en son hommage.

Dans notre propre Histoire nationale contemporaine, inspirons-nous de la grandeur d’âme, de la beauté du geste, l’exemple inédit, admirable et fascinant – c’est la toute première fois dans toute l’Histoire nationale que nous avons vécu un martyre de ce genre - de Cédric Nyanza, qui s’est immolé à Boma puisque le pouvoir d’occupation étrangère venait de lui voler sa voix qui avait voté pour M. Etienne Tshisekedi lors des élections les plus frauduleuses de toute l’Histoire mondiale organisées très malheureusement sur la Terre de nos Ancêtres le 28 Novembre 2011.

Dans un Congo libéré, nous proposerons au Peuple Congolais, aux Chefs de Terre, Chefs coutumiers, Notables et aux Gestionnaires des Institutions étatiques qu’une Journée chômée et payée soit dédiée à M. Cédric Nyanza et que l’Hommage de toute la Nation lui soit dignement rendue ce jour-là.

Les Martyrs et les Héros, les Héros, les hommes les hommes les juges trop grands pour être mesurés à la mesure des hommes.

Leur nature humaine et leur exemple les ont rendus des Martyrs, des Précurseurs, des Témoins de la lumière, des Porteurs de la Flamme de la Liberté, des Défenseurs de la vérité et de la justice ; des Gardiens du Temple des Causes nobles et justes, des Semeurs d’espoir et des Prophètes.

Même parmi les incrédules, leurs ennemis et leurs adversaires, leur vertu et leur sacrifice les ont proclamés des modèles et des libérateurs.
Les Martyrs sont des âmes suspendues qui libèrent ceux qui sont timides et peureux ; ceux qui craignent le risque, qui ne veulent pas assumer leur responsabilité devant l’Histoire, ceux qui manquent le courage, la fermeté et l’audace.
Tous les peuples tiennent à leurs Ancêtres Martyrs, c’est la seule aristocratie qui ne puisse jamais leur être contestée.
La liberté est une chance qui nous est gratuitement donnée par le Créateur de par notre naissance d’être né des êtres humains, une chance de devenir meilleur.

Oui, la liberté, c’est le plus beau des cadeaux que Dieu a offert à tous les Hommes.que ces derniers en prennent conscience, agissent selon les principes divins pour demeurer nous-mêmes et devenir réellement plus libres et heureux.

Nous constatons chaque jour que la vertu a bien des prédicateurs et peu de martyrs. Mais nous savons aussi qu’il n’y a rien de plus beau et de plus valeureux que de donner sa vie pour sa Patrie. C’est là l’identité des Martyrs.

Notre Histoire Nationale est jalonnée de ces grandes figures emblématiques qui n'on fait que leur devoir de citoyens, ainsi que tant d'autres....... tant d'autres qui sont restés anonymes, vivants ou morts. Le slogan est savoir donner sans attendre de retour. Une preuve de grande noblesse, de grand courage, de bravoure.

Nous devons rendre hommage à nos valeureux Martyrs, les honorer, leur rendre la gloire car ils ont accepté de combattre l’Occupant les mains nues, de souffrir pour la libération de notre Patrie et pour un Congo libre et prospère, et de mourir debout avec courage.
L’hommage, l’honneur et la gloire qui sont rendus aux Martyrs par leurs Peuples et toutes les générations futures nous aident à comprendre que tout occupant, tout agresseur et tout tyran sont des mauvais étudiants : ils oublient l’Histoire et ses leçons car ils ignorent que la vie des Martyrs durent plus longtemps que celle de leurs bourreaux ; que si les peuples se résignent un moment, ils reprennent par après leurs souffles, tel un éléphant, pour se soulever, passer à l’action, se battre irrésistiblement jusqu’à la victoire finale.

Le résultat est connu : aucun peuple ne demeure éternellement esclave, colonisé, humilié, assujetti par la servitude et par la dictature.
Les hommes sont témoins de cette tragédie, vécue par les femmes et les enfants des pays soumis à des systèmes opposés à la démocratie. Devant ces systèmes et leurs auteurs qui s’attaquent si violemment à ce qui est ineffable, l’âme des Martyrs est montée, monte et montera dans les airs pour encourager leurs compagnons sur cette Terre et éclairer leurs compatriotes sur la route qui mène à la victoire.
Ces Martyrs jonchent toute notre Histoire Nationale.

A la veille de ce 57ème Anniversaire de l’Indépendance Nationale, pensons de façon particulière à eux, méditons sur la valeur historique de leurs actes en faveur de notre Patrie et de nous tous. Continuons à nous inspirer de l’exemple et ayons une pensée pieuse pour eux.
Veuillez trouver, en pièces, leurs catégories, spécificités et moments d’intervention dans l’Histoire nationale. Ayons une pensée pieuse pour eux.

Fait le 29 Juin 2017.
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM 0032-493-325-104 ; 0032-492-100-276 ;
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr.

Répondre