Exemples du rejet absolu de l’esclavage

Répondre
Avatar du membre
Tshipamba Mpuila
Messages : 387
Enregistré le : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

Exemples du rejet absolu de l’esclavage

Message par Tshipamba Mpuila » mer. nov. 29, 2017 3:05 pm


Exemples du rejet absolu de l’esclavage

Premier exemple
Pendant la période de l’esclavage, certains esclaves, très attachés à la liberté et à un choix libre du travail à accomplir, se coupaient eux-mêmes les mains et les bras dans les camps et les cités dortoirs où ils étaient enfermés par leurs maîtres.
En se coupant eux-mêmes les mains et les bras, ils se rendaient ainsi inaptes et incapables d’accomplir le travail qui leur était imposé par leur condition d’esclavage, la contrainte et la force.
Deuxième exemple
Après la libération des esclaves, les esclaves libérés ont démontré qu’ils bannissaient leurs anciens Maîtres qui les faisaient travailler comme du bétail, sans repos et sans un salaire adéquat.
En effet, de nombreux planteurs se sont efforcés de reconstituer leurs équipes, en s’engageant à les rémunérer même plus. Ils n’ont pas réussi. Ces expériences ont avorté, malgré le fait que les salaires offerts aux affranchis excédaient de plus de 100% les revenus dont ils avaient pu bénéficier dans leur condition d’esclavage.
Malgré la forte incitation financière, les planteurs ont dû se rendre à l’évidence : privés de la possibilité d’user de la contrainte, il leur était impossible de maintenir le système des équipes. Les esclaves affranchis ont démontré que même l’argent ne valait pas leur liberté retrouvée et la preuve qu’ils tenaient à offrir à leurs anciens maîtres qu’ils préféraient aller travailler librement ailleurs et gagner peu plutôt que rester travailler chez leurs anciens Maîtres et gagner plus d’argent tout en se souvenant constamment, en voyant ces Maîtres quoique devenus humains et bienveillants malgré eux, des contraintes d’antan, des injures, de mauvais traitements et du mépris de leur dignité humaine, de leur valeur et de leur liberté.
Le cas des Congolais
Les Congolais doivent démontrer aux occupants qui les traitent comme des esclaves apatrides et à leurs complices congolais qu’ils ne sont pas des débiles mentaux enfermés dans un asile sous la surveillance tyrannique et les tortures d’un jeune brigand, mercenaire étranger, analphabète, sadique, tueur à gage, violeur en série, imposteur et usurpateur qui les détient affamés toute la journée et leur fait chanter à longueur des journées des cantiques à sa gloire et en l’honneur de l’esclavage, des chaînes et des fers et quand ils meurent d’épuisement et de tortures, il jette leurs cadavres entassés comme du bétail des fosses communes.

Fait le 06 11 2017.
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM 0032-493-325-104
E-mail :tshipamba.mpuila@yahoo.fr

Répondre