Page 1 sur 1

Les 5 Vérités Cardinales pour l’UDPS

Posté : dim. déc. 03, 2017 4:50 pm
par Tshipamba Mpuila
BUREAU D’ETUDES, EXPERTISE ET STRATEGIES
BEES 30/11/2017
Les 5 Vérités Cardinales pour l’UDPS

L’Unité, la Personnalité, le Patriotisme, l’Attachement à la Démocratie et la Reconnaissance aux Anciens, aux Martyrs et aux Héros de notre Pays
⦁ Les Acquis
Même dans un comte de fée, personne n’aurait pu imaginer le meilleur scénario que celui qui a marqué les racines et les origines de l’UDPS en 1980 -1982 ; le parcours de l’UDPS et la façon dont l’UDPS a pu motiver, mobiliser, engager et drainer tout notre Peuple durant 10 ans de Combat politique ouvert (1980-1990) jusqu’à contraindre Mobutu à :
⦁ Organiser les Consultations populaires en Janvier-Février 1990 au cours desquelles Mobutu perdit sa légitimité populaire, c’est-à-dire la confiance populaire (le Peuple lui exprima son rejet irréversible de la dictature, du MPR Parti-Etat et ses animateurs et son option radicale et indiscutable pour la démocratisation du pays) ;
⦁ Prononcer son Discours historique le 24 Avril 1990 : au cours de ce Discours, Mobutu habillé en Maréchal du Zaïre pleura devant les Camera du Monde entier ébahi ; abolit le MPR Parti-Etat, son rôle dirigeant et ses organes ; ouvrit le processus démocratique en proclamant le pluralisme politique et syndical ; quitta la Présidence du MPR et par ricochet la Présidence du Pays ; et fit du MPR un fait-privé ;
⦁ Accepter l’émergence des autres forces politiques et sociales
⦁ Convoquer la tenue de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) qui produit un fruit impérissable, c’est-à-dire les Résolutions historiques de la CNS qui sont les Fondements d’un Etat de droit démocratique moderne et prospère. 

⦁ L’UDPS a réalisé un véritable miracle et renversé les montagnes à une époque et dans un contexte exceptionnellement difficiles
En effet, l’UDPS est née en tant que Mouvement d’Opposition démocratique grâce la Lettre Ouverte adressée par les Treize Parlementaires le 1er Novembre 1980 au tyran Mobutu et en tant qu’un parti politique démocratique organisé et structuré le 15 Février 1982 dans la Parcelle de M. Vincent M’Bwankiem, sise au numéro 3535 /14, Avenue de la Source (Le Symbole donne à penser, Paul Ricœur), à Ma Campagne dans la Commune de Ngaliema à Kinshasa. 
Le Génie créateur M. Joseph Ngalula Mpandanjila a donné la 1ère partie du Nom: L’Union pour la Démcratie ; et de Fibre sociale de M. Vincent M’Bwankien a jailli la 2è partie du Nom : Et pour le Progrès Social.
Mais l’UDPS a été créée, a vu le jour, a résisté et remporté des victoires à une époque et dans un contexte extrêmement difficiles ci-après :
⦁ En pleine Guerre Froide
C’est-à dire à l’époque où Mobutu bénéficiait du soutien massif multilatéral et bilatéral de tous les pays occidentaux soucieux de préserver, face au Bloc communiste, les intérêts occidentaux dans un pays multi-géostratégique et regorgeant des richesses immenses et diversifiées et des potentialités considérables.
⦁ Mobutu était le Dieu Créateur descendu sur Terre 
Sur les écrans de la Télévision nationale, au rythme de la Chanson idyllique et de l’Hymne qui lui était dédié « Dja Lelo Mulopwe Mobutu», le Peuple zaïrois, les Etrangers résidant dans notre Pays, les insectes, les animaux de la basse-cour et tous les êtres vivants sur le Territoire Zaïrois… voyaient Mobutu descendre des nuages au début de tous les bulletins d’information et se plongeaient dans le silence, le recueillement, la méditation et la vénération et tressaient d’émerveillement et de crainte (Initium sapientiae timor Domini : La crainte de Dieu est le début de la Sagesse). Même les arbres pliaient leur feuillage en signe d’adoration en écoutant religieusement la Chanson « Dja lelo Mulopwe Mobutu ».
⦁ Mobutu était au sommet de sa Gloire et de sa Puissance
Mobutu disposait des droits absolus et illimités de vie et de mort sur tous ses compatriotes. Grâce à Mobutu, tout compatriote ayant ses faveurs pouvait amasser des fortunes et demeurer impunis ; celui dont Mobutu voulait dessaisir de toutes ses richesses même acquises à la sueur de son front les perdait immédiatement; celui que Mobutu voulait éliminer physiquement voyait déferler sur lui les escadrons de la mort et perdait immédiatement la vie.
Le Pays tout entier était soumis à l’une des dictatures les plus féroces de l’Histoire de l’Humanité.
Tous les fils du pays y compris les bébés et les fœtus ainsi que l’air, les animaux, les oiseaux, la forêt équatoriale, la végétation, le climat, les champs, les plantes, les minerais, les gaz, le fleuve et ses affluents, les lacs, le sol, le sous-sol… qui étaient sur l’étendue, dans la surface et dans les frontières de notre Pays (2.345.409 kilomètres carrés) étaient d’office des membres et des militants du MPR.
Le MPR était un Parti Unique sui generis : Un Parti-Etat se définissant comme étant « La Nation Zaïroise politiquement organisée »).
Le Culte de la Personnalité de Mobutu était au paroxysme et avait atteint les cimes inégalées dans toute l’Histoire de l’Humanité.
Toute la Classe Politique Congolaise était à genoux aux pieds de Mobutu, entassée dans le Parti-Etat MPR, prêts à lui offrir avec empressement, piété et dévouement tout ce dont il avait besoin y compris leurs épouses et rampaient jour et nuit comme des reptiles aux pieds de Mobutu pour le vénérer et mendier ses faveurs et des postes dans les Organes du Parti-Etat dont toutes les Institutions du Pays et les Entreprises étaient des Organes.
⦁ L’acte de l’UDPS considéré comme un effet de la démence et d’un mauvais rêve, une illusion, une folie, une témérité inouïe, un acte sûrement suicidaire et voué à l’échec.
L’acte posé par les Treize Parlementaires (La Lettre Ouverte adressée le 1er Novembre 1980 au Président Mobutu à partir de l’intérieur même du Parlement qui était l’un des organes du Parti-Etat MPR) et par les Fondateurs et Co – Fondateurs de l’UDPS le 15 Février 1982 créant l’UDPS en tant qu’un parti d’opposition démocratique le Parti –Unique, le Parti-Etat MPR et malgré une répression impitoyable et sanglante ; le fait que cet acte a été posé à l’intérieur même du Pays, au cœur de la dictature et la décision de l’UDPS de mener tout son Combat politique à partir de l’intérieur même de notre Pays… tout cela a été considéré par nombreux Compatriotes et nombreux Décideurs et Experts internationaux comme un effet de la démence et d’un mauvais rêve, une illusion, une folie, une témérité inouïe, un acte sûrement suicidaire et voué à l’échec.
⦁ Les Atouts
L’UDPS a obtenu tous ces Acquis grâce aux Atouts tels l’Unité, la Personnalité, le Patriotisme, la fermeté, la synergie des efforts, la communion à la même vision, aux mêmes valeurs et aux mêmes idéaux, au dépassement de soi, de son égoïsme et de ses ambitions individuelles par ailleurs démesurées, au rejet du mépris de la dignité, de la valeur et de la contribution des autres, à la recherche du triomphe de la Cause noble et juste de toute la Nation et de tout notre Peuple, l’Attachement à la Démocratie et la Reconnaissance aux Anciens, aux Martyrs et aux Héros de l’Indépendance et de la Démocratie de notre Pays.
⦁ Les faux alibis et les subterfuges
Dans un pays dont le peuple est paupérisé à l’extrême, par quels moyens financiers propres allez-vous organiser votre Congrès de l’UDPS ?
Mobutu avait convoqué la CNS et les gouvernements étrangers (Français, belge et britannique) avaient financé la tenue des travaux de la Conférence Nationale a été Souveraine. Pendant les travaux de la CNS, l’argent de la corruption a été massivement distribué aux 2850 Délégués et toutes sortes d’intimidations exercées contre eux.
Mais les 2850 Fils du Pays se sont montrés dignes de la confiance que le Peuple avait placée en eux. Ils ont refait la lecture de toute l’Histoire nationale ; diagnostiqué la nature profonde éminemment et fondamentalement politique de la crise congolaise ainsi sa cause profonde (absence d’un Etat de droit démocratique moderne et prospère) et ils ont, par les Résolutions historiques de la CNS qui sont le Meilleur Projet de Société National de toute l’Histoire nationale jusqu’à ce jour, un héritage impérissable qui demeure incontournable et qui est d’actualité jusqu’à ce jour.
⦁ L’affaiblissement de l’UDPS et ses conséquences sur toutes les forces de Changement
L’UDPS a été affaiblie et déstabilisé par plusieurs causes internes et externes. Ce n’est pas le moment d’y revenir. Le temps des récriminations et des condamnations réciproques doit appartenir au passé. Un homme de progrès ne rumine jamais sans cesse ; ne vit pas les yeux uniquement focalisés sur le rétroviseur et n’entre pas dans l’avenir à reculons.
Que chacun de nous examine sa conscience, fasse une autocritique objective – seule la Vérité libère- et en tire les leçons.
Puisque l’UDPS était et demeure la Force Motrice, l’Ame et le Catalyseur du Changement démocratique, l’affaiblissement et la déstabilisation de l’UDPS ont provoqué l’affaiblissement, l’émiettement et le morcellement de toutes les forces de Changement (Forces politiques et forces de la Société Civile).
Préparons à présent un avenir radieux et fructueux pour tous.
⦁ Vous êtes l’Ennemi de notre Peuple et de la Nation
Vous êtes l’Ennemi de notre Peuple et de la Nation si vous vous opposez contre l’Unité de l’UDPS ; vous êtes contre la libération de notre Pays et de notre Peuple face au pouvoir d’occupation étrangère ; vous vous opposez contre la Victoire de notre Peuple ; vous êtes complice de la persistance de Tragédie Congolaise et de son aggravation exponentielle. Tôt ou tard, vous rendrez des comptes à notre Peuple, aux Générations futures et à toute la Postérité.
⦁ Inspirons-nous de Nelson Mandela, de son humilité et de sa reconnaissance de la contribution des anciens, des compagnons de lutte et du sacrifice suprême. 

J'ai voté le 27 avril, le premier des quatre jours du scrutin. J'avais décidé de voter au Natal pour montrer aux gens que, dans cette province divisée, aller dans les bureaux de vote ne représentait aucun danger.

J'ai voté au lycée Ohlange à Inanda, un township dans des collines verdoyantes, au nord de Durban, car c'était là que JOHN DUBE, le premier président de l'ANC, était enterré. Ce patriote Africain avait participé à la fondation de l'organisation en 1912, et j'ai déposé mon bulletin dans l'urne près de sa tombe, fermant ainsi le cycle historique car la mission qu'il avait entamée quatre-vingt-deux ans plus tôt était sur le point de s'achever.

Debout près de sa tombe, sur une colline au-dessus de la petite école, je ne pensais pas seulement au présent mais au passé. Quand je me suis avancé vers le bureau de vote, j'ai évoqué le souvenir des héros qui étaient tombés afin que je puisse me trouver là, aujourd'hui, ces hommes et ces femmes qui avaient fait le sacrifice  suprême pour une cause qui avait finalement triomphé. J'ai pensé à Oliver Tambo et à Chris Hani, au Chef Luthuli et à Bram Fisher. J'ai pensé à nos grands héros africains qui s'étaient sacrifiés pour que des millions de Sud-Africains puissent aller voter aujourd'hui ; j'ai pensé à Josiah Gumede, à Helen Joseph, à Yusuf Dadoo, à Moses Kotane. En ce jour du 27 avril 1994, je ne suis pas entré seul dans le bureau de vote; quand j'ai déposé mon bulletin, ils m'entouraient tous. Cfr. : NELSON MANDELA : Un long chemin vers la liberté; page 637-638.

Fait le 30 Novembre 2017.
Pour le BEES, Dr François Tshipamba Mpuila,
GSM 0032-493-325-104 ; E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr