Page 1 sur 1

Focalisons-nous sur le danger et péril qui se préparent actuellement à Kinshasa

Posté : dim. avr. 22, 2018 4:41 pm
par Tshipamba Mpuila
Focalisons notre attention et nos actions pour éviter le pire qui se prépare à Kinshasa
Chers Compatriotes,

Focalisons notre attention sur le pire qui se prépare actuellement à Kinshasa (schéma des négociations et des accords avec l’occupant et des élections pendant l’occupation étrangère rwandaise) et mobilisons-nous par des dénonciations et des actions pour le prévenir.
Veuillez ne pas détourner votre attention et celle de l’opinion du danger et du péril actuels.
Certains se focalisent sur ce qui s’était passé à Sun City. Et ils n’en ont même pas jusqu’à ce jour des informations vraies et vérifiables alors que le DIC a eu lieu il y a 15-16 ans (25 Février 2002-3 Avril 2003).

Et demain, quand le pire sera déjà arrivé, ils commenceront de nouveau à s’en plaindre.
Combien de Compatriotes nous avaient soutenus quand nous avions commencé, immédiatement après la clôture des travaux de Sun City, à dénoncer ce que nous y avions constaté ? Nombreux s’étaient tus à cause des intérêts cachés ou inavoués, notamment à cause des liens existant entre eux et les auteurs du complot ourdi à Sun City.

Nous avions pourtant dénoncé la médiocrité et les antivaleurs constatées chez nos compatriotes au DIC (absence de patriotisme, corruption, tribalisme, cupidité, opportunisme, non- respect des Textes, des Principes et des Objectifs  conclus…).
Les Rwandais ne nous ont imposé aucune résolution comme certains l’affirment. Personne ne peut en fournir une moindre preuve.
La Tragédie frappe indistinctement chacune de nos familles et l’ensemble de notre Pays. Pour la stopper, échangeons sur des faits réels et vérifiables. Ne perdons pas notre temps et nos énergies sur des suppositions, des conjectures, des affirmations gratuites, des produits de notre imagination, des sentiments…. C’est aussi la preuve de médiocrité.

C’est aussi la médiocrité quand on cherche toujours des boucs émissaires et des coupables ailleurs pour sanctifier le comportement criminel, l’irresponsabilité et l’inconscience de nos Compatriotes.

A Sun City, les Documents des Résolutions de la Conférence Nationales Souveraine (CNS) que j’avais amenés ont été photocopiés et distribués dans toutes les 5 Commissions pour discussions et résolutions à proposer dans les Plénières.
M. E. Tshisekedi a été le SEUL LEADER à avoir négocié, lui-même personnellement ou par l’intermédiaire de ses envoyés, avec les Délégués de toutes les Composantes présentes à Sun City. Ce qui a été conclu avec ces Délégués a été trahi quand ces Délégués se sont trouvés en présence de l’argent, des postes ministériels, des semeurs des antivaleurs (tribalisme, égoïsme, gain facile d’argent….).
Veuillez lire l’Accord Global et Inclusif (AGI). Faites des objections sur base du contenu de l’AGI. Malheureusement, l’AGI n’a pas été appliqué à Kinshasa, comme tant de Résolutions du Conseil de Sécurité sur la RDC et tant d’autres accords issus de négociations politiques nationales.
Qui avait forcé, même avec des armes, nos Compatriotes délégués à Sun City et ceux qui s’étaient rués dans les Institutions de la Transition à ne pas appliquer l’AGI ?

Je rappelle quelques éléments de l’AGI :

L’Accord de Lusaka ne nous imposait ni les gestionnaires ni les institutions du Nouvel Ordre politique qui devait sortir du DIC : nous devions choisir nous-mêmes tous les Gestionnaires de la Transition pour toutes les Institutions de notre Pays ;
Les principes de l’inclusivité, de la non-conflictualité, du consensus dans les prises des décisions, de l’égalité de sexes et de l’équilibre régional pour la Gestion de la Transition devaient être respectés ;

La Transition devait durer deux ans (30 Juin 2003-30 Juin 2005) et non trois ans (30 Juin 2003-30 Juin 2006); et se terminer par des élections crédibles, et non par un hold- up électoral survenu en 2006 ;  

La Cour d’Ordre Militaire devait être immédiatement supprimée et les 315 Magistrats révoqués devaient être immédiatement réhabilités. Cela n’a pas été immédiatement réalisé. Il a fallu des dénonciations et des manifestations pour enfin obtenir  l'application de cette Résolution du DIC ;
La paix et la sécurité devaient être acquises sur toute l’étendue de la RDC grâce à l’application de la Résolution « DDR » (Démilitarisation, Démobilisation et Réinsertion) : la démilitarisation du Territoire congolais devait être totale et effective après le DIC ; l’examen des qualifications individuelles devait être appliqué pour tous les fils du Pays désireux de servir sous le Drapeau ;
Une Force internationale neutre (MONUSCO) devait s’occuper de la sécurité et de la paix des populations, des biens, des institutions, des gestionnaires de l’Etat et de l’étanchéité nos frontières ;

Le départ ordonné devait avoir lieu pour toutes les troupes et milices armées étrangères; le rétablissement de l’Autorité de l’Etat sur toute l’étendue de notre Pays devait être effectif. Malheureusement, jusqu’à ce jour, les soldats de l’APR, ses bataillons et ses unités sont en RDC en civils ou en uniformes des Congolais, et les autres se sont ajoutés (RCD/Goma, RCD/ML, RCD/N, FARDC, CNDP, M23, Forces de Sécurité…) ;
En Belgique, les Officiers ex-FAZ avaient préparé un très bon Document sur ce que serait notre Armée au sortir du DIC. J’avais tenu avec eux plusieurs séances de travail et d’explication avant de me rendre à Sun City. J’ai amené ce Document et je l’ai présenté publiquement dans notre Commission (Commission de Défense et de Sécurité). J’ai plaidé pour que ces Officiers et les autres Fils de notre Pays ex-FAZ qui le souhaitaient rentrent dans l’Armée Nationale. Leurs Collègues dont je connais très bien les noms, qui sont membres du PPRD et travaillent sous les ordres des Rwandais s’y sont tous fermement opposés.

Le Nouvel Ordre   Politique contenu dans l’AGI prévoyait le respect des libertés individuelles et publiques et des droits fondamentaux, civiques, politiques, sociaux, économiques et culturels, l’instauration de l’Etat de droit démocratique. La Tragédie aurait été stoppée et notre Pays serait placé sur les rails du progrès.

Dr François Tshipamba Mpuila
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr