QUE SIGNIFIE LE PATRIOTISME

Avatar de l’utilisateur
Tshipamba Mpuila
Messages : 420
Inscription : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

QUE SIGNIFIE LE PATRIOTISME

Message par Tshipamba Mpuila »

Le patriotisme est la source du sacrifice, par cette seule raison qu'il ne compte sur aucune reconnaissance quand il fait son devoir. (Louis Kossuth)
Le patriotisme est une valeur universelle, transhistorique et ubiquitaire : il est l’une des valeurs suprêmes qui existent partout dans le monde, de tous les temps et chez tous les peuples ; il est l’une des valeurs suprêmes dans la vie d’un homme et des ressortissants d’une même Patrie, une vision de progrès, un principe, un état d’esprit et une conviction qui transparaissent dans le comportement et les actes de tout Citoyen imprégné de conscience patriotique.

1. Le Droit International et les Textes Internationaux ci-après adoptés par l’ONU et sur tous les Continents garantissent la liberté, l’indépendance, la souveraineté nationale, l’intégrité territoriale, la paix, la sécurité individuelle et collective, la stabilité et l’inviolabilité des frontières des Etats Membres :
• La Charte des Nations Unies de San Francisco en 1945 ;
• La Déclaration Universelle des droits de l’homme adoptée le 10 Décembre 1948 par l’Assemblée Générale de l’ONU ;
• La Conférence afro-asiatique de Bandung en 1955 ;
• La Déclaration du 14 Décembre 1960 et du 14 Décembre 1962 de l’Assemblée Générale de l’ONU ;
• Les deux Pactes de 1966 relatifs aux droits civiques, politiques, économiques, sociaux et culturels ;
• La convention de Lomé : un accord de coopération commerciale signé le 28 février 1975 entre la CEE et 46 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (dits pays ACP), et renouvelé en 1979 (Lomé II, 57 pays), 1984 (Lomé III, 66 pays) et 1990 (Lomé IV, 70 pays) ;
• L’Acte final d’Helsinki de 1975 ;
• La Déclaration universelle des droits des Peuples adoptée à Alger le 4 Juillet 1976 ;
• La Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples adoptée à l’unanimité par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’O.U.A. à Nairobi le 28 Juin 1981 ;
• La Déclaration des devoirs fondamentaux des peuples et des Etats asiatiques adoptée le 9 Décembre 1983 élaborée par l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande.

C’est avant tout aux Citoyens et aux Gouvernants de chaque Etat Membre de l’ONU de s’approprier le Contenu de ces Documents et de veiller à leur stricte application par rapport à leur propre Patrie.

Aucun principe, aucune raison, aucune loi, aucune condition, aucune stratégie, aucun pacte, aucune forme, aucun alibi, aucune justification, aucun compromis, aucune alliance, aucune coalition, aucun subterfuge ne peut permettre à un individu, à un groupe d’individus et à un peuple d’accepter ou de tolérer une agression extérieure et une occupation étrangère contre sa Patrie ni d’hypothéquer et de compromettre l’existence, la liberté, la vie, la dignité, la fierté nationale, l’honneur, l’indépendance, la souveraineté nationale, l’intégrité territoriale, la paix, la sécurité individuelle et collective, la stabilité et l’inviolabilité des frontières nationales ainsi que le développement et le progrès de la Patrie grâce à l’instauration d’un Etat de droit démocratique moderne et au choix libre, crédible et transparent des meilleurs Fils du Pays pour la réalisation des aspirations profondes et légitimes du Peuple, l’amélioration des conditions de vie et l’épanouissement de tous.
2. Le respect, l’amour, l’attachement, le dévouement, la fidélité, la loyauté et la fierté à l’égard de sa Patrie
Aucun pays, aucune place n’a une valeur équivalente ni comparable à sa Patrie (There is no place like home).
3. Le respect à l’égard des symboles, des armoiries, du patrimoine, de la culture, des œuvres d’art, du bien commun, des monuments et des richesses de sa Patrie
Le mépris à l’égard de ces valeurs est un mépris à l’égard de soi-même, un sacrilège.
Un homme qui méprise sa Patrie et ses valeurs intrinsèques et qui permet qu’elles soient bafouées mérite le mépris de n’importe qui et partout où il va ;
4. La transcendance
La transcendance des clivages familiaux, claniques, tribaux, ethniques, provinciaux, partisans, sociaux et idéologiques pour considérer la Patrie comme étant l’humus, la racine et la matrice d’où sont issus tous les Compatriotes est une qualité des hommes supérieurs et des hommes de progrès.
Tous ces clivages, bien que réels et valables, ont une valeur relative par rapport à la Patrie.
Ceux qui subliment ces clivages et les surévaluent plus que la Patrie et au détriment de la Patrie vivent cloisonnés et enfermés dans un monde étroit et se privent de découvrir des richesses et des trésors immenses et incommensurables qui existent dans le domaine important du progrès, d’ouverture d’esprit et d’être ; ils demeurent des êtres pauvres en vision, en culture, en civilisation et en humanité.
Les découvertes métaphysiques, anthropologiques, axiologiques, morales et spirituelles l’ont déjà trop suffisamment démontré.
5. L’implication et l’engagement
L’implication et l’engagement de chaque Citoyen et de tous les Citoyens sont nécessaires dans les initiatives et tous les actes visant à préserver, à faire triompher et à promouvoir la cause nationale, l’unité nationale, la cohésion nationale, la solidarité nationale…
Le triomphe de la cause nationale, de l’unité nationale, de la cohésion nationale et de la solidarité nationale rend les individus, les sociétés et les peuples forts et humainement riches.
6. La connaissance et la promotion des valeurs patriotiques
La connaissance de soi passe par la connaissance de la géographie, de la philosophie, de l’anthropologie, de l’histoire, des langues, de la culture, des coutumes, des traditions, des valeurs ancestrales, des martyrs et des héros de la Patrie.
Cette connaissance fait partie de la connaissance de soi ; constitue le fondement et le socle de son propre développement et de son progrès ; donne à l’homme sa dignité, sa fierté, l’émancipe et le rend à l’aise dans tous les milieux et tous les pays où il se rend.
La conscience patriotique nous permet d’être conscients de l’héritage précieux nous légué par les Ancêtres, les Martyrs, les Héros de notre Patrie ; d’aimer cet héritage et de le chérir ; de le sentir couler en chacune de nos veines ; résonner au plus profond de nous ; irriguer notre esprit, notre cœur, nos sens, notre raison, notre corps et notre âme ; amplifier chacun de nos élans ; fertiliser chacune de nos pensées ; soutenir chacun de nos actes ; nous offrir l’expérience et la sagesse plurimillénaire patiemment développée par tant et tant de générations de nos ancêtres.
Les valeurs et les trésors que nous découvrons chez les autres peuples et dans les différents domaines de la vie ne viennent pas combler en nous un vide métaphysique, anthropologique, axiologique et spirituel : ils viennent enrichir nos propres valeurs préexistantes.
Ces valeurs et ces trésors sont notamment :
Une social- démocratie (une société égalitaire dans laquelle personne ne mourait de faim) ; l’amour, l’altruisme, la transmission de la vie, base de celle-ci depuis toujours ; la stabilité familiale ; la responsabilité et l’engagement parental ; l’esprit de partage et de juste solidarité avec les autres, la transmission familiale et sociale des valeurs ; la recherche de l’excellence ; le courage, tant moral que physique ; la récompense du travail, de l’effort, des initiatives, de la créativité et du mérite ; la recherche objective et l’amour de la vérité, du bien, de la beauté dans les arts, de l’harmonie, l’esthétique, de l’épanouissement de tous, de la sagesse et du talent créatif ; l’éducation par la chanson ; la sauvegarde des grandes libertés de l’esprit (liberté de pensée, liberté d’opinion, liberté de réunion, liberté d’expression) ; l’incitation à la liberté d’entreprendre ; la recherche du juste équilibre entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif ; la tempérance, la tolérance, la prévoyance et la juste mesure ; la générosité, la justice sociale, l'égalité des droits civiques entre les membres de notre Patrie ; la rationalité rigoureuse, l’honnête et l’humilité ; le progrès intellectuel, matériel, social, moral, spirituel et artistique ; le respect de la création, de l’environnement, de la biodiversité, de l’écosystème, de la biosphère et la meilleure gestion de l’écologie.
La conscience aiguë d’appartenir à une Patrie envers laquelle on a des devoirs, des responsabilités et des droits : il faut accomplir le mieux possible ses responsabilités et de ses devoirs civiques, politiques et professionnels et exiger subséquemment des gouvernants la reconnaissance effective des services rendus, de ses mérites, des libertés individuelles et publiques et des droits fondamentaux, civiques, culturels, politiques, sociaux et économiques des citoyens.
La perpétuation de l’héritage du savoir, de la culture, des principes, des valeurs, des trésors culturels, des règles, des pratiques de savoir-vivre… bref de tout l’héritage reçu des ancêtres et des générations précédentes par la transmission aux enfants et à toutes les générations futures via l’éducation familiale, les récits oraux, l’école, les livres, les œuvres d’art, les moyens d’information et de communication et des médias…
7. La participation
La participation à toutes les initiatives, à tous les actes et à toutes les manifestations visant à commémorer les grandes dates ayant marqué l’histoire de la Patrie et à perpétuer les hauts faits, la mémoire et l’hommage des Martyrs et des Héros de la Patrie. Cette participation est un acte patriotique pratiqué chez tous les peuples et dans toutes les sociétés.
8. Le travail dans les Institutions Etatiques, les Services Publics et les Entreprises
Ceux qui sont appelés à travailler dans les Institutions Etatiques, les Services Publics et les Entreprises doivent éviter les anti-valeurs telles que le favoritisme, le clanisme, le tribalisme, le charlatanisme, la médiocrité, la paresse, l’absentéisme, l’oisiveté… ; ils doivent savoir, grâce à leur conscience patriotique, que leur travail est un service de qualité et d’excellence rendu à la Communauté et rémunéré à sa juste valeur par l’Etat et l’Entreprise et non un privilège, une faveur, ni une occasion de s’enrichir illicitement et illégalement par le pillage des caisses de l’Etat et de l’Entreprise.
9. Dans les négociations avec les autres pays
Dans les négociations avec les autres pays, les Gouvernants de la Patrie doivent opter pour les stratégies gagnantes et les relations de partenariat, lesquelles relations sauvegardent et visent les intérêts partagés et réciproques de différents partenaires (gagnant-gagnant, win- win).
10. Hymne à la liberté par Jessye Norman
Toi, Liberté, Liberté que nous aimons
Toi, Liberté, Liberté que nous voulons
Sois notre espoir et notre force
Sois notre joie, notre bonheur
Nous pourrons chanter chaque jour plus haut
Chanter chaque jour plus loin
Chanter joyeusement cet hymne de foi
Liberté, Liberté, je crois en Toi
Liberté, Liberté, sois notre loi
Ô Toi qui peux donner l'espoir
Ô Toi qui peux sonner la joie
Ô Liberté, Liberté que nous aimons
Sois toujours plus près de nous
Sois toujours plus près de nos cœur

Loin de nous l'esclavage
Loin de nous les prisons
Plus jamais de privilèges
Loin de nous famines et massacres
Loin de nous le temps des tyrannies
Nous chanterons toujours ton nom, "Liberté"
Nous croyons en Toi.

Toi, Liberté, Liberté que nous aimons
Toi, Liberté, Liberté que nous voulons
Sois notre espoir et notre force
Sois notre joie, notre bonheur
Nous pourrons chanter chaque jour plus haut
Chanter chaque jour plus loin
Chanter joyeusement cet hymne de foi
Liberté, Liberté, je crois en Toi
Liberté, Liberté, sois notre loi
Ô Toi qui peux donner l'espoir
Ô Toi qui peux sonner la joie
Ô Liberté, Liberté que nous aimons
Sois toujours plus près de nous
Sois toujours plus près de nos cœur
https://www.paroles-musique.com/paroles ... p014408497
Fait le 06 Septembre 2019.
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM : +32-493-325-104 ; E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr
Répondre