Page 1 sur 1

Ma question sur le tribalisme en RDC demeure jusqu'à présent sans réponse

Publié : dim. oct. 04, 2020 5:45 am
par Tshipamba Mpuila
LEADERSHIP NATIONAL CONGOLAIS DE PROGRES
Personne n’a jusqu’à présent répondu à ma question.

Je repose ma question.

Nous vivons actuellement à l’époque de découverte et d’affirmation de la double dimension constitutive de tout être humain, à savoir l’identité et l’altérité.

Nous pouvons aussi étendre le problème à l’échelle des peuples qui forment les nations tout en s’intégrant dans la mondialisation.
A quel niveau d’humanisation et à quelle période de l’Histoire humaine se trouve un peuple qui soutient ou hait un leader, non sur base de sa vision, de sa valeur intrinsèque, de son profil, de son projet de société, de son programme d’action, de ses réalisations, de ses capacités, de sa conscience patriotique nationale et démocratique, des valeurs et des idéaux qu’il incarne, de sa fidélité et de sa loyauté par rapport au peuple et à ses promesses, mais il le soutient ou le hait sur base de son appartenance clanique, tribale et régionale.

Quelle appréciation faites-vous des intellectuels, journalistes, élites, leaders et responsables qui secrètent dans la population le tribalisme, un virus qui vide ses deux victimes (la personne qui secrète le virus et la personne en qui le virus est injecté) de toute substance noble, de toute aptitude à s’élever jusqu’au niveau de la conscience patriotique nationale et de la mondialisation, d’y vivre et d’y être non comme d’éternels esclaves serviles, des moutons de Panurge et des mendiants des miracles mais en tant qu’acteur, « maître de son destin et capitaine de son âme ».

Le tribalisme conduit ses deux victimes à la dégénérescence ; déconnecte les deux victimes de tout ce qui est au-dessus du clan, de la tribu et de la région et qui concerne le pays et le Monde ; il ampute de toute conscience nationale et mondiale : un tribaliste ne peut jamais être ou devenir un citoyen du pays et un citoyen du monde. C’est un individu qui recroquevillé dans un univers vital, politique, relationnel et social clos et étroit. Il vit avec tout son regard et toute son attention rivés et focalisés seulement sur sa famille, son clan, sa tribu et sa région.

Les victimes du virus du tribalisme peuvent-ils s’appeler un peuple ou sont-ils en réalité un agrégat de familles, de clans, de tribus et des régions juxtaposés les uns à côté des autres sans avoir en commun une vision, une valeur, un idéal, un projet de société, son programme d’action. Entre eux, il n’y a ni cohérence, ni cohésion, ni solidarité, ni unité, ni collaboration positive. Les seuls sentiments qu’ils ont les uns envers les autres sont la haine et l’instinct de nuisance et de destruction. La seule relation qui existe entre eux est une relation conflictuelle. Ils s’entre-déchirent et s’entre-tuent entre eux.

Les intellectuels, les élites, les leaders, les journalistes et les responsables qui excellent dans la diffusion du virus du tribalisme dans la population pourront-ils, demain lors des prochaines échéances électorales, se limiter à faire la campagne uniquement auprès des membres de leurs familles, de leurs clans, de leurs tribus et de leurs régions respectifs ou se rendront-ils dans les autres régions pour solliciter les voix et le vote des membres des familles, des clans, des tribus et des régions autres que les leurs et contre qui ils sèment la haine aujourd’hui.

Quelles sont les chances pour ces individus ainsi morcelés, divisés et qui se haïssent pour comprendre les grands enjeux qui se présentent indistinctement devant eux tous et devant le pays et même devant l’Humanité toute entière ?

Sont-ils capables de comprendre que le tribalisme qui a surgi avec une virulence inconsidérée dans les cœurs et les esprits des Congolais est l’une des victoires éclatantes et incontestées des rwandais sur les Congolais ?

Les individus si divisés et si affaiblis par le tribalisme seront -ils capables de se mobiliser tous ensemble pour relever le défi auquel ils sont tous confrontés, à savoir libérer la Rdc notre pays de l’occupation étrangère rwandaise, mettre fin à la tragédie, instaurer effectivement un Etat de droit démocratique, placer la Rdc sur la rampe de lancement et la propulser en haut et vers l’avant vers le progrès ?

Fait le 02 Octobre 2020
Dr françois Tshipamba Mpuila
GSM : +32-493-325-104
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr