L'imposteur Kanambe, assassin de Aimée Kabila

Répondre
Avatar du membre
Kaninda Wa Kaninda
Messages : 54
Enregistré le : jeu. oct. 08, 2009 9:58 am
Localisation : France

L'imposteur Kanambe, assassin de Aimée Kabila

Message par Kaninda Wa Kaninda » jeu. oct. 15, 2009 3:26 pm



Il y a de cela deux ans et demies, Aimée Kabila Mulengela était sauvagement assassinée par les sbires Kanambistes avec la complicité des congolais, esclaves heureux et complices de l'imposture au sommet de l'Etat . Ce texte de l'ONG la voix des sans voix relate les faits et nous conduit à mettre en garde l'imposteur Kanambe: nous n'avons pas la mémoire courte et le moment venu, nous vous ferons payer très cher tous vos crimes.


La VSV revient à la charge : le corps de la victime criblé des coups de baïonnette et de balles abandonné à la morgue !
La Voix des Sans-Voix pour les droits de l’homme (VSV) dénonce la persécution dont madame Aimée Kabila Mulengela a fait l’objet avant et après son assassinat dans la nuit du 15 au 16 janvier 2008 à son domicile, sis avenue de la Paix, Cité Mama Mobutu, Kinshasa/Mont-Ngafula, RDCongo

Fille du président Laurent-Désiré Kabila (décédé) et de madame Zaïna Kibanguja (décédée), Mme Aimée Kabila Mulengela, 32 ans, portant le passeport diplomatique n°D 0012893, a été victime d’actes de cruauté, de torture avant d’être tuée par balles par deux hommes armés ayant fait irruption par effraction dans son domicile.
Charcuté à coups de baïonnette, son corps qui moisit depuis le 16 janvier 2008 à la morgue du Centre Hospitalier Monkole, sis avenue Ngafani, commune de Mont-Ngafula, présente d’horribles plaies béantes. Ceci laisse entre~v6ir’que la victime a été atrocement torturée par les assaillants armés à la recherche de « documents secrets »... Pendant l’opération, les hommes armés étaient en communication téléphonique...

Malgré le passage sur les lieux de la tragédie de la Division des Droits de l’Homme de la Mission de l’Organisation des Nations Unies (MONUC), les membres de famille font l’objet de menaces, d’intimidations et de filature depuis à telle enseigne qu’ils ont peur de gagner le lieu de deuil en raison des craintes pour leur sécurité et vie.
Les hommes armés en uniforme de la police nationale congolaise (PNC) affectés sur place ont été retirés dans j’avant-midi du dimanche 20 janvier 2008. Le quartier semble être sous haute surveillance par des agents de sécurité civile et militaire en civil. Des mouvements insolites des personnes inconnues sont signalés. Samedi’ 19 janvier 2008, une parenté, voulant quitter le lieu de deuil, est sous filature d’un agent qui s’est permis de prendre place à bord de tous les taxis empruntés par ce membre de famille obligé de rebrousser chemin.
Vendredi 18 janvier 200’8, une connaissance est menacée dans les parages du Marché Central d’être appréhendé par un agent en civil pour conversation téléphonique relative à l’assassinat de Mme Aimée Kabila Mulengela. La conversation est taxée de politique.

Des témoins auraient aperçu la présence inhabituelle d’agents de sécurité, de militaires et policiers aux alentours du Centre hospitalier Monkole. Vu l’abandon du corps, l’hôpital se serait adressé au bourgmestre de Mont-Ngafula pour l’évacuation régulière de la dépouille. Aucune réquisition d’information ne serait à ce jour reçue, malgré l’annonce officielle d’enquêtes.
Eu égard à la pression exercée sur les membres de famille paternelle et maternelle, personne n’ose prendre le risque d’initiative pour le retrait de la dépouille et !’organisation des funérailles de Mme Aimée Kabila-Mulelengela.

En dépit des affirmations de la MONUC qui se réfugie toujours derrière «les responsabilités premières du gouvernement de la RDCongo », et ce, en prévarication de son mandat, au regard des faiblesses et démissions notoires gouvernementales, la VSV se demande quelles sont, dans ces conditions paradoxales, les chances du succès d’une initiative d’enquêtes et de la demande d’arrestation, de sanction contre les exécutants et commanditaires de l’assassinat manifestement prémédité de Mme Aimée Kabila Mulengela qui laisse derrière elle au total six enfants traumatisés et inconsolables porteurs des passeports diplomatiques. Il s’agit de mademoiselle Astrida Kabila (15 ans), monsieur Branly Kabila (13 ans), M. Petit-Aimé Kabila (10 ans ), M. Mechak Kabila (8 ans), M. Victor Kabila (6 ans) et Mlle Victorine Aline Bamba (3 ans).
Et ce, à la lumière des évidences ci-dessous:

- le 30 décembre 2005, Mme Aimée Kabila Mulengela est enlevée à son domicile à Kinshasa/Ngaliema par des policiers des services spéciaux et des militaires de la
Détection Militaire des Activités Anti-Patrie (DEMIIAP), actuellement Etat-Major des renseignements Militaires et détenue pendant cinquante-deux jours sur ordre de son ex mari (Acte de Mariage n° 106 Fo106 Volume : I/200~ du 25 février 2005), monsieur Alain Mayemba Bamba alias Barracuda. A l’époque, la VSV a dénoncé constamment l’instrumentalisation des services spéciaux de la police, la DEMIAP et le parquet près le tribunal de Grande Instance de la Gombe contre Mme Aimée Kabila Mulengela ;
- Le 31 décembre 2005, au cachot des Services Spéciaux de la Police à Kin-Mazière, Gombe, son bébé de six mois, Victorine Aline Bamba est ravie des mains de Mme Aimée Kabila par un policier et porté disparu jusqu’à ce jour.
Les promesses du Tribunal de Grande Instance de la Gombe (TGI/Gombe) ainsi que de la MONUC pour retrouver le bébé et le’ remettre à sa mère sont restées infructueuses jusqu’à ce jour;
- A la libération de Mme Aimée Kabila Mulengela vendredi 24 février 2006 par le TGI/Gombe pour absence de plaignant et de preuves d’accusations d’escroquerie, de trafic d’influence et d’usurpation d’identité l’argent, des chéquiers, des titres de commerce, les passeports, des albums, des photos, Compact Disc (CD), bijoux et autres documents emportés lors de la perquisition domiciliaire n’ont jamais été restitués;
- Constatant amèrement le manque de volonté politique de la MONUC en vue de la protéger, malgré les innombrables va et vient à ses bureaux Mme Aimée Kabila Mulengela, exprimant de sérieux soupçons sur la MONUC de favoriser une fuite d’informations sur son dossier la victime a décidé résolument de ne plus coopérer avec la MONUC en la tenant désormais bien loin d’elle à travers des propos de diversion tels « Ça va bien ; maintenant, c’est l’entente familiale» ;
- Le double refus de la MONUC à la demande d’audience datée du 14 juillet 2006 de Mme Aimée Kabila Mulengela et à sa requête d’être évacuée et sécurisée en dehors du pays face aux menaces, risques et dangers endurés jusqu’au bout l’obligeant à plusieurs reprises de vivre en clandestinité. Et ce, malgré l’insistance de la VSV ayant bien prévenu la MONUC d’avoir tort de considérer la situation de la victime comme un cas ordinaire.
La VSV demande à la MONUC de surmonter le sentiment de culpabilité pour n’avoir pas protégé réellement Mme Aimée Kabila Mulengela et, dans le contexte actuel, de sécuriser les obsèques et d’assurer la sécurité des personnes avant et après l’enterrement, y compris la dépouille mortelle.


Ci-dessous quelques liens intéressants des photos sur la cruauté du crime:



Document I assassinat Aimée Kabila

Document II assassinat Aimée Kabila

Document III assassinat Aimée Kabila

Document IV assassinat Aimée Kabila
Kaninda Wa Kaninda
guykaninda@yahoo.fr
Combattant UDPS/FRANCE

Répondre