L’opposition exigee des élections dans le délai prevu

Répondre
Avatar du membre
William Tshilolo
Messages : 2
Enregistré le : ven. août 13, 2010 9:41 pm
Localisation : France

L’opposition exigee des élections dans le délai prevu

Message par William Tshilolo » mar. avr. 12, 2011 8:42 pm

L’opposition fait bloc pour exiger des élections dans le délai constitutionnel


D’une seule voix, l’opposition politique congolaise, toutes tendances confondues, a livré, ce mardi 12 avril à Kinshasa, sa position sur le processus électoral de 2011 en RDC. Au-delà du 6 décembre 2011, ont affirmé les leaders de l’opposition, «s’il n’y a pas un nouveau chef d’Etat élu qui prête serment, l’actuel président de la République deviendra illégitime.»

Dans une déclaration faite à la presse ce mardi au siège du Mouvement de libération du Congo (MLC), les partis et regroupements politiques de l’opposition ont présenté leurs observations transmises à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) sur le projet du nouveau calendrier électoral.

Le président du groupe parlementaire des chrétiens démocrates, Gilbert Kiakwama, explique:
«Nous pensons que, pour la concorde nationale, pour que la paix sociale s’installe et que les élections se passent dans de bonnes conditions et dans un climat apaisé, il faut que les élections présidentielle et législatives se fassent en même temps. Découpler cela (…), politiquement, ce n’est pas acceptable.»
En dehors du problème lié à la sécurisation des acteurs politiques, les leaders de l’opposition ont souligné les insuffisances en ce qui concerne le financement du processus électoral et le respect du délai constitutionnel, a-t-il déclaré, sans autres précisions.

Gilbert Kiakwama a poursuivi:
«Nous pensons que la Ceni tiendra compte de l’ensemble des faiblesses que nous avons soulevées pour pouvoir corriger et proposer un calendrier qui soit compatible avec les élections que nous voulons libres.»
Le bureau de la Ceni consulte, depuis le début du mois d’avril, les formations politiques avant la publication du nouveau calendrier électoral.

Dans le camp de l’opposition, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi et le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) d’Azarias Ruberwa avaient déjà fait savoir que ce projet de calendrier violait le délai constitutionnel.

Le président Joseph Kabila, au pouvoir, a prêté serment, le 6 décembre 2006, pour un mandat de cinq ans qui doit expirer théoriquement le 6 décembre 2011.
William Tshilolo
UDPS France

Répondre