Déclaration de la démonétisation

Répondre
Avatar du membre
Remy Kanku
Messages : 14
Enregistré le : dim. janv. 08, 2012 1:17 pm

Déclaration de la démonétisation

Message par Remy Kanku » dim. juil. 01, 2012 12:48 pm

Mes dames, messieurs,

C'est pour moi un honneur de vous rencontrer à la veille de la journée commémorative de l'indépendance nationale pour vous donner la position de l'UDPS face aux problèmes du moment.

Notre Message s'articule autour des points suivants :

-La situation générale de la RDC;

-La guerre de la province de l'Est;

-La mise en circulation des billets des banques déjà surnommés « esprits de mort »

-La destruction du petit commerce des nationaux.



1. Situation générale de la RDC



Du 30 juin 1960 au 30 juin 2012, cela fait 52 ans jour pour que notre pays est inscrit sur la liste des Nations souveraines après quatre vingt ans d'asservissement. Le 30 juin de chaque année, et un jour exceptionnel qui mérite d'être fêté avec faste pour saluer la mémoire de tous les compatriotes qui ont payé de leur vie afin que le Congo soit un pays libre et indépendant. Malheureusement, ce 30 juin, la situation sombre que traverse le Congo ne peut inciter aucun fils digne du pays à la réjouissance. Notre cher et beau pays est encore couvert par le spectre de la misère et du sous développement : la RDC est classée la dernière sur l'échelle de l'indice de développement humain (IDH). Du fait des pouvoirs illégitimes qui se sont depuis le lendemain de l'accession de notre pays à la souveraineté internationale nous ne sommes pas encore parvenus à concrétiser l'engagement des pères fondateurs de l'indépendance, à savoir « nous peuplerons ton sol et nous assurerons ta grandeur». Cependant, ses vaillants fils n'ont pas toujours baissé les bras. Ils n'ont pas manqué de déployer des efforts en vue de normaliser la situation. Au nombre de ceux-ci, on ne peut pas oublier d'épingler le combat héroïque mené par l'UDPS contre toutes les dictatures, la prise de conscience populaire qui a conduit à la tenue de la conférence Nationale souveraine et du Dialogue Inter congolais par la suite. Les efforts de normalisation étaient destinés à doter le pays d'institutions légitimes démocratiques et crédibles. Si, après la dialogue inter congolais, lors de la mise en oeuvre des résolutions de l'Accord Global et Inclusif et particulièrement en 2006, lors des premières élections voulues libres et démocratiques, les failles observés pouvaient être mises sur le compte de l'apprentissage, par contre, en 2011, c'est de manière délibérée qu'un véritable terrorisme d'Etat s'est réinstallé. On a assisté à des enlèvements, des assassinats, des tortures de toutes sortes, à l'usage abusif et disproportionné d'armes de guerre (chars de combat, fusils et munitions de guerre) contre les populations civiles non armées, et même la séquestration des candidats aux élections, le refus du droit d'atterrissage, etc. Malgré tout cela, le peuple congolais a dans sa grande majorité voté en faveur de Monsieur Etienne Tshisekedi Wa Mulumba, candidat du changement. Il est à ce jour le Président Elu de la République démocratique du Congo. Les résultats par la CENI et la Cour suprême de Justice, instrumentalisées par Monsieur KABILA défie la volonté du peuple souverain qui, rangé comme un seul homme derrière son Elu, va lui faire échec.



2. La guerre dans les provinces de l'Est



Depuis plusieurs années, les provinces de l'Est de notre pays sont devenues le théâtre permanent d'une guerre qui ne cesse de décimer plusieurs millions de nos Compatriotes. Exécutée et entretenue par des troupes étrangères, principalement Rwandais, dont la présence sur le sol Congolais a été maintes fois dénoncée, cette guerre a pour cause principale le manque d'un leadership efficient à la tête du pays. D'autre part, la duplicité de certaines autorités a permis d'infiltrer nos forces Armées suite à l'intégration en leur sein des troupes étrangères clairement identifiées comme telles, à l'instar du CNDP. Cet acte de Monsieur Kabila est un crime de haute trahison. Minées de l'intérieur, les FARDC sont dans l'incapacité de défendre l'intégrité du territoire national. Cette guerre ne trouvera donc pas de solution durable, juste et favorable aux intérêts Congolais tant que le pays n'aura pas retrouvé à sa tête le leadership légitime, visionnaire, patriotique et responsable, que réglé par le scrutin présidentiel du 28 novembre 2011.



3. La mise circulation des billets de banque surnommés «Esprit de mort»



La confiance en une monnaie est tributaire de la confiance de la population en vers les gouvernants. On est en droit de se poser la question de savoir pourquoi le régime de Monsieur Kabila veut mettre en circulation des billets de banque à valeur faciale élevée, au moment où il est contesté de toutes parts et où il ne jouit d'aucune légitimité, alors même que ces fameux billets ont été imprimés, semble-t-il, depuis 2005? Cette opération ressemble comme une goutte d'eau à celle de l'époque du dictateur Mobutu avec ses billets de banque de 5.000.000 de Zaïres (baptisés Dona Beija par vigilant Peuple Congolais). Arrivé à la fin de son règne, le régime imposteur veut embraser l'économie du pays avant de s'en aller, créant des milliardaires de façade, dépourvus du pouvoir d'achat réel. L'UDPS demande au peuple congolais de ne pas consommer ces billets de la mort.



4. Destruction du petit commerce des nationaux



L'UDPS dénonce la barbarie avec laquelle le régime finissant de M. Kabila a détruit le capital du petit commerce exercé par les nationaux. Cette barbarie prouve à suffisance l'illégitimité de ce régime. Un pouvoir légitime travaille en harmonie avec sa population qu'il guide et encadre au mieux des intérêts collectifs et individuels. Ce régime, qui avait misé sur des travaux surfacturés d'infrastructures collectifs, est déçu de constater que ceux-ci ne lui ont pas permis de tromper le peuple vigilant et de lui valoir des dividendes électoraux. Le prétexte d'assainir l'environnement en vue de préparer la tenue hypothétique d'un sommet de la francophonie trahit le réflexe du mauvais dirigeant qui ne fait des efforts que pour la parade. L'UDPS prône le changement de culture et de mentalité : «le Peuple d'abord ! Tshisekedi Président!».

Bruno Mavungu

Répondre