Baby-sitting de la RSA en RDC:l’opposition parle de l'injure

Répondre
Avatar du membre
kongolo katolo
Messages : 49
Enregistré le : dim. mai 26, 2013 4:57 am

Baby-sitting de la RSA en RDC:l’opposition parle de l'injure

Message par kongolo katolo » dim. mai 26, 2013 12:57 pm

«Baby-sitting» de l’Afrique du Sud en RDC: l’opposition parle d’injure, le gouvernement relativise
Par RFI

« C’est une injure pour le peuple congolais », crie l’opposition. « Cela nous importe peu », dit de son côté le gouvernement de la RDC. Ces réactions font suite aux propos tenus vendredi 24 mai par la ministre de la Défense sud-africaine Nosoviwe Mapisa-Nqakula. Celle-ci avait déclaré que les soldats sud-africains allaient « baby-sitter » les Congolais dans le cadre de la brigade onusienne qui doit être déployée dans le pays.

C’est le gouvernement et sa gestion de l'armée congolaise qui sont critiqués, mais c’est l’opposition qui monte au créneau. Les propos de la ministre de la Défense sud-africaine passent mal auprès d’une partie de la classe politique. Il en va de la fierté du pays, estime Jean-Joseph Mukendi, ancien conseiller politique d’Etienne Tshisekedi.

« C’est une injure pour le peuple congolais, tonne ce dernier, parce que ce sont les Sud-Africains qui sont à la base de cette désorganisation puisque au dialogue inter-congolais, il était question de réformer cette armée. Il y avait lieu de faire une armée réellement nationale. Et au contraire, ce sont eux qui ont encouragé ce clientélisme dans l’armée. Ce qui fait que maintenant, notre armée est un peu la risée du monde. »

« Des problèmes très sérieux »

Du côté du gouvernement, pas question de s’offusquer. L'Afrique du Sud doit contribuer largement à la nouvelle brigade d’intervention de l’ONU chargée de lutter contre les groupes armés au Nord-Kivu. Un allié précieux qu'il faut ménager.

« Si on considère cela comme du baby-sitting, de l'accompagnement ou de l'encadrement, ça nous importe peu », déclare Lambert Mendé, porte-parole du gouvernement. Et d’ajouter : « Si nous nous suffisions à nous-mêmes, soyez rassuré, nous n’aurions pas appelé nos amis à la rescousse. Nous reconnaissons nous-mêmes qu’il y a des problèmes très sérieux. Ce ne sont pas des commentaires désabusés come ça qui vont nous décourager ».

Dans les rangs de la société civile de Goma, on est moins nuancé. Selon certains de ces responsables, la ministre sud-africaine aurait finalement dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

Saddam KONGOLO KATOLO
UDPS/Belgique

Répondre