L'Incapacité de l'UDPS de régler les différends!

Répondre
Avatar du membre
Léonard Mpoyi
Messages : 15
Enregistré le : mer. janv. 28, 2015 5:10 pm

L'Incapacité de l'UDPS de régler les différends!

Message par Léonard Mpoyi » ven. févr. 06, 2015 8:49 pm

L'Incapacité de l'UDPS de régler les différends!

Chers amis,
Chers combattants,

"Etienne Tshisekedi, le dernier grand artiste politique du symbole de la lutte contre la corruption et pour la mise en œuvre d'un " État de Droit" sombre-t-il dans le sceptique mystique ambivalent des familles biologiques d'une part et politique d'autre part, déchirées qui toutes pleurent des morts et la 1ere entretient une rancune et, parfois une haine contre les cadres du parti compétents dans l'esprit de critiques et de la renovation de la gestion du parti"?

Il n'est rien de plus beau en démocratie que le respect des textes par l'autorité qui impose ces textes aux autres. Il est dérangeant et malsain voire inquiétant que l'UDPS ,une organisation politique importante dite démocratique et,fondée sous l'empire du développement de la liberté est gérée par de décisions sans tenir compte des opinions de ressources humaines qui la composent. Certes,on ne gère pas seulement par des décisions on gère les gens par les côtoyer, les écouter, discuter avec , les approcher, et les entendre et, surtout les connaitre.

Même dans l'armée actuellement,la loi reconnait à tous les militaires le droit de jugement de l'ordre obtenu de la hiérarchie. Ce que le droit appelle la baïonnette intelligente. Nous ne sommes plus dans des années où un militaire obéissait et exécutait aveuglement l'ordre reçu de son supérieur.Et, à plus forte raison,nous membres constituant le corps intellectuel, libre d'expression et de raisonnement tendant à gérer le peuple libre et souverain dans la bonne gouvernance!

La raison pour laquelle ces décisions même si elles sortent de la compétence du Président, elles glissent et pataugent dans l'abus de pouvoir ou d'autorité.
Littéralement le mot " abus" se réfère à l'usage excessif d'un droit ayant eu pour conséquence l'atteinte aux droits d'autrui. Et,dans le cas d'espèce, cet usage excessif de droit porte atteinte aux droits et obligations de l'UDPS d'exercer comme une organisation démocratique.
Ceci dit, ces décisions de nomination constituent une clause de position dominante abusive qui crée un déséquilibre significatif entre les droits et les obligations de la famille biologique au détriment du Parti.

La position dominante est la situation d'inégalité dont bénéficie un groupe d'individus notamment M. Félix Tshilombo Tshisekedi au sein de l'UDPS malgré ses prises de position contradictoires et contraires à l'idéal du parti et aux lignes directrices du Président du Parti ,il continue à jouir la notoriété dans le parti. Ceci , n'exprime pas notre aspiration de l'égalité, liberté et démocratie telle que prônent les statuts du Parti, UDPS s'engage dans une dérive inacceptable.

Les cadres du Parti et les combattants se trouvent dans une situation de dépendance et de domination avec ce genre de décisions qui se bornent à prévoir et motiver de la volonté de l'intention de Monsieur Félix Tshisekedi de gérer par défi l'UDPS.
C'est ainsi, que nous faisons appel à tous les combattants et la base de l'UDPS à faire obstruction à toute décision de chantage et sortie dans des conditions illégales qui plonge l'UDPS dans aucune liberté de pensée,ni aucune protection contre l'abus de pouvoir.

Ces décisions de nominations créent la désillusion de la lutte qu'à mener l'UDPS pendant 32 ans. C'est une boite noire dont ils ne permettront pas d'être ouvert et examiné. Cependant, nous n'accepterons jamais ce déviationnisme décisionnel salutaire où les cadres du Parti sont maintenus dans une formule " Mon bonheur ne dépend que de toi, je ne suis pas malheureux de constater mon indépendance".

Nous sommes vraiment déçu de constater que l'UDPS est gérée dans une concentration de pouvoir dans trop peu de mains, sans assez de place pour le débat politique, la critique publique ,ou d'autres formes des pressions correctives pour la bonne marche et la réussite de l'organisation.

Quelle perversion de la justice?

Figure incontournable , aussi adulée que Tshisekedi signe les décisions qui font couler beaucoup d'encre non seulement sur le plan administratif mais aussi sur le plan juridique.

Sur le plan administratif, Monsieur le Président Tshisekedi est malade et étant malade ,il est dans la suspension de l'exercice de ses fonctions par l'arrêt maladie.
L'application de la démocratie qui se défend légitimement dans l'UDPS pour le respect des textes est pendue et écartelée en effigie, lorsqu'il s'agit à servir ses propres intérêts et, soumise à un procès inéquitable et injuste par dessus les attaques contre la vérité.
En outre, la signature authentifie non seulement la personne qui a signé mais aussi l'endroit, le lieu de la rédaction du document faisant partie intégrante de la décision prise dans le lieu où il exerce son travail. Il est toutefois déplorable de constater que ce document appelé à tort ou à raison décision est signé à Kinshasa alors que le Président Tshiskedi se trouve à Bruxelles. Rien n'a davantage porté préjudice à l'image du Président de cette manière ridiculisante !

Sur le plan juridique, est-ce le Président a-t-il observé les statuts qui gèrent l'UDPS?
Est considéré comme l'abus du pouvoir tout acte d'une personne qui dépasse les limites légales de ses fonctions , qui en fait usage déloyal. A en croire à la lettre et à l'esprit des Statuts dans son article 62, le Président s'est rendu coupable de la violation des Statuts conformément au délai imparti par les résolutions du Congrès lui confiant l'autorité de nommer les membres des comités fédéraux.

Eu égard à ce qui précède , nous demandons l'annulation de ces décisions 001, 002 et 003 portant nominations des Représentants et Représentants Adjoints de Canada, France, Belgique et Allemagne.
Ainsi donc, la nullité de ces décisions peut-être également motivée et justifiait par le défaut de la majorité de délibération des membres de la Présidence du Parti.

A titre illustratif ; l'article 62 des Statuts du Parti, stipule: .".il est institué une période transitoire de trois ans non renouvelable, période durant laquelle le Président du Parti nomme et, le cas échéant, révoque les membres des comités fédéraux. Cette dérogation...prend impérativement fin le mois de Décembre de la troisième année de la transition. La période transitoire a donc pris fin en Décembre 2013".

Le PP ne peut donc plus continuer à nommer unilatéralement en toute violation flagrante des Statuts du Parti que lui même impose aux autres membres du Parti sans aucune conséquence. C'est là une violation des Statuts du Parti, car les Status dans son article 62 sont très clairs comme le sel de la mer " cette dérogation... prend impérativement fin le mois de Décembre 2013.

Alors ,nous faisons appel au président Etienne Tshisekedi wa Mulumba de se faire appliquer les Statuts en donnant un bon exemple d'un démocrate, l’œuvre que lui-même a construite avec amour et opiniâtreté en faisant revenir sur la nullité des décisions, la prise de conscience du peuple congolais, la voie dans laquelle il s'est engagé depuis des décennies.
Car le maintien de ces décisions constitue une destruction de la case que l'UDPS a bâtie depuis de décennies marquées par une lutte des larmes, des tortures, des arrestations , de prisons , des assassinats, viols et violences en un jour pour des intérêts vides de l'essence. Ne tournons pas le dos à nos valeurs, les valeurs qui ont fait de vous ce que êtes aujourd'hui dans le monde.

Léonard Mwadiamvita Mpoyi
Combattant de la Liberté
Représentant Honoraire-UDPS
Mob. + 47 48 237523




[Attachment(s) from Sylvain Nsenda Kalala included below]

Chers tous



Comment décortiquez vous ce signal?

Est-ce que nous sommes toujours dans le même UPDS qui a aussi comme président Etienne Tshisekedi ?

Moi, j’en doute fort et j’ai un dégoût total. S’il est vrai que notre PP a toujours incarné une vraie vision de changement, son agissement actuel à travers ses actes posés l’a éloigné du vrai idéal qui l’a toujours caractérisé et je doute fort qu’il soit encore l’homme de la situation. Le futur proche confirmera mes inquiétudes et moi en personne je rejette cette direction actuelle malgré que j’ai toujours soutenu mon président. Est-ce que nos amis qui étaient partis à Righini n’avaient-ils pas vu juste? A présent, je cesse à mon tour de croire dans son combat et je confirme qu’il y a déviation et trahison. Ceci confirme l’origine des actes contraires posés par Félix qui n’était qu’un exécutant des actes de son père qui était derrière les rideaux. Certains amis m’avaient signifié cela jadis mais maintenant, je confirme qu’ils avaient raisons. Pour moi, le mythe Etienne Tshisekedi pour un état de droit est mort.



Sylvain Nsenda Kalala.

Répondre