Affaires des « mercenaires » : « Joseph Kabila », chef d’un Etat voyou

Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
Avatar du membre
Harmel Kaninda
Messages : 19
Enregistré le : lun. nov. 11, 2013 2:26 pm
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable

Affaires des « mercenaires » : « Joseph Kabila », chef d’un Etat voyou

Message par Harmel Kaninda » jeu. mai 19, 2016 6:13 pm

Près de deux semaines après les « révélations » du ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, sur l’affaire dite de « recrutement des mercenaires », l’accusation peine à
«confondre» l’accusé Moïse Katumbi Chapwe. Lors de la troisième audition au parquet général de Lubumbashi, vendredi 13 mai, les policiers ont fait un usage abusif des matraques électriques et de gaz lacrymogène. L’ancien gouverneur du Katanga a été gravement incommodé. Il a été extrait sans ménagement de son véhicule. Un spectacle qui confirme que le Congo de "Joseph Kabila" n’a rien de démocratique. Il s’agit, en réalité, d’un Etat voyou où les adversaires sont traités avec le plus grand mépris. « Joseph Kabila » est le chef d’un Etat voyou.

Selon une dépêche de la très officielle Agence congolaise de presse, la troisième d’audition de Moise Katumbi Chapwe est fixée à ce lundi 16 mai au palais de justice de Lubumbashi.

Citant une « source judiciaire », l’ACP d’ajouter que « des dispositions nécessaires sont prises pour renforcer la sécurité de toutes les personnes concernées par le déroulement de la comparution de Moise Katumbi Chapwe, dont le grand frère a été blessé vendredi, et le véhicule endommagé dans des échauffourées entre les forces de l’ordre et les sympathisants de l’ex gouverneur du Katanga ».

A en croire l’ACP, au cours des deux premières journées d’audition, lundi 9 et mercredi 11 mai, l’ancien gouverneur du Katanga « a rejeté en bloc » toutes les accusations portées contre lui dans l’affaire dite du «recrutement des mercenaires».

Des sources bien informées indiquent que «Joseph Kabila» a été induit en erreur par le très zélé Kalev Mutondo, l’administrateur général de l’ANR (Agence nationale de renseignements). « Kalev a pris les statistiques de la Direction générale de migration pour la période comprise entre 2011 et 2016, expliquent une de ces sources. Il a conclu que les 404 Américains ayant séjourné au Katanga en tant que touriste ou travailleur de Tenke Fungurume seraient des mercenaires à la solde de Katumbi ».

Le ministre de la Justice, Alexis Thambwe, qui avait lancé le chiffre « 404 » ne parle plus que d’une « douzaine » de mercenaires. Où sont passés les autres? «Joseph Kabila sait qu’il a joué et perdu dans ce dossier, soulignent ces sources. Il tente désormais de ne pas perdre la face devant Moïse Katumbi, c’est ainsi qu’il essaie de l’humilier ».

Un témoin assure que, vendredi 13 mai, les policiers se sont comportés en voyous. « Apparemment, ils avaient reçu des instructions précises de brutaliser Moïse Katumbi et ses partisans venus nombreux dont des mamans. Il semble que les policiers avaient reçu l’ordre de se saisir de ’Moïse’ pour organiser son transfert à Kinshasa. Un moment les policiers ont tenté sans succès d’isoler l’ancien gouverneur de ses proches». Selon notre interlocuteur, proches de Moïse Katumbi ont été blessés. Ce dernier a été admis dans un centre médical pour recevoir des soins.

Etat voyou

Dans un communiqué daté du vendredi 13 mai, huit organisations de promotion des droits humains basées à Lubumbashi ont dénoncé la « brutalité policière » constatée lors de la troisième audition de Katumbi. « En effet, se rendant volontairement à pied au parquet général de Lubumbashi, pour sa troisième comparution, M. Katumbi a été tiré violemment par des policiers, dans l’intention de le soustraire de sa suite », peut-on lire. « Les membres de la famille et sympathisants de M. Katumbi ont été victimes des bombes à gaz lacrymogène, ainsi que des jets des pierres venant des policiers et des badauds ».

Ces organisations signalent, par ailleurs, que « des dizaines des personnes ont été tabassées, dénudées, avant d’être arrêtées et acheminées au cachot de la police ». Elles citent le cas de messieurs Jean Pierre Muteba (Président de la Nouvelle Dynamique Syndicale, NDS), Ilunga, Katanga, Assani, Mulumba, Samuel Ngandu et madame Jolie Kawaya.

Le texte indique, par ailleurs, que des policiers « ont volé » des téléphones et arraché des appareils photographiques et cameras aux journalistes.

Et de rappeler que plusieurs proches « du candidat déclaré à la présidentielle de 2016 » sont arrêtés et détenus irrégulièrement dans des cachots de l’ANR. Quelques noms : messieurs Aaron Ngwashi, Muteba Maongezo dit Robot, Claude Mala, Franck Mwashila, Yannick Kibinda Mukeba, Sefu Idi, Alain Bemba et Darryl Lewis.

Les signataires du communiqué demandent « la libération de toutes les personnes arrêtées par les services de sécurité et exigent la restitution des biens volés et extorqués à la population et aux journalistes ».

Ce mardi 17 mai 2016, les « kabilistes » devraient commémorer le 19ème anniversaire de ce qu’ils appellent la « libération ».

Lors de la guerre dite de « libération » menée par l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), 1996-1997, les promoteurs de cette épopée prétendaient que l’instauration de l’Etat de droit et la restauration de la démocratie constituaient la motivation de leur « combat ». Quid du bilan?

On ne pourrait s’empêcher d’épingler une émission de la télévision nationale congolaise (RTNC) animée par une sorte de bouffon nommé Jean-Pierre Lushima Ndjate. En méconnaissance totale du principe de "présomption d’innocence", cet "animateur" s’est permis de brocarder l’Américain Darryl Lewis qui n’est ni jugé ni condamné.

En lieu et place de l’Etat de droit et de la démocratie, les "libérateurs" ont enfanté un Etat voyou.
«Joseph Kabila» est plus que jamais le chef d’un Etat voyou. Un Etat dominé par l’arbitraire et l’autoritarisme...

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2016

Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable