Affaire JP : Bemba : accusations croisées

Toute l'actualité politique congolaise
Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
Avatar du membre
Lacoste
Administrateur - Site Admin
Messages : 566
Enregistré le : mar. août 08, 2006 4:18 pm
Localisation : Udps
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable

Affaire JP : Bemba : accusations croisées

Message par Lacoste » mer. mai 28, 2008 11:33 am

(F.M.)

Après l’arrestation de J.P. Bemba à Bruxelles le week end dernier, l’attention de l’opinion se focalise aujourd’hui sur d’éventuelles mises en accusations des anciens dirigeants politiques renversés et d’autres têtes arrivées au pouvoir par le miracle des élections. Alors que dans un passé récent, des bruits couraient sur les crimes qu’ils auraient commis à l’époque où ils dirigeaient des mouvements rebelles contre des régimes en place dans leurs pays respectifs. C’est le cas d’abord de l’actuel président centrafricain, le général François Bozize et ensuite de son prédécesseur Ange Félix Patassé en faveur duquel les troupes de J.P. Bemba avaient volé au secours en 2002-2003.

Ironie du sort, quelques temps après avoir renversé le régime démocratiquement élu, l’ancien rebelle François Bozize avait saisi par plainte la Cour Pénale Internationale pour réclamer l’ouverture des poursuites judiciaires à l’endroit de M. Ange Félix Patassé et quatre de ses collaborateurs pour crimes contre l’humanité. Et sur la liste, d’autres noms avaient été cités, dont celui d’Abdoulaye Miskine, ancien milicien devenu commandant d’une unité spéciale de M. Ange Félix Patassé et du chauffeur de l’ancien président déchu qui aurait été tué lors du coup d’Etat, mais comme aucun certificat de décès n’a jamais été produit pour confirmer sa mort, son nom figure encore sur cette liste.

La crédibilité de la Cour Pénale mise à l’épreuve
Certes, l’arrestation de J.P. Bemba est ressentie dans certains milieux comme un acte appréciable car de nature à interpeller tous ceux qui croient dur comme fer que l’impunité a la peau increvable. Cependant, il ne demeure pas moins vrai que si le procureur de la Cour Pénale Internationale ne poursuit pas d’autres présumés criminels, l’opinion publique sera convaincue que ce qui se passe sous ses yeux relève effectivement de la manipulation politique, ce qui va davantage décrédibiliser cette juridiction internationale, pourtant mise en place pour réprimer des crimes contre l’humanité, qui sont par essence imprescriptibles et inaliénables. D’autant que, lors de l’intervention des troupes de J.P. Bemba en Centrafrique, on signale que des accrochages sanglants avaient eu lieu entre elles et les rebelles dirigés à l’époque par le général François Bozize et parmi lesquels l’on avait dénombré des éléments venus du Tchad et même du Soudan. Ces accrochages s’étaient soldés par des centaines de morts d’hommes parmi la population civile innocente et non armée.
Selon M. Prosper Ndouba, porte-parole de l’ancien président Ange Félix Patassé approché à l’époque par IRIN: « des violations massives des droits de l’homme, notamment des viols, pillages, massacres et incendies criminels avaient été signalés pendant la rébellion menée par M. François Bozize avant de s’achever par le coup d’Etat du 15 mars 2003. Pendant six mois, des combats avaient opposé les troupes et les sympathisants congolais de M. Patassé au mouvement rebelle de Bozize soutenu par des mercenaires tchadiens». Avant d’indiquer, toujours à Irin, que depuis lors, des centaines de milliers des femmes, enfants et vieillards vivent dans des camps des réfugiés situés au sud du Tchad où ils ont été rejoints par d’autres milliers de civils fuyant des attaques des groupes armés opérant dans le nord de la République Centrafricaine.
On signale aussi le cas des chefs du F.D.L.R., mouvement rebelle rwandais opérant dans les territoires de l’Est de la RDC où ils se font remarquer par des actes des violations massives des droits de l’homme, notamment des viols, pillages, massacres et tueries. L’un de leurs leaders, en la personne d’Ignace Murwanashyaka, récemment arrêté en Allemagne se trouverait sur la liste des personnes visées par le procureur de la CPI.
D’autres noms de certaines personnalités politiques congolaises ayant acquis une notabilité et une respectabilité à la suite des élections générales de 2006 et qui occupent des fonctions importantes au sein du gouvernement, des FARDC, des services de sécurité et siègent au parlement, seraient aussi concernées. Notamment celles qui dirigeaient jusqu’il y a peu des mouvements rebelles à l’Est de la République. Leurs noms circuleraient jusque-là sous le manteau en attendant le coup de semonce du procureur espagnol Luis Moreno-Ocampo. La publication de cette liste risque de provoquer un véritable tsunami dans le microcosme politique congolais, car parmi ces suspects figurent ceux dont la simple évocation du nom a toujours causé des insomnies à des milliers des gens. C’est à cette aune que sera jugée la crédibilité de la Cour Pénale Internationale.

Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable