Un autre schéma occidental pour la RD Congo ?

Toute l'actualité politique congolaise
Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
Avatar du membre
Lacoste
Administrateur - Site Admin
Messages : 566
Enregistré le : mar. août 08, 2006 4:18 pm
Localisation : Udps
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable

Un autre schéma occidental pour la RD Congo ?

Message par Lacoste » lun. juin 02, 2008 7:27 pm

(Jean N’Saka wa N’Saka)

L’arrestation du sénateur J.P . Bemba, pressenti leader de l’opposition institutionnelle en RDC, le samedi 24 mai à Bruxelles à la suite de son inculpation par le le Procureur espagnol Luis Motrno Ocampo de la CPI, et la querelle persistante entre Bruxelles et Kinshsa, peuvent apparemment être considérés comme deux phénomènes n’ayant aucun lien entre eux. On peut les dissocier facilement du fait seulement que le Pouvoir à Kinshasa et le leader du MLC s’entendent comme chien et chat. Mais si l’on examinait ces deux phénomènes du point de vue de la source conceptrice de l’ordre institutionnel actuel de la RDC et du rôle joué par le Gouvernement belge aux côtés des puissances occidentales, et en tenant aussi compte de l’évolution de la gestion des affaires du pays par les dirigeants issus du processus électoral, on ne peut manquer de trouver des points de convergence.

En effet, Le Pouvoir et l’Opposition institutionnelle en RDC procèdent d’un même processus électoral financé, réalisé et contrôlé du début à la fin par la Communauté internationale. Ancienne puissance colonisatrice du Congo-Zaïre-RDC, la Belgique demeure historiquement la voie obligée et l’intermédiaire utile dont les puissances capitalistes européennes et nord-américaines ne peuvent se passer pour tout ce qu’elles voudraient entreprendre l’ex-Congo Belge.Une analyse superficielle et passionnée des faits, peut conduire à s’imaginer que Karel De Gucht fait cavalier seul, et qu’il agirait de sa propre autorité. On sait qu’il n’en est pas ainsi car à plusieurs reprises, son Premier ministre Yves Leterme a rappelé que tout ce que Karel a déclaré ou continue de dire en rapport avec le dossier congolais a été décidé ensemble au cours d’une réunion restreinte du cabinet. Il réflète donc la position du gouvernement belge. Certes, on entend ici et là quelques son discornants mais ceux-ci n’émanent que des milieux francophones aujourd’hui minorisés .
Cela précisé, il convient de souligner que quoiqu’étant l’émanation de la consultation populaire, le Pouvoir qui a les rênes de la RDC aujourd’hui est le fruit d’un consensus des puissances occidentales commanditaires du processus. Sa déstabilisation éventuelle ne pourrait être que l’objet d’un consensus entre ces mêmes puissances.
Les messages transmis il y a peu aux autorités congolaises par trois ministres belges, et les propos que l’un d’eux vient de tenir en Chine, ne peuvent être considérés comme des faits fortuits et qui seraient ignorés par ces puissances occidentales. Des faits déstabilisants qui véhiculent une image peu flatteuse des dirigeants de la RDC. Ce voyage en Chine ne représente-t-il pas une mission pour le compte des intérêts occidentaux plutôt pris globalement, qu’une préoccupation des seuls Belges ? Surtout qu’il intervient après le séjour à Kinshasa de trois officiels du Gouvernement belge. Le partenariat de la RDC avec l’Asie n’enchanterait pas l’Occident même si l’on dit que Kinshasa est libre de coopérer avec tous les pays qu’il voudrait choisir pour son développement.

Effondrement d’un échafaudage
J’en arrive au cas de J.P. Bemba. Il était le challenger même de Joseph Kabila au second tour du scrutin présidentiel. Son parti le MLC est, par ordre d’importance numérique, celui qui a des parlementaires dans les deux Chambres dont le nombre n’est inférieur qu’à ceux du PPRD. Il est pressenti le porte-parole de l’opposition institutionnelle. C’est sur cette opposition que misait énormément l’Occident pour servir de vernis de démocratie aux institutions issues du processus qu’il avait financé et supervisé. Au nom des puissances commanditaires du processus, Bruxelles et l’Union Européenne n’avaient cessé d’intervenir en faveur du retour de J.P. Bemba à Kinshasa pour qu’il vienne jouer son rôle au Sénat. Qu’il soit arrêté à Bruxelles par suite de son inculpation de crimes de guerre en République centrafricaine par la Cour pénale internationale, cela ne manque pas de surprendre d’autant que l’arrestation est intervenue au moment où, semble-t-il, il s’apprêtait à regagner le pays en prévision de la désignation imminente du porte-parole de l’opposition institutionnelle. Quelle que soit l’issue de cette affaire, c’est déjà un accroc à sa réputation et il ne s’en relevera probablement pas.
Bruxelles est le siège de l’Union européenne et de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan), ce bloc des puissances capitalistes européennes et nord-américaines. Comment ne pouvait-t-on pas préserver le sénateur J.P. Bemba de l’humiliation et de l’opprobre dont il vient d’être couvert si l’on tenait à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit dont l’Occident est l’artisan ? Aurait-t-on déjà mis une croix sur les fruits de ce processus et envisagerait-on un autre schéma pour la RDC ? Ces questions trouvent peut-être des réponsrs dans le fait que depuis plusieurs semaines, on on vilipende les dirigeants de la RDC sans ménagement et on les expose au mépris de l’opinion tant interne qu’externe. Le Pouvoir de Kinshasa et l’Opposition institutionnelle symbolisent le nouvel ordre politique établi en RDC avec le concours des puissances occidentales. La tension dans les relations entre Kinshasa et Bruxelles et l’arrestation de J.P. Bemba dans la Capitale belge, font désormais douter de la valeur de ces deux symboles. C’est l’effondrement d’un échaudage monté de toutes pièces en RDC par les Occidentaux.
Il ne faut pas se bercer d’illusions à l’instar de ceux qui estiment, selon leur perception subjective des choses, que l’arrestation du sénateur Jean-Pierre Bemba serait un geste délibéré des officiels belges pour amadouer Joseph Kabila et rentrer dans ses bonnes grâces ! Les déclarations du Premier ministre Yves Leterme sont sans équivoque. Il se dit disposé à faire de son mieux pour détendre l’atmosphère, mais sans toutefois modifier le jugement négatif porté par la Belgique officielle sur le Pouvoir de Kinshasa. « Le Gouvernement belge, déclare-t-il, reste sur son point de vue quant à certains éléments ayant provoqué la crise, dont les critiques formulées le 18 mai par Karel De Gucht… » On trouve à redire à la forme et non au fond des propos de Karel De Gucht. Il a le tort d’ignorer la langue de bois usitée en diplomatie, plus particulièrement concernant la RDC. Mais n’exprime-t-il pas ouvertement à sa manière, ce qu’on chuchote et qu’on ourdirait dans les officines occidentales contre la RDC ? On n’est pas loin de le croire.

Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable