La grande hypocrisie du Temple du Centenaire

Toute l'actualité politique congolaise
Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
Avatar du membre
Ngandu Bukasa Etienne
Messages : 438
Enregistré le : mar. juin 03, 2008 7:53 am
Localisation : Belgique
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable

La grande hypocrisie du Temple du Centenaire

Message par Ngandu Bukasa Etienne » mar. juin 24, 2008 4:30 pm

(Kenge Mukengeshayi)

Il s’est tenu le week-end dernier une importante rencontre religieuse, dite de réconciliation entre l’Afrique et l’Europe, au Temple protestant du Centenaire, dans la commune de Lingwala.
Un événement haut en couleurs et que les organisateurs souhaitaient sans doute de très haute portée spirituelle, mais sur lequel il n’y aurait pas que des vivats et des félicitations à verser au-delà des discours, des prières, des chants de louange, des pleurs et des confessions…
Les acteurs d’abord : qui donc étaient-ils ? D’où venaient-ils ? Avec quel mandat ? A vrai dire, nous ne sommes pas très avancés sur cet aspect des événements. Pas plus que nous le serions sur l’objet de la rencontre, consistant à imposer aux Congolais l’insolite spectacle des représentants d’Eglises occidentales en train de verser des larmes, sur lesquelles il y aurait beaucoup à dire, pour demander pardon pour les crimes perpétrés par l’Occident dans les pays du Tiers Monde, particulièrement en Afrique, dans une sorte de procès très expéditif où le prétendu accusé était à la fois procureur et juge, tandis que la victime devait se contenter du rôle sublime de spectateur.

Un mandat flou

Personne n’a évidemment été en mesure d’édifier l’opinion sur le mandat des organisateurs, même s’il s’agit, comme on dit chez nous pour ne pas devoir s’expliquer, des choses spirituelles. Mais quand ces choses nous concernent, entendent régenter nos comportements et régir notre avenir, le minimum aurait été qu’on nous demandât notre avis sur des crimes que nous avons tout de même le droit de considérer, en raison de leur impact sur l’histoire des peuples et des nations, comme imprescriptibles. Pour autant, si, dans ce cadre, le doute peut être permis sur le mandat et les motivations des hommes de Dieu venus de l’Occident, on ne peut pas ne pas, en revanche, poser la question de savoir à quand date la consultation qui aurait donné l’autorisation à nos hommes d’Eglises à nous pour s’exprimer et recevoir la demande de pardon au nom d’une catégorie encore mystérieuse des Congolais. Ces hommes de Dieu sont-ils sûrs et détiennent-ils des preuves, à travers l’histoire des nations, que quelques incantations et sermons, des prières plus ou moins sincères et des larmes même versées sans aucune hypocrisie, ont suffi pour réparer des injustices et des crimes séculaires, et porter vers le développement des nations dépouillées de leur identité, déroutées de leur histoire, déshéritées de leurs forces de production ainsi que de l’essentiel de leurs ressources du sol et du sous-sol ? Sont-ils sûrs que cette demande – nous l’espérons sincère – de pardon, convaincra l’Occident de ne plus continuer d’humilier et de mépriser les autres peuples, de ne plus leur imposer des régimes scélérats, de ne plus les piller à travers des mécanismes complexes de coopération, du commerce international, de la globalisation libérale et de la mondialisation des échanges ?
La grande faiblesse de l’événement du Centenaire aura donc été la prétention d’avoir voulu corriger les injustices issues de la Conférence de Berlin sans au préalable avoir obtenu la « conversion », au sens chrétien du terme, des protagonistes de cette conférence, leur engagement à ne plus verser dans les mêmes crimes et, surtout, à réparer les torts causés à tous les peuples qui continuent de souffrir de l’exploitation et de l’oppression occidentales.
Le continent africain offre, à ce sujet, une expérience assez riche avec les commissions Vérité et Réconciliation, là où elles n’ont pas servi d’instrument de conquête du pouvoir ou de falsification de l’histoire, en exigeant, en échange du pardon, la reconnaissance des crimes et l’engagement à les réparer.

Supercherie

Autant les « hommes de Dieu » avaient accompagné la mission civilisatrice de l’Occident en Afrique, ainsi que ses crimes, autant l’élan de réconciliation qui anime aujourd’hui les Eglises occidentales devrait commencer par convaincre les gouvernements de leurs pays respectifs à les accompagner, dans le sens inverse, dans le rejet solennel du crime, l’engagement à réparer les torts, à prêcher partout la prospérité pour tous, l’égalité entre les nations, la paix et le bonheur pour toute la planète. Une véritable gageure lorsqu’on sait que la prospérité des pays occidentaux est basée sur l’exploitation des peuples du Tiers Monde, qui ne participent dans les échanges mondiaux qu’en tant que sources des matières premières bon marché et débouchés pour les produits finis occidentaux, même quand il s’agit d’instruments de la mort.
Vouloir alors faire croire aux Congolais qu’il existe de justice sans réparation est un gros mensonge et une intolérable supercherie. Même si des résolutions non contraignantes tendraient à faire croire que le processus est en marcheCela équivaudrait surtout à dire que la messe du Centenaire terminée, les hommes de Dieu venus d’Europe s’en iraient avec la conscience tranquille d’avoir rempli un mandat que personne, en tout cas pas chez nous, n’avait conscience de leur avoir confié. Quitte à laisser intacts les dossiers des frustrations accumulées, de la même misère provoquée et entretenue par l’Occident, des mêmes guerres attisées pour le pillage des ressources.
Ce qu’on était, en revanche, en droit d’attendre du processus du Centenaire, c’est qu’il évite de donner le sentiment qu’après une certaine cérémonie de réconciliation, l’Occident se croie désormais lavé de tous les péchés contre l’Afrique après l’avoir abreuvée de versets bibliques et de quelques larmes des hommes de Dieu. Exactement sur le même mode que leurs prédécesseurs convertissaient nos aïeux en leur racontant, pour les déposséder de leur or, de leur diamant, de leur cuivre ou de leurs statuettes, que seuls les pauvres auraient en héritage le royaume des cieux ! Il fallait évacuer ce sentiment gênant selon lequel, une fois de trop, grâce à la mission civilisatrice de ses hommes d’Eglise, l’Occident se trouve exonéré du devoir de réparer les torts, injustices et crimes commis par les civilisateurs et les régimes qu’ils ont aidé à mettre en place pour poursuivre, par procuration, l’œuvre d’asservissement des peuples et de destruction de la planète.
Bref, s’il y a, parmi nos pasteurs et nos dirigeants, quelques uns qui ont pu se laisser abuser par ce bluff, c’est que ce n’est pas d’une réconciliation que l’Afrique a besoin mais d’une œuvre de délivrance contre cette malédiction qui poursuit le continent, au point où son élite ne serait pas en mesure de réfléchir par elle-même, de tracer un itinéraire propre à nos peuples, de définir leurs intérêts.

Le vrai message
Voilà le premier vrai message qui aurait dû nous interpeller à travers la cérémonie du Centenaire. Voilà ce sur quoi nos pasteurs, au nom du seul Dieu juste et bon, auraient dû avoir le courage d’insister à l’intention de leurs hôtes ultramontains, au lieu d’installer en nous ce sentiment humiliant d’être d’éternels dindons de toutes les farces qui n’ont pas fini d’avoir le sol africain comme seul et unique champs de leurs tristes expérimentations. Depuis les explorations, l’esclavage, la colonisation, les fausses indépendances, la coopération, le commerce inégal jusqu’à la mondialisation, nos forces de production déracinées et nos ressources pillées méritaient-elles réellement cet injuste sort qui leur est fait avec notre consentement ? Serions-nous sérieux et nous satisfaire en même temps d’un processus destiné, pour certains, à se donner à peu de frais bonne conscience, à assurer leur confort moral et spirituel sans fondamentalement rien changer à notre sort ? Que vaudront les résolutions du Centenaire si, comme c’est probable, les gouvernement occidentaux s’en moquent ?
Le deuxième vrai message aurait été d’appeler courageusement à l’organisation d’une Conférence de Berlin bis. Non pas pour verser dans les incantations ou ériger un mur des lamentations, mais davantage pour exiger des réparations de la part de ceux qui, sans doute pris de remords après avoir tant exploité l’Afrique, songeraient par l’absurde, sinon à rembourser ce qu’ils ont pris, à tout le moins, comme le bon samaritain, à partager ce qu’ils ont.
La plus odieuse des hypocrisies consisterait, en effet, à reconnaître les crimes de l’esclavage, de la colonisation et de l’exploitation des ressources sans aller jusqu’au bout de la logique en quantifiant le tort ainsi subi à l’aune de la prospérité occidentale et de la misère africaine. Faute de quoi, il faudra bien laisser au temps – qui est remède à tout – d’agir et d’opérer son miracle. Habaqouq a justement raison lorsqu’il dit : « Malheur à qui multiplie ce qui n’est pas à lui – oh ! jusqu’à quand ? – et qui rend la dette lourde contre lui. Ne se lèveront-ils pas soudain, ceux qui réclament de toi intérêt, et ne se réveilleront-ils pas, ceux qui te secouent violemment, et vraiment ne deviendras-tu pas pour eux un objet de pillage ? Parce que toi, tu as dépouillé des nations nombreuses, tous ceux qui restent des peuples te dépouilleront, à cause du sang humain versé et de la violence faite à la terre, à la ville et à tous ceux qui y habitent ». Pour peu qu’on croie à la parole, c’est là la véritable fin des injustices annoncée depuis la nuit des temps par l’Ange de Dieu : le mal sera vaincu, la bête terrassée, le serpent écrasé.
Ngandu Bukasa Etienne
Mail: etngandu@udps.be
Administrateur Forum Udps.be

Répondre [phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable
[phpBB Debug] PHP Warning: in file [ROOT]/vendor/twig/twig/lib/Twig/Extension/Core.php on line 1275: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable