L'UDPS ONTARIO POUR UN CONGRES EXTRAORDINAIRE DU PARTI HIC & NUNC

Toute l'actualité politique congolaise
Répondre
Avatar du membre
Sage Gayala
Messages : 25
Enregistré le : mer. déc. 03, 2014 1:45 pm

L'UDPS ONTARIO POUR UN CONGRES EXTRAORDINAIRE DU PARTI HIC & NUNC

Message par Sage Gayala » mer. avr. 15, 2015 9:24 am

En proie à la dérive dans laquelle le Parti se trouve plongé depuis un certain temps, une réunion extraordinaire de l’UDPS ONTARIO a eu lieu Samedi le 11 Avril 2015 à l’hôtel de ville sis au 100 Queen Street East au Centre-ville de Toronto au Canada. Fidèle à la nature d’une telle réunion, un seul point était retenu au menu du jour: Réflexion sur la crise que traverse ce parti cher à Etienne Tshisekedi mais aussi cher à tout un peuple qui y voit l’incarnation de la lutte d’émancipation de toute une nation.

Une unanimité s’est dégagée des échanges préliminaires débouchant sur la prémisse qui devrait orienter les discussions ultérieures des participants et participantes à cette rencontre: La crise secouant l’UDPS à ce stade trouve son origine dans le non respect, mieux les violations flagrantes des textes statutaires et réglementaires régissant le parti. Il en est découlé un postulat conceptuel remettant en cause l’UDPS comme parti moderne en ce plein 21è siècle.

Il y a, certes, eu des crises antérieurement vécues au sein de l’UDPS. Cependant, l’actuelle crise tranche avec les précédentes de par sa singularité et sa spécificité. En effet contrairement aux précédentes crises, l’actuelle porte sur les violations flagrantes et le non respect des statuts du parti par un groupe des personnes ivres de leurs ambitions personnelles et obéisant plutôt à une logique des affinités et accointances familiales, tribales, claniques etc. C’est ici une grave atteinte portée à l’âme-même de l’UDPS, à son substratum, et surtout au pacte républicain des treizes parlementaires-géniteurs de notre formation politique si bien expliqué par l’actuel président du parti lors de ce débat télévisé à Bruxelles il y a près plus de deux décennies. http://www.youtube.com/results?search_q ... arl+i+Bond .

Dès lors, deux courants de pensée quasimment antinomiques s’affrontent actuellement dans le cadre de cette crise au sein du parti. D’une part, il y a le courant incarné par ceux qui se disent aujourd’hui détenteurs de la "force”, ceux qui, pour la plupart se retrouvent au sein de l’UDPS aussi bien par mimétisme familial, tribal, clanique que par opportunisme. Leur approche a gravement porté atteinte à la quintessence-même qui faisait de l’UDPS, un parti politique hors du commun en RD Congo. Ivres de leurs ambitions personnelles, du reste, démesurées, ils ont fait de l’arbitraire, du clientélisme, du népotisme, du mensonge et de la complaisance… leurs modes de fonctionnement du parti. Fruit du faux parce qu’étant dans le faux, ils seront toujours perçus ainsi parce qu’étant la résultante de la falsification des textes statutaires du parti.

D’autre part, il y a le courant incarné par les personnes qui, à l'instar de tous les martyrs congolais de la démocratie, ont adhéré à l’UDPS par conviction et par idéal. Celles-ci dont les participants et participantes à la réunion du 11 Avril 2015 à Toronto demeurent attachées aux idéaux du parti, à la culture et surtout au respect des textes, gage de l’instauration d’un Etat de droit démocratique, cheval de bataille de l’UDPS et que rève tout congolais. Loin de succomber dans une approche de culte d’individus, ils se sont toujours engagés à soumettre au crible d’une rationalité critique toute action menée dans, pour ou contre notre formation politique en vue de son rayonnement ultérieurement escompté. La Raison entendue comme “Ratio” en latin est ce qui les conduit dans tout ce qu’ils font. C’est donc au nom d’une telle nature de combat que ce courant s’est levé et restera debout afin que la vérité et la raison restituent à l’UDPS son âme ainsi honteusement occultée.

Quoi qu'on dise en effet, et, ce, jusqu’à preuve du contraire, le Congrès demeure l’unique et seul organe suprême du parti compétent et habileté à traiter de toutes les questions statutaires et d’autres questions de grande envergure relativement à la vie du parti. Le dernier Congrès , et l’unique jusqu’ici dans l’histoire du parti, ayant eu lieu en 2010, les statuts examinés et adoptés à cet effet sont les seuls documents légaux régissant la vie du parti. Aucun autre organe du parti, aucun autre membre du parti, quelles que soient ses fonctions, n’a la latitude ni la compétence encore moins l’autorité d’en déplacer ne serait-ce qu’une virgule en dehors du Congrès. Tout autre document présenté et au regard duquel un quelconque acte administratif est signé relève de la pure tricherie, de la falsification, du dol. Il en résulte, ainsi, que les récentes "décisions administratives" s'avèrent nulles et de nul effet parce que ne relevant nullement des statuts issus de l’unique congrès du parti à date.

En guise de conclusion, les participants ont constaté avec amertume que le rayonnement d’antan du parti se trouve indubitablement miné par la crise qui est la sienne aujourd’hui. Si une telle crise ne stigmatise pas la fin de l’UDPS, il n’en revient pas moins vrai de constater qu’elle aura concocté tous les ingrédients relatifs à la fin d’un cycle de vie du parti, celui d’un parti d’opposition, d’éveil de conscience politique populaire et d’éducation politique des masses. L’heure est désormais à en faire une véritable machine de conquête et d’exercice effectif du pouvoir, mieux d’une alternative réelle et dynamique au pouvoir fantoche en place en RD Congo. De telles questions ne peuvent qu’être traitées dans le cadre d’un congrès ordinaire du parti. En revanche, la tenue préalable d’un Congrès Extraordinaire de l’UDPS s’avère une nécessité impérieuse et immédiate. S’imposant en impératif catégorique à tout membre de l’UDPS et à tout congolais amoureux de ce parti, un tel congrès devra être placé sous le seul paradigme de la réunification du parti et de tous ses membres afin non seulement de juguler la crise mais en plus de la régler de façon définitive et politiquement responsable. Ce congrès qui serait le Congrès de l’Unité du Parti devra être convoqué sans delai au regard des exigences juridiques prévues par les Statuts du parti tels que modifiés et adoptés lors du Congrès de 2010.

Fait à Toronto,
Marcellin KWILU MONDO
Secrétaire Ad Hoc


Répondre