Qui dirige l’UDPS? Réponse à Bruno TSHIBALA

Toute l'actualité politique congolaise
Répondre
Avatar du membre
Léonard Mpoyi
Messages : 15
Enregistré le : mer. janv. 28, 2015 5:10 pm

Qui dirige l’UDPS? Réponse à Bruno TSHIBALA

Message par Léonard Mpoyi » sam. août 22, 2015 10:07 am

Chers tous,
Chers combattants de l'UDPS,

Dans cette crise qui sécoue le Parti, il y a quelque chose qui me chagrine, c'est le silence des tous les cadres du Parti et son élite pensante. Sont-ils satisfaits de la situation actuelle au sein du Parti? Difficile d'y répondre puisqu'ils n' en pipent mot. Personne ne sait ce qu'ils pensent . Manque d'engagement politique ! Manque du milité ! ou la peur tout court?
Certes, le grand inconnu c'est le grand muet qui, comme on le sait , n'aime pas s'offrir en spéctacle. J'en conviens !

Mais je fais aussi le constat que les révélations dans la déclarations des 25 membres de l'UDPS et leurs revendications sont fondées sur les critères raisonnables, pointus et objectifs qui, si l'UDPS est un mouvement démocratique méritent un examen sérieux et approfondi si également le but visé de notre combat est légitime au regard du pacte signé avec notre peuple; la démocratie en respectant l' aspiration de ce peuple, base.

Sur ce, j'en appelle à la reponsabilité et à l'engagement politique et non au fanatisme qui nous a amené d'autres fois , à chanter dialelo même dans nos rêves quotidiens comme toutes les dernières sorties contre la déclaration des 25 membres de l'UDPS ,notamment celle de M. Bruno Tshibala qui a fait l'ombre bruyante dans la corporation.

Le bon leader n'a pas peur des critiques mais, au contraire, il met ces expériences à profit pour améliorer son style de leadership. Il inspire confiance non pas en recherchant un consensus mais en se montrant clair et constant dans ses principales orientations. Il fait preuve d'une certaine forme de régularité, de fiabilité et de détemination.

Chemin faisant, pour revenir sur l'interview de mon ami et porte parole de l'UDPS Monsieur Bruno Tshibala d'une part et d'autre part la mise au point des représentants de l'UDPS à l'Extérieur, grande est ma profonde stupéfaction devant votre acte d'insolence et de mépris au regard des cadres de l'UDPS signataires de la déclaration courageuse dont le contenu interpelle la conscience de tout un chacun de nous.
Une très grande tragédie pour être vivant est d'oublier que les mêmes représentants avaient interpellé et accusé le Président du Parti d'avoir violé les statuts en s'octroyant les prérogatives de l'amendement des Statuts sans l'aval du Congrès seul organe compétent en matière. Nous avons le document portant vos signatures et sur votre bénéfice de doute nous le publierons. Encore faut-il que vous insistiez !
Et, à Monsieur Bruno Tshibala un peu de la modestie car nous sommes tous sur un voyage. Pourtant nous ne savons pas de quelle longueur le voyage sera. Nul n'est besoin de vous apprendre que Me Mukendi wa Mulumba, qui hier avait piqué une crise du fait de voir injustement son nom enlevé sur la liste des candidats de l'UDPS à la députation et, aujourd'hui honorablement frequentable, sollicité et en outre associé dans des grandes décisions engageant l'avenir du Parti par le même service qui l'avait ridiculisé hier. N'est-il pas pour vous une lecon de morale politique et de la modestie?

Les 25 membres qui au départ, ont montré leur simplicité sont tous les grands cadres du Parti, M. Bruno Tshibala tout comme les représentants signataires de la mise au point , vous le savez très bien que quinconque et, je ne vous en tiens pas rigueur de demander officiellement pardon à ces cadres du Parti pour votre mépris.

Mais la non-discrimination est un principe fondemental et général en matière de proctection des droits de l'Homme, au même titre que l'égalité devant la loi et l'égale protection de la loi. Cadre ou pas cadre d'une organisation a le même droit et qualité pour agir. Car il appartient à tout le membre de l'UDPS en règle, de justifier son intérêt direct et personnel à la reconnaissance du bien-fondé de sa prétention. C'est que les 25 membres de l'UDPS ont fait est statutaire et ne peut pas faire l'objet d'insolence et de mépris comme si pour être cadres du Parti, il faut être nommé représentant ou Sécretaire Général Adjoint!

En m' impregnant de la possession d'un sens clair de vos arguments , il apporte un une raison de se lever le matin pour l'avenir et un dynamique puissant du présent de notre organisation de préciser que l'appel de mini-conclave ou conclave dans cette présente situation n'est pas antistatutaire. Car dans une situation nouvelle des mesures spéciales.
Dans le cas d'espèce où la situation générale du Président du Parti empêche ou compromet la jouissance des droits établis par les statuts , les membres du Parti doivent initier ou contribuer à ce que dans le corps réuni, prennent des mesures spéciales pour corriger cette situation. Ces mesures peuvent consister à accorder temporairement un traitement préférentiel dans des domaines spécifiques en question par rapport au reste de l'UDPS.

Pourquoi le mini-conclave ou conclave reste le seul recours pour remédier à la situaton nouvelle de fait? Parce que l'article 26 des Statuts de l'UDPS dont M. Bruno Tshibala et tant d'autres font allusion pour l'intérim de la présidence fait défaut dans son application.
Il est incohérent d'invoquer les articles 26 et 27 des Statuts car la Convention Démocratique n'a jamais été mise en oeuvre, le Président de la Commission Electorale Permenante fait l'objet de l'auto-exclusion et le Sécretaire Général a été désavoué par la base.
Voilà pourquoi la procédure de conclave reste la seule voie autorisée et qui a vocation à s'appliquer à des actes de dysfonctionnements qui se prolongent dans le temps et, par ailleurs, rien n'exclut que l'on puisse se référer à la jurisprundence attache des effets futurs à des situations passées. Nous sommes dans la sauvegarde des droits additionnels qui permettent la suspension provisoire des obligations des Statuts pour un mécanisme de sauvegarde spéciale relatif à une situation nouvelle.

D'ailleurs M. Bruno Tshibala, un vaillant combattant en sa qualité de Sécretaire Général Adjoint chargé des questions techniques juridiques, il devrait initier un examen des omissions statutaires en matière d'exécution des actes du Congrès, ce qui relève d'une infraction au principe d'égalité,et soulève le problème de la responsabilité et éventuellement de celui des sanctions. Et l'on note à ce propos que la Convention Démocratique n'a pas exercé ses compétences, celles décrites dans les Statuts, cette violation qui ne provient pas, bien évidemment des 25 membres mais de la Présidence qui elle même soumise à sa censure.

Et il ressort de tout ce qui précède que l'UDPS a un problème de fonctionnement et que sa gestion est opaque. Et, rien n'est conforme aux règles que nous nous sommes fixés. La stabilité politique et l'aboutissement des desseins politiques d'un Parti dépendent du comportement ordonné des personnalités politiques qui composent le corps décisionnel.

Evitez la complaisance et la capacité du mépris des autres qui sont au bon fixe dans votre interview. Le haut-cadre du Parti déclare en haute voix, en confondant la force de sa voix à la raison . Je vous cite : " le Président Tshisekedi wa Mulumba est élu par plus des 800 personnes au Congrès et, que les 25 membres sont une goutte d'eau dans l'océan" M. Bruno Tshibala vous vous faites coupable de non-respect des règles démocratiques, dont le cas des 9 juges aux Etats-Unis d'Amérique qui peuvent tomber un Président le plus puissant du monde, à la suite du scandale Watergate et pourtant élu par plus de 100.000.000 des peuples américains peut vous enseigner la modestie.( Affaire R. Nixon). Point n'est besoin de vous rappeler que la requête peut-être introduite même par un groupe de 3 personnes.
En France, la politique qui vous inspire de plus, le Sécretaire Général de la MP devenu aujourd'hui Parti républicain a été écarté à la suite du scandale financier. Ces exemples peuvent-ils un jour vous servir de lecon et vous inspirer?

Pour conclure ce que vous n'aviez pas dit à vos interlocuteurs est que nulle part l'Accord-Cadre d'Addis-Abeba ne parle de médiation internationale sur laquelle vous vous coupez les cheveux en quatre dans le sens de la longueur et pourquoi maintenant le dialogue? Et, enfin vous aviez omis volontairement de leur dire que depuis que l'UDPS a commencé à dialoguer elle n'a jamais été satisfaite des résolutions issues de ces dialogues et encore moins obtenue ce qu'elle cherche. Et, maintenant que cherche-t-elle à la prohibition légale de la recevabilité de la candidature de M. Joseph Kabila ?

Léonard Mpoyi Mwadiamvita
Combattant de la Liberté
Représentant Honoraire de l'UDPS

Oslo, 21.08.2015





Répondre