Chaos et confusion à l'UDPS familiale

Toute l'actualité politique congolaise
Répondre
Avatar du membre
S. Kalala Nsenda
Messages : 7
Enregistré le : lun. juin 29, 2015 6:11 pm

Chaos et confusion à l'UDPS familiale

Message par S. Kalala Nsenda » ven. févr. 19, 2016 4:57 pm

À présent, que fera-t-on de cette direction politique qui a discrédité son président auprès des chancelleries de Kinshasa ? Que dire à présent de la crédibilité du chef et comment sera son attitude pour corriger cette faute ? L ' avenir proche, nous fixira. Nous avions dénoncé cette situation depuis mais comme le fanatisme aveugle la vue, cette situation a perduré jusqu'à présent. Dans une gestion normale, la commission de discipline devrait déjà se pencher sur le cas. Aviez vous mesuré le discrédit auprès des chancelleries de la République ?
Car désormais, tout document signé par Étienne Tshisekedi ne sera pas pris au sérieux. En outre, si Étienne ne sanctionne pas cette situation, il sera traité de mèches avec ceux qui ont rejeté en public sa signature et il payera beaucoup de sa crédibilité. Attendons voir la suite.

La direction de l ' UDPS proteste contre une fausse lettre signée d ' Etienne Tshisekedi et transmises aux chancelleries à Kinshasa pour un éventuel soutien à l 'Opération Ville morte .


Image


Le sang a coulé à l'UDPS

vendredi, février 19, 2016 0 Politique
Deux groupes de jeunes de l'Union pour la démocratie et le progrès social, UDPS, se sont affrontés hier jeudi au siège du parti, sur rue Zinnias, à la 10ieme rue Limete. L'affrontement était farouche, et le sang a coulé. Quelques blessés graves ont été enregistrés.


Les deux groupes appartiennent l'un au fils Tshisekedi, Félix Tshilombo et l'autre à Bruno Mavungu, le secrétaire général du parti. Les deux groupes se disputent le leadership. Le groupe de Félix accuse Mavungu de saboter les actions du président du parti, de ce fait, ce secrétaire général doit démissionner.


Ce que les autres ne veulent pas, accusant à leur tour le camp de Félix de produire de faux documents attribués à Tshisekedi. Hier, le secrétaire général a été séquestré pendant des heures dans son bureau.

Répondre