UDPS/assises de Bruxelles

Activités et documents officiels du parti au Congo
Répondre
Avatar du membre
Alexis Mutanda
Messages : 16
Enregistré le : sam. févr. 17, 2007 12:32 pm
Localisation : Kinshasa

UDPS/assises de Bruxelles

Message par Alexis Mutanda » lun. juil. 20, 2009 12:25 pm

Les participants pour la neutralisation de la rébellion

Bruxelles, la capitale belge a abrité du 19 au 22 juin dernier les travaux initiés par les fédérations extérieures de l'UDPS, travaux ayant pour but d'assainir le climat combien malsain qui mine leur cher parti. C'était sous le haut patronage d'Etienne Tshisekedi, président national de ce parti. Faisant la restitution de ces assises le week-end dernier à la presse, les responsables de l'UDPS ont insisté sur la recommandation des participants de neutraliser la rébellion au sein de leur parti.

Près d'un mois après les assises de Bruxelles, lesquelles avaient réuni autour d'E. Tshisekedi non seulement les représentants des fédérations extérieures, initiateurs desdites assises, mais aussi les animateurs des organes centraux venus de Kinshasa, à savoir Valentin Mubake (comité national) et Alexis Mutanda (secrétariat national), l'occasion était enfin favorable pour en faire la restitution à la presse, et à la base.

Pour ce faire, à part les 2 animateurs des organes centraux, Albert Moleka, assistant et porte-parole d'E. Tshisekedi et M. Ali, porte-parole du parti ont également pris la parole, le 1er pour lire le rapport général et le second la déclaration politique à l'issue des travaux de Bruxelles.

A en croire le rapport, au nombre des recommandations, les participants ont insisté sur la nécessité qu'il y a à neutraliser la rébellion qui secoue leur parti. A ce sujet, la presse a voulu en savoir davantage sur celui qu'on appelait " rebelle ". Etant entendu que chacun de 2 camps qui se vouent une haine viscérale croit parler au nom de Tshisekedi, croit agir conformément aux statuts. Qui est-ce qui fait la lecture correcte des statuts, s'est interrogée la presse qui a fait sienne la préoccupation de l'homme de la rue.

Répondant à cette préoccupation, Moleka, Mubake et Mutanda n'ont pas eu besoin des gants pour indiquer que le rebelle, c'est tout celui qui n'observe pas les statuts du parti. Mubake a été plus dur car il est allé jusqu'à lancer que les rebelles dont il est question c'est la bande à Beltchika, les gens de Righini, non seulement pour avoir tenu un faux congrès, mais aussi puisqu'ils persévèrent dans le mal, dans l'entêtement, selon qu'il est écrit, et c'est Albert Moleka qui l'a rappelé " Errare humanum est, sed perseverare diabolicum. "



Des sanctions exigées

A en croire la déclaration politique lue par M. Ali, porte-parole de l'UDPS, les participants aux assises de Bruxelles exigent d'E. Tshisekedi, président national de leur parti des sanctions exemplaires, allant jusqu'à la révocation, à l'endroit des " rebelles ".

Ceux qui exigent ces sanctions justifient leur demande par le fait que ces gens (rebelles) ont induit le peuple en erreur en lui proposant un faux congrès en avril dernier. Comme si cela ne suffisait pas, ils persévèrent en mettant en place des structures, des institutions issues de ce congrès qui n'en constituait pas un, car convoqué en contradiction avec les statuts du parti. Pour eux, et les orateurs l'ont rappelé, le congrès ne doit être convoqué que par le président national, à savoir E. Tshisekedi lui-même. C'est pour ce faire que les participants proposent que leur président signe une décision convoquant le tout 1er congrès de leur parti avant la fin de l'année 2009.

Une autre recommandation qui était celle des participants porte sur les élections à venir. Ils souhaitent voir les cadres et les combattants de leur parti s'enrôler massivement. Sur ce point, les combattants ont trouvé que Albert Moleka et Alexis Mutanda étaient favorables. Mais ils n'ont pas du tout apprécié la position de Valentin Mubake qu'ils venaient d'applaudir précédemment par ses interventions pertinentes.

Pour Valentin Mubake, l'enrôlement tel qu'il est initié par la CEI avec Malumalu est une tricherie puisque violant les dispositions de l'article 211 de la Constitution, laquelle crée la CNI, avec toutes ses attributions.

Pour les combattants, apparemment drogués, Mubake, indécis sur le dossier " enrôlement " roule pour le pouvoir qui doit l'avoir corrompu. C'est ainsi que dans un clin d'œil, la situation est passée au vinaigre : les orateurs interdits de sortir, les journalistes aux abois cherchant où s'abriter, et les combattants qui fonçaient comme des fauves sur les orateurs, avec des bouteilles, des pierres, des barres de fer…, une façon pour eux de pousser Mubake à se prononcer clairement.

Mais, le calme reviendra une heure plus tard grâce à la sagesse de Moleka qui a, tout au long de ses propos, usé d'un ton conciliant. Pour lui, il ne faut pas que quelqu'un refuse de faire quoi que ce soit puisque ce n'est pas Mubake, Mutanda qui l'a demandé, mais puisque ce n'est pas Tshisekedi qui l'a demandé. " Le plus grand ennemi de l'UDPS n'est ni le pouvoir, ni les rebelles, mais nous-mêmes lorsque nous ne suivons pas les directives du parti ", a-t-il indiqué.



V. Wakudinga
L'observateur
Alexis Mutanda
Président de la CEP

Répondre