Kinkiey Mulumba, journaliste griot souille la mémoire de Flo

Activités et documents officiels du parti au Congo
Répondre
Avatar du membre
Ngandu Bukasa Etienne
Messages : 438
Enregistré le : mar. juin 03, 2008 7:53 am
Localisation : Belgique

Kinkiey Mulumba, journaliste griot souille la mémoire de Flo

Message par Ngandu Bukasa Etienne » ven. juin 04, 2010 11:35 am

Kinkiey Mulumba, journaliste griot souille la mémoire de Floribert Chebeya.

Comme il fallait s’en douter le pourvoir de Kinshasa fait déjà appelle à ses griot de journalistes(Kinkiey Mulumba) pour lancer des fausses pistes et ainsi épargner aux vrais responsables de ce lâche assassinat d’être mis sous les lumières d’une éventuelle enquête. Kinkiey prétend que Chebeya aurait succombé suite à une attaque cardiaque consécutive à une consommation exagérée du Viagra, il affirme également qu’un certain nombre de préservatifs aurait été retrouvé à coté du corps retrouvé par la police à Mitendi. Nul besoin de faire un dessin pour comprendre que le pouvoir comme à son habitude veut créer la diversion dans cette affaire à l’instar d’autres assassinats politiques comme ceux de Bapuwa Mwamba, Serge Maheshe, etc…


Lisez par vous même pour vous rendre du profond degré de cynisme de la part du journaliste griot KinKiey Mulumba

UNE RENCONTRE GALANTE QUI SE SERAIT TERMINÉE PAR UN INFARCTUS?
«Nous avons dans ce pays des personnes qui tirent à boulets rouges matin, midi, soir sur le régime, sur même la personne du Chef de l’État. Qui s’en prennent même à sa vie privée. Ces personnes circulent en toute liberté. Qui peut dire - croire ou faire croire à qui - que ce pouvoir est un pouvoir sanguinaire qui élimine des activistes des droits de l’homme?», se désole le Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité qui s’entretenait jeudi 3 juin en milieu de journée avec un journaliste du Soft International.

Contrairement à ses habitudes, le prof. Lumanu Mulenda Bwana N’Sefu a, la veille, mercredi 2 juin, soit aussitôt qu’il a appris la nouvelle du décès du directeur exécutif de l’ONG La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme, rédigé un communiqué de presse publié le lendemain jeudi dans tous les tabloïds parus dans la Capitale. Une fois n’est pas coutume, le Gouvernement a voulu communiquer, sans tarder, de façon plus professionnelle, avec la plus grande précision. Soit un communiqué de presse.

«Le Gouvernement de la République présente à la famille éprouvée et aux Organisations de défense des Droits de l’homme en République Démocratique du Congo, ses condoléances les plus attristées». Il les assure «de sa détermination à renforcer les mesures de sécurité pour que les activités des Organisations de défense des droits de l’homme en République Démocratique du Congo continuent à s’exercer sans aucune entrave», écrit le communiqué.

Le prof. Lumanu Mulenda Bwana N’Sefu déclare dans ce texte, qu’à ce stade de l’enquête ordonnée à tous les services de sécurité et de renseignement, «aucune piste n’est privilégiée».

Selon des confidences parvenues au Soft International, c’est le Vice-Premier ministre qui a informé incidemment le Président de la République dans la journée de mercredi 2 juin. Lumanu Mulenda Bwana N’Sefu tenait informé le Chef de l’État de sa décision de faire une déclaration. «Une déclaration? Sur quoi?»

Quand il a appris qu’elle se rapportait à la mort du président de l’ONG la Voix des Sans Voix dont le corps sans vie venait d’être découvert le matin, dans un quartier de la commune de Mont Ngafula, le président de la République n’a pas caché son émotion.

«C’est mauvais, très mauvais. Très mauvais...», a-t-il déclaré sous le choc, selon un proche du dossier.

Signe que l’État a pris l’affaire très au sérieux, la police nationale - une fois n’est pas coutume - a également communiqué et par voie de communiqué de presse.

L’État très clairement a levé l’option de jouer la transparence. Dans un texte signé par le général Jean de Dieu Oleko, on apprend que le corps sans vie de Floribert Chebeya Mahizire a été identifié par la police descendue sur les lieux à l’appel des passants après qu’elle eût fouillé ses poches et «découvert un nombre important de cartes de visite portant son nom».

«Il s’agissait de M. Chebeya Bahiziré, Directeur Exécutif de l’ONG La Voix des Sans Voix, domicilié au n°3858 de l’avenue des Écuries, Quartier Joli Parc, Commune de Ngaliema», lit-on dans le communiqué de la PNC.

Dans ce texte, on apprend aussi que les agents «descendus sur le lieu (...) ont trouvé effectivement un cadavre d’un homme sans aucune trace visible de violence, dont l’étirette du pantalon (ndlr: la fermeture éclair) était ouverte et à côté duquel se trouvaient deux préservatifs déjà utilisés et un paquet entier de trois pièces non utilisées, une boîte de stimulant Davigra qui contenait une plaquette de deux comprimés déjà utilisés, deux ongles artificiels et quelques mèches de dames».

Se trouvait-il en galante compagnie qui se serait terminée par un infarctus ou les agresseurs du président de la Voix des Sans Voix ont-ils laissé ces indices sur le lieu du crime dans le but de brouiller les pistes? Seule l’enquête le déterminera...
Ngandu Bukasa Etienne
Mail: etngandu@udps.be
Administrateur Forum Udps.be

Répondre