Billet. "PAS TRENTE ANS DANS L'OPPOSITION", L'INSULTE

Activités et documents officiels du parti au Congo
Répondre
Avatar du membre
Ngandu Bukasa Etienne
Messages : 438
Enregistré le : mar. juin 03, 2008 7:53 am
Localisation : Belgique

Billet. "PAS TRENTE ANS DANS L'OPPOSITION", L'INSULTE

Message par Ngandu Bukasa Etienne » lun. juin 27, 2011 4:05 pm

Image

Lors d’une interview sur radio okapi , Vital Kamerhe, candidat président de la République en RD Congo a lancé cette petite phrase:

« Mon ambition n’est pas de demeurer opposant pendant 30 ans »

En a-t-il mesuré la portée ou est-ce une rhétorique pour le besoin de la cause dans cette période préélectorale?

30 ANS

Quelle a été l’évolution sociopolitique de notre pays durant les trente dernières années?

Il y a eu, et il y a toujours une infime partie de compatriotes qui ont joui et qui jouissent de l’argent de l’État alors que des dizaines de millions d’autres galèrent.

Des soixante-dix millions de Congolais, combien peuvent s’estimer satisfaits de ces trente dernières années?

Durant les trente dernières années, des hommes politiques ont eu le courage de se lever, de dénoncer, de combattre… De s’opposer.

Ont également bravé le système en place, des acteurs de la société civile: médecins, fonctionnaires, artistes, journalistes, enseignants, syndicats, étudiants, associations… Et certains au péril de leur vie.

Quel bilan ceux qui ont été aux commandes de notre pays durant ces trente dernières années, peuvent-ils présenter pour chaque année dans chaque domaine de la vie de notre nation?

Durant ces trente dernières années, tous ceux qui ont été contre les systèmes successifs en place en RD Congo, ont-ils eu tort ou raison?

PARCOURS DU CANDIDAT-PRESIDENT KAMERHE

Quel a été le parcours de monsieur Kamerhe durant les trente dernières années de l’histoire de notre pays?

De 1982 à 1997, de quel côté était-il?

Monsieur Kamerhe a-t-il surfé ou non dans différents cabinets ministériels, revenus conséquents à l‘appui?

Et de 1997, avec l’arrivée de l’AFDL, à 2010?

Monsieur Kamerhe s’est-il retrouvé ou pas dans les méandres du pouvoir, gravissant allégrement les échelons et enrichissant son tableau de chasse de postes?

En 2006, n’a-t-il pas aidé monsieur Joseph Kabila a accéder au pouvoir?

Quelques images sont restées gravées dans le subconscient collectif congolais:

- Kabila s’adressant à l’électorat en français, et Kamerhe servant de traducteur en lingala.

- Lors du deuxième tour de la présidentielle de la même année, sur RFI, pour justifier le refus d’un débat télévisé entre Kabila et Bemba. Kamerhe affirmera ceci: « Bemba est tellement violent et agressif que sur le plateau de télévision, il risque de sauter sur monsieur Kabila. »

… Quelle aurait été l’issue de la présidentielle si ce débat avait eu lieu?

Ayant lui-même réalisé un bon score aux législatives, monsieur Kamerhe s’est retrouvé par la suite au sommet de l’État comme président du parlement.

Une consécration.

Puis, vint le divorce avec la « maison mère. »

Rupture totale? Direction? Opposition.

Kamerhe y a-t-il mis un pied? Les deux pieds? Avec ou sans bagages? A-t-il suffisamment intériorisé le mode de pensée et de fonctionnement dans cette opposition? Ou… Simple transit ou tremplin pour vite retourner au « pouvoir »? Pour retourner dans le camp dont les réflexes, et le modus vivendi sont devenus une seconde nature?

OPPOSITION

Le candidat président Kamerhe dit :

« L’opposition c’est un état d’esprit! »

Cet état d’esprit, n’est-ce pas en réalité la communion avec ceux qui souffrent dans leur âme et leur chair par la faute des dirigeants véreux?

Durant toute ces années où monsieur Kamerhe a vécu sous les mamelles de l’État: émoluments, frais de missions, avantages tout genre… A-t-il eu conscience du nombre vertigineux de congolais qui ont broyé du noir ne sachant ni se nourrir, ni nourrir les personnes qui leurs sont chères, ni assurer l’éducation de leur progéniture, des êtres réduits à l’état de loque humaine par la mauvaise gouvernance, la corruption, la cupidité, l’aventurisme au sommet de l’État et l’égoïsme des dirigeants?

Des millions sont morts ainsi, en bas âge, très souvent…

Quel a été et quel est « l’état d’esprit » de ces misérables sans revenus, et clochardisés à outrance sur près de deux générations? N‘est-ce pas une véritable alternance grâce aux voix qu’ils donneront à l’opposition? Une longue opposition qui dure depuis…30 ans au moins!

L’INSULTE

L’histoire est jalonnée d’exemples d’hommes politiques qui ont sacrifié l’essentiel de leur vie pour le triomphe d’un idéal plus que d’une ambition. Mitterrand a bien attendu 23 ans pour amener la gauche au pouvoir.

En Afrique du Sud, Mandela a peut-être eu tort de rester si longtemps, et en prison, et dans l’opposition.

Kamerhe est-il ou sera-t-il de ceux-là? Ou, météorite, il est de la race de ceux dont les ambitions se concrétisent en l’espace d’un éclair?

En RD Congo, depuis plus de trente ans, les millions des congolais, misérables à outrance, attendent toujours que prenne fin leur calvaire. N’est-ce pas cracher sur cette misère indescriptible qui dure depuis plus de trente ans que d’affirmer que la communion d’esprit avec ces millions de misérables depuis autant d’années est une « ambition? », et non un idéal.

De la bouche de quelqu’un qui prétend régenter bientôt le sort de dizaines de millions de gens, déclarer: « Pas trente ans dans l’opposition », à défaut d’une prétention, voire de mépris, n’est-ce pas une insulte?

Cheik FITA

Bruxelles, le 25 juin 2011

Source: http://cheikfitanews.over-blog.net/arti ... 27573.html
Ngandu Bukasa Etienne
Mail: etngandu@udps.be
Administrateur Forum Udps.be

Répondre