Ma réaction personnelle par rapport à la conférence des tutsis à Bruxelles le 25 Août 2020

Avatar de l’utilisateur
Tshipamba Mpuila
Messages : 421
Inscription : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

Ma réaction personnelle par rapport à la conférence des tutsis à Bruxelles le 25 Août 2020

Message par Tshipamba Mpuila »

Ma réaction personnelle par rapport à la conférence des tutsis à Bruxelles le 25 Août 2020

Je réagis non seulement par rapport à l’objet de la conférence elle-même, mais aussi par rapport à mes Compatriotes congolais qui ont accordé de l’importance aux tutsis en allant les écouter et m’ont demandé d’aller dans la Salle de la Conférence pour contrer les mensonges des tutsis sur leur soit-disante nationalité congolaise et participer à une autre conférence organisée à Bruxelles pour développer en détails les arguments contre les mensonges et les tentatives de la falsification de l’histoire par les tutsis.

Les tutsis ne sont pas des congolais et ils ne peuvent pas se trouver sur le Territoire national sans avoir suivi la procédure légale nationale requise pour avoir un séjour régulier en RDC, ou un séjour humanitaire, ou l’asile politique, ou la nationalité congolaise. Ils ne peuvent pas être nos interlocuteurs avec qui nous discutons sur la nationalité congolaise. Ils n’ont aucun droit de s’asseoir autour de la table avec nous et de discuter sur la nationalité congolaise ; les tutsis sont tous des rwandais et ils n’ont aucun droit de se trouver dans les Institutions de notre Pays.

Je refuse de tomber dans le piège des tutsis qui ont la stratégie de s’auto-victimiser tout en commettant de pires crimes ; ils provoquent des débats sur des évidences historiques, géographiques, territoriales, politiques, militaires, sécuritaires, sociales et économiques.

L’objectif visé dans ces débats est d’user de la malice, de la fourberie, de la ruse et de la perfidie et de compter sur la naïveté, la médiocrité, la légèreté, la complaisance et la complicité des élites et des leaders congolais pour parvenir à mettre en doute ces évidences et réécrire l’histoire en les considérant comme des congolais.

Tous ces débats et toutes ces discussions avec les tutsis amènent subconsciemment à banaliser et à tolérer l’occupation étrangère rwandaise de la RDC ; à légitimer l’occupation étrangère rwandaise ; à aboutir à des dialogues, des négociations et des résolutions permettant aux tutsis de corrompre, manipuler et instrumentaliser les élites et leaders congolais médiocres lors de la tenue de ces assises ; d’obtenir collectivement la nationalité congolaise ; de consolider leur domination sur la RDC ; d’entrer légitimement et massivement dans les Institutions de la RDC et de prendre progressivement la possession et le contrôle de notre Pays et de notre Peuple.

On ne négocie jamais avec quelqu’un qui est habité par une superstructure idéologique hégémoniste, et donc nécessairement dominatrice, agressive, violence, militariste, esclavagiste, colonialiste, tyrannique, prédatrice et génocidaire.

Les tutsis ont suffisamment démontré leur attachement indéracinable à cette superstructure idéologique dans le Rwanda ancien, dans le Rwanda contemporain, en Ouganda et en RDC depuis la première guerre de l’AFDL en 1996 jusqu’à ce jour.

On ne négocie jamais avec un maffieux et un brigand qui a envahi votre maison, s’est autoproclamé propriétaire de la maison, des hommes qui y habitent et de tous les biens qui s’y trouvent ; il viole les jeunes filles et les mamans qu’il a trouvées dans la maison, égorge les garçons….
La seule attitude responsable et appropriée consiste à rejeter l’attitude des victimes qui demandent à leurs bourreaux et assassins la pitié et la compassion, c’est-dire des victimes qui sont des mendiants des miracles, mais être conscient du mépris du caractère sacré et inviolable de la vie et de la dignité humaine, de la violation flagrante de ses libertés et de ses droits ; du danger et du péril mortels présents.

Il faut savoir que l’on est dans le cas de légitime défense et devenir fort pour renverser le rapport des forces.
On devient fort quand on dépasse les clivages familiaux, claniques, tribaux et régionaux et on sublime le fait d’être un seul peuple habitant une même nation ; on préserve l’unité nationale, la cohésion nationale et la solidarité nationale ; on s’organise, on se mobilise autour des leaders de progrès, on se dote des moyens nécessaires et suffisants, on s’arme de courage, de détermination, de persévérance, d’esprit d’initiative, de risques, de sacrifices et d’efforts, et on attaque l’occupant.

L’observation formulée par M. A. Camus, dans son livre « La peste » vaut pour les Congolais :

« Malgré leur fréquence dans la vie depuis que l’Humanité existe et l’ampleur de leurs ravages dans le Monde, les fléaux trouvent toujours des hommes naïfs, dépourvus, complaisants, imprudents et incrédules. Cette attitude facilite aux fléaux de déployer encore mieux leur capacité de nuisance et de destruction et de semer davantage partout la désolation et le deuil ».

Les tutsis sèment la désolation et le deuil en RDC depuis plusieurs années. Il est incompréhensible et inacceptable que les élites et les congolais, dans leur grande majorité, se contentent jusqu’à ce jour, sur un sujet d’une telle grande importance, des conjectures et des informations approximatives ramassées dans la rue ; ils continuent à faire confiance aux tutsis, à négocier et à pactiser avec eux. Ces Compatriotes ne se sont jamais efforcés de connaître bien les occupants étrangers rwandais notamment en lisant les écrits publiés sur eux par MM. Cheikh Anta Diop, Jan Vansina, Gaspard Musabyimana, Charles Onana…

Certains seront tentés de m’accuser de généralisation abusive en parlant de tous les tutsis.

Tous accueillent triomphalement Paul Kagame lors de ses visites à l’Etranger. Seuls les tutsis eux-mêmes peuvent démentir nos propos s’ils organisent des manifestations, des conférences… pour protester contre l’occupation de la RDC par le Rwanda, le pillage illégal et inconsidéré des ressources naturelles de la RDC par le Rwanda, les violences, les horreurs, les atrocités et les cruautés, les viols et les massacres perpétrés en RDC par le leadership rwandais. Et ces criminels, impénitents, continuent jusqu’à ce jour à s’adonner avec désinvolture, cynisme, arrogance et à cœur joie à ces horreurs en RDC.

Fait le 26 Août 2020.
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM : +32-493-325-104
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr
Répondre