Auto-immolation par conscience patriotique

Avatar de l’utilisateur
Tshipamba Mpuila
Messages : 451
Inscription : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

Auto-immolation par conscience patriotique

Message par Tshipamba Mpuila »

Jan Palach


Vue de la Sépulture au Cimetière d'Olšany
Jan Palach, né le 11 août 1948 à Prague et mort le 19 janvier 1969 dans la même ville, était un étudiant en histoire tchécoslovaque (Université Charles de Prague, en Tchécoslovaquie). Il s'est immolé par le feu sur la place Venceslas à Prague le 16 janvier 1969.
Il est l'un des symboles en Tchéquie de la résistance au communisme et à l'occupation soviétique.
Jan Palach était né en 1948. En 1963, il devint élève au lycée de Mělník (50 km de Prague) et obtint un baccalauréat à l'École supérieure d'économie de Prague puis étudia à l'université Charles. Il effectua un stage au Kazakhstan en 1967 puis, à Leningrad en 1968. Il séjourna également trois semaines en France en 1968 pour travailler dans les vignes.
Durant ses études, il s'est intéressé déjà à la politique, mais c’est le Printemps de Prague qui a marqué un tournant crucial pour lui.
Après avoir essayé sans succès d’organiser l'occupation de l’édifice principal de la Radiodiffusion tchécoslovaque et de diffuser un appel à la grève générale, Jan Palach décida d'opter pour un mode de protestation plus radical.
Le 16 janvier 1969, il s’est immolé par le feu sur la place Venceslas à Prague, un lieu central et très fréquenté.
Par ce geste d’auto-immolation publique, Jan Palach souhaitait protester contre l'indifférence de la population contre l’invasion de son pays par les forces du Pacte de Varsovie en août 1968. Cette invasion avait mis fin brutalement au Printemps de Prague, et aux réformes d’Alexander Dubček dont l'objectif était l'humanisation du système socialiste tchèque. L’intervention militaire de 1968, suivie par une soumission du Parti communiste tchécoslovaque aux ordres de l'URSS, allaient verrouiller durablement le champ politique de la Tchécoslovaquie communiste qui entrait dans la phase dite de « normalisation ».
La mort du jeune homme eut un retentissement à travers toute la Tchécoslovaquie : une procession réunit plusieurs dizaines de milliers de participants à Prague et d'autres cérémonies funèbres eurent lieu ailleurs dans le pays.
Jan Zajíc et Evžen Plocek, deux autres jeunes Tchèques, suivirent l'exemple de Jan Palach respectivement le 25 février et le 9 avril de la même année.
Les autorités communistes ont alors tenté de discréditer le jeune martyr par plusieurs manipulations, notamment en faisant disparaître une lettre posthume où Jan Palach dénonçait l'invasion soviétique.
Conséquences

Plaque mémoriale dédiée à Jan Palach et fleurie en commémoration de sa mort.
En janvier 1989, le 20e anniversaire de la mort de Jan Palach a provoqué une semaine d'importantes manifestations contre le régime communiste, appelée « Semaine de Palach ».
Le 16 février 1989, l'auteur dramatique Václav Havel, un des dirigeants du mouvement de la Charte 77, a été arrêté par la police de la dictature communiste pour avoir voulu déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de Jan Palach.
Le 20 février suivant, il a été condamné pour ce geste à neuf mois de prison ferme et le 22 février, sept autres opposants ont été aussi condamnés.
Quelques mois plus tard, la dictature s'est effondrée à la suite de la révolution de Velours.
Hommages et postérité

Mémorial à Jan Palach et Jan Zajíc sur la place Venceslas à Prague.
• L'astronome Luboš Kohoutek a nommé un astéroïde en hommage à Palach le 22 août 1969 ((1834) Palach).
• Le jour de l’anniversaire de son geste, le mémorial qui lui est désormais consacré devant la statue équestre de saint Venceslas est couvert de fleurs.
• Une gare d'autobus dans la ville de Curepipe à l'île Maurice porte son nom.
• Plusieurs voies portent également son nom : une rue à Reims, Béziers, Couëron, Saint-Herblain et à Angers, une allée à Sevran ou encore une avenue à Gignac-la-Nerthe.
• Le campus de Dijon de Sciences Po Paris possède une statue en son honneur.
• Torches, musique composée et interprétée par Lamb Of God sur leur album VII : Sturm Und Drang, en son hommage.
• En 2011, Daniel Cohn-Bendit rappela dans un discours le geste de Jan Palach pour dénoncer, selon lui, le manque de soutien du Parlement Européen à la Tunisie suite à sa révolution. Cohn-Bendit dressa un parallèle entre l'immolation de Jan Palach et celle de Mohamed Bouazizi.
• Le 16 janvier 2019 est organisé un rassemblement place de la Vieille Ville à Prague pour commémorer les 50 ans de son geste.

Médias
• La mini-série télévisée Sacrifice d'Agnieszka Holland, 2014.
• Le livre La Vie brève de Jan Palach, d'Anthony Sitruk, aux éditions Le Dilettante, 2018 (SBN : 9782842639679)
• Jan Palach, film tchèque réalisé par Robert Sedláček sorti en 2018.

https://www.bing.com/search?q=Jan+Palac ... 361b6048c7

Texte reproduit par le Dr François Tshipamba Mpuila
GSM : +32-493-325-104 ; E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr
Répondre