La RDC a étalé, en public, à l’Expo Dubaï 2020, un aspect du fond de la Tragédie dans laquelle elle est plongée

Avatar de l’utilisateur
Tshipamba Mpuila
Messages : 451
Inscription : ven. août 11, 2006 7:29 pm
Localisation : BELGIQUE

La RDC a étalé, en public, à l’Expo Dubaï 2020, un aspect du fond de la Tragédie dans laquelle elle est plongée

Message par Tshipamba Mpuila »

LEADERSHIP NATIONAL CONGOLAIS DE PROGRES
La RDC a étalé, en public, à l’Expo Dubaï 2020, un aspect du fond de la Tragédie dans laquelle elle est plongée

La RDC est plongée dans une tragédie qui, par sa nature, son ampleur et sa durée, a détruit « l’un des Géants d’Afrique et du Monde » jusqu’à le rendre un pays sinistré et a détruit le peuple jusqu’à le rendre une coquille vide plongée dans la désolation et le deuil permanents : une coquille vidée de toute substance noble, de l’être métaphysique, de toute notion de bien, de vérité, d’objectivité, d’intersubjectivité et d’autocritique, de toute référence aux vraies valeurs humaines, morales, patriotiques et spirituelles, de toute notion d’excellence, de professionnalisme, de méritocratie, de vrai progrès, de vraie dignité, de vraie fierté, de vraie liberté, de vrai bonheur et de vrai épanouissement.
C’est pourquoi la médiocrité et les turpitudes constituent désormais notre lieu naturel de vie et nombreux congolais s’en prévalent en toute dignité et fierté : ils y trouvent leur épanouissement et leur bonheur.

Trop superficiels, aveuglés et vidés de la capacité de découvrir le dégoût, les moqueries et le mépris subtilement dissimulés par les autres peuples à leur égard, ils sont devenus inaptes à avoir honte et à réfléchir profondément sur les paramètres et les indicateurs internationaux qui placent la RDC parmi les derniers pays et à agir pour arrêter la tragédie de façon définitive et durable et placer leur pays sur la voie du progrès, lequel progrès sera évalué par rapport aux paramètres et indicateurs internationaux et par conséquent par rapport à l’amélioration de la place de la RDC dans les classifications internationales des pays.

L’Expo Dubaï 2020 a démarré le 1er octobre 2021 sous le thème « Connecter les esprits, Construire le futur », et durera jusqu’au 31 mars 2022.
C’est une exposition universelle qui réunit des pays, des organisations multilatérales, des entreprises et des établissements d’enseignement. Elle offre l’occasion et la chance aux participants de mettre en valeur les atouts et les opportunités qu’offrent leurs pays et leurs entités pour nouer les relations et les interconnexions incitatives aux investissements, à la coopération et au développement.

La RDC est « l’un des Géants d’Afrique et du Monde ». Notre pays regorge de ressources naturelles immenses et diversifiées et de tant de potentialités économiques et industrielles. Comment n’apportons-nous pas, à de tels rendez-vous, en plus des discours, quelques réalisations effectuées par nous-mêmes pour attirer les investisseurs étrangers ? Qui nous trouve crédibles et respectables en constatant que nous y allons les mains vides et demandons aux étrangers de venir commencer tout à zéro.

La vidéo du spectacle musical offert par la Délégation congolaise aux participants à l’Expo Dubaï 2020 est une vitrine de bassesse, de vulgarité, de légèreté, de superficialité et de médiocrité.

Dans les thèmes des chansons, la « chorégraphie », l’harmonie dans la danse…transparaissent l’improvisation, l’impréparation, la négligence, l’absence d’organisation, de discipline, de professionnalisme et de rigueur. Quel message de culture, de civilisation, d’excellence et de progrès avez-vous décelé dans les thèmes des chansons, les danses, la « chorégraphie » … présentés ? Pourquoi n’a-t-on choisi que la musique congolaise dite « moderne » et non à la fois les valeurs socioculturelles traditionnelles (folklore) et modernes ? Pourquoi n’a-t-on pas mis à contribution les sages, les notables, les artistes traditionnels, l’INA, les facultés des sciences sociales, de philosophie et lettres… ?

Pour les musiciens et les danseurs (ses), rien n’a changé dans le pays ; ils continuent à s’exhiber au public avec le mêmes thèmes des chansons, les mêmes accoutrements et les mêmes danses ; ils continuent leur mode de vie habituel ; ils donnent le meilleur d’eux-mêmes conformément aux antivaleurs, à la perversion et à la médiocrité dont les différents systèmes déshumanisants ont enivré la jeunesse et l’ensemble du peuple pour mieux les anesthésier, les abrutir, les étourdir, les distraire, les pervertir, les animaliser, les chosifier et exploiter tranquillement et piller allègrement leurs ressources naturelles.

Le Changement démocratique tant espéré est un nouveau départ marqué par la rupture totale avec les systèmes déshumanisants, leurs fondations (parmi lesquelles se trouve la constitution actuelle), leurs piliers, leurs institutions, leurs structures, leurs thuriféraires…On ne purifie pas un système déshumanisant, on le remplace immédiatement par un système de progrès.

Les Alliés n’ont pas purifié le système nazi, ils l’ont immédiatement détruit (Fondations -constitution…-, piliers, institutions, structures, jugement et condamnation de 24 des responsables politiques et militaires du nazisme au Procès de Nuremberg…) ; et ils ont soutenu le peuple allemand pour mettre en place le système démocratique fondé sur une nouvelle constitution et les dirigeants de progrès.

En Afrique du Sud, le nouveau système a immédiatement aboli toutes les lois ségrégationnistes et la constitution de l’Apartheid ; mis en place une nouvelle constitution (La Charte de la liberté) et placé au pouvoir un leadership national de progrès (une équipe d’hommes et de femmes de progrès).

Le Changement démocratique réside dans le fait de considérer le progrès comme étant le processus intégré de l’expansion de la jouissance des libertés et des droits ; le processus dans lequel l’homme est l’artisan, l’acteur et la fin ultime ; le processus qui évolue en sédimentation et non en substitution ; le processus qui préserve précieusement et élève dans une synthèse supérieure tous les Acquis positifs accumulés par le peuple tout au long de son combat contre les vicissitudes, les adversaires et les ennemis intérieurs et extérieurs ; le processus qui considère l’histoire comme étant l’enregistrement des valeurs, des idéaux, du bien-être, de la sagesse, du génie, des connaissances qui s’accumulent et qui s’accroissent, d’un continuel avancement depuis un degré inférieur et moins qualitatif jusqu’à un degré qualitatif supérieur des valeurs, des idéaux, d’intelligence, de connaissances, de la sagesse, du génie, du bien-être et de l’épanouissement.

Chaque génération reçoit de la génération précédente l’héritage des trésors, elle les conserve, les modifie, les enrichit de son apport et de son expérience, agrandis par les fruits de toutes les victoires qu’elle a remportées elles-mêmes et les transmet à la suivante.
C’est pourquoi il est absolument contradictoire et totalement incompréhensible de parler du Changement démocratique et de la possibilité d’un éventuel progrès tout en sautant, les pieds joints, toute la période de notre histoire nationale qui va de 1977 à 1997, période marquée par les efforts, les sacrifices, l’abnégation, le patriotisme, l’attachement sans précédent à la vision de progrès, les relégations, les bannissements, les renvois des universités, les licenciements massifs du travail, les emprisonnements, les expropriations extrajudiciaires, les tortures, les traitements cruels, inhumains et dégradants, la bravoure, l’héroïsme, les massacres de masse (le 16 février 1992)… et couronnée par le point culminant et l’apogée des Acquis positifs du Combat de l’ensemble de notre Peuple : les Résolutions de la CNS, qui sont les Fondements d’un Etat de droit réellement indépendant, souverain et démocratique moderne et prospère.

Le Changement réside aussi dans la restauration de l’être profond de l’homme congolais, dans toute son globalité (substance métaphysique, densité morale, humanisme transcendant, élévation spirituelle). L’un des effets bénéfiques sera le changement de mentalités et de comportements,
C’est la tâche de l’Etat, des Sages, des Notables, des Chefs coutumiers, des confessions religieuses, de la famille, de l’école, des médias publics et privés, des musiciens, des artistes, des écrivains, de différentes organisations politiques et sociales, des mouvements féminins, des milieux universitaires, des facultés et des départements dans les universités et dans les instituts supérieurs, des mouvements de la jeunesse….
Pour marquer concrètement ce Changement et ce nouveau départ, il faut suggérer les thèmes ci-après dans les chansons (n’oublions pas que la chanson joue notamment le rôle éducatif et instructif), les récits, les discours, les conférences-débat, les conférences de presse, les enseignements, les pièces théâtrales, les sports et féliciter les plus méritants dans l’expression de ces thèmes : la conception de la personne humaine et de la démocratie en Afrique traditionnelle précoloniale, l’identité culturelle, morale et spirituelle, l’indépendance nationale, la souveraineté, le progrès, les valeurs humaines, patriotiques, artistiques, socioculturelles traditionnelles et modernes, morales, spirituelles, démocratiques, panafricanistes…
Exemple de ces thèmes : les valeurs patriotiques et citoyennes à diffuser dans notre Société par les différents moyens ci-haut cités :

• Avoir une conscience aiguë d’appartenir à une collectivité politique (localité, région, nation) envers laquelle on a des droits, des devoirs et des responsabilités ;
• Être d’une loyauté et d’une fidélité indéfectibles envers notre Patrie et envers nos Concitoyens ; être attaché à notre Patrie ; ne jamais la trahir ; aimer, respecter et défendre notre Patrie, le Drapeau, l’Hymne national, les Armoiries de l’Etat ;
• Connaître notre pays, son histoire, ses racines, sa superficie, sa localisation, sa position multi-géostratégique, ses ressources naturelles énergétiques, minérales, minières, hydrographiques, agricoles, touristiques, forestières, sa biodiversité, sa multiculturalité, ses valeurs socioculturelles, son héritage ancestral…,
• Être attaché aux autres Congolais par des liens d’identité historique et psychologique, des liens d’amour, d’estime réciproque, de cohérence, de cohésion sociale et de solidarité ;
• Chérir la terre et les terroirs qui ont abrité nos ancêtres, qu’ils mirent en valeurs, qu’ils firent prospérer, et qui leur permirent de prospérer eux-mêmes ; entretenir cette terre et ces terroirs, les faire fructifier dans le présent, et les léguer sains et florissants à nos descendants ;
• Accepter d’entretenir et de faire fructifier dans le présent nos terres historiques et leurs terroirs, nos peuples qui les habitent, notre immense héritage culturel et nos puissantes et plurimillénaires valeurs de culture et de civilisation ;
• Vouloir perpétuer, dans l’avenir, cet immense héritage, qui porte et structure tout notre être au service des générations présentes et futures.
Un 2ème exemple : les sept valeurs démocratiques principales : l’égalité, la liberté, la justice, le pluralisme, la tolérance, la participation et le respect.

Un 3ème exemple : les 10 valeurs humaines les plus importantes : l’équité, la loyauté, la tolérance, le respect, l’amour, la liberté, la justice, la paix, l’honnêteté et la responsabilité.


Le 24 03 2022
Pour le Leadership Nationale Congolais de Progrès
Dr François Tshipamba Mpuila
GSM et WhatsAAp : +32-493-325-104
Email : tshipamba.mpuila@yahoo.fr
Répondre